Je renonce à l’avion sur les courtes distances

Rédigé par Annabelle, le 30 Jul 2012, à 18 h 00 min

A moment où se croisent juillettistes et aoûtiens sur leur lieu de vacances, il est de bon ton de prendre une bonne résolution de circonstance : renoncer à l’avion sur de courtes distances.

Avion, le saviez-vous ?

L’avion est le moyen de transport ayant le plus lourd bilan carbone. Mais en prenez-vous la mesure ?

Un avion consomme en moyenne 65,8 kep (kilo équivalent pétrole) pour un trajet aller-retour de 1000 km. A trajet équivalent, le train n’en consommera que 8. Idem pour les rejets de Co2 dans l’atmosphère : l’avion pulvérise tous les records avec 204,6 kg alors que le bus par exemple n’en rejettera que 5,5kg…

L’avion en chiffres

  • 80 000 avions sillonnent les cieux chaque jour et relient les 14 000 aéroports du monde !
  • En 2009, plus de 2,5 milliards de personnes ont pris l’avion et elles devraient être 3,3 milliards en 2014 selon l’International air transport association (IATA)
  • En 2000, le kérosène employé par l’aviation émettait 550 millions de tonnes de CO2, soit 2,5 % des émissions mondiales de CO2 induites par l’utilisation d’énergie fossile. De plus la croissance est exponentielle. Ainsi, l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) prévoit un taux de croissance continue de 4,6 % par an jusqu’en 2025.

 

Developpement durable article

S’il n’existe pas d’autres solutions pour relier Paris à New York qu’un vol long courrier, il est tout à fait possible aujourd’hui de se rendre dans de grandes villes françaises ou en Europe en transports plus propres.

Gain de temps, gain d’argent

Le réseau des grandes lignes TGV s’étoffe sérieusement et on peut considérer qu’en deçà de 700 km, le train sera plus rapide que l’avion. Les coutumiers des aéroports le savent bien : il faut arriver suffisamment à l’avance pour s’enregistrer sur un vol, prévoir le déplacement jusqu’à l’aéroport en dehors des centres ville à l’aller et de l’aéroport à la destination à l’arrivée… Tout ceci coûte du temps, mais aussi de l’argent : comptez par exemple 9,10€ pour un trajet en métro de Châtelet-les-Halles à Roissy Charles de Gaulle qui durera 28 minutes. Et concernant les vols low cost, n’en parlons pas : les aéroports sont en général totalement excentrés comme Beauvais par exemple ou l’aéroport de Nice situé à 7 km du centre.

Prendre son temps en vacances

Décider de ne plus prendre l’avion sur de courtes distances peut aussi amener à vivre ses vacances autrement. Le voyage en lui-même fait partie du plaisir des vacances alors pourquoi ne pas en profiter pour prendre son temps et adopter l’attitude du Slow travel ?

Ainsi, boudez l’Eurostar pour tester votre pied marin sur le ferry ! Si vous comptez passer des vacances en Corse, faites la traversée en bateau. Et arrivé à bon port, vous n’aurez que l’embarras du choix pour vous déplacer de façon économique : partage de voiture, location entre particuliers, navettes fluviales…

Moins polluant, le Slow Travel offre également du temps pour faciliter les rencontres et partager des moments privilégiés.

Bonnes vacances !

*

Je veux témoigner

Sur l’avion et les transports :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

5 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour

    Vos arguments sur la problématique du transport aérien dans les courtes distances même si elles sont tout à fait louables ne sont pas crédibles car elles ne prennent pas en compte de nombreux paramètres.

    Pour aller de la capitale au reste du pays et au reste de l’Europe, je suis d’accord, mais pour se rendre de région à région à l’intérieur du territoire français il est impossible d’avoir une desserte ferroviaire rapide confortable, et parfois même électrifiée.

    Je sais de quoi je parle car je vis à côté de Nice, dont on sait que c’est une ville qui est enclavée car les infrastructures ferroviaires sont insuffisantes et inadaptées et pour se rendre sur le reste de la France. Il nous faut parfois beaucoup plus de temps que pour les parisiens et avec des coûts de trajets exorbitants que beaucoup renoncent à prendre le train et préfèrent prendre l’avion, et surtout la voiture.

    Le véritable problème n’est pas l’avion, mais l’automobile, car l’urbanisme qui en découle est un immense gaspilleur d’espace, celle-ci est éparpillée et défigure le paysage inutilement et l’aménagement du territoire est dicté par celle-ci. De par sa fonction de transport pour particulier, l’automobilie nécessite des infrastructures beaucoup plus lourdes que les autres modes de transports, même les avions. En France on compte 2 voitures pour 5 habitants en moyenne soit plus de 20 millions de voitures en circulation, à côté les 80 000 avions dans le monde c’est rien. Si on vol à bord d’un Airbus A321 de 200 personnes sur Nice-Paris c’est moins polluant que 80 voitures avec le même nombre de personnes, et en plus il y a beaucoup moins de risques d’accidents. Si on résout la problématique du chargement dans les transports publics afin de le rendre plus performant que l’automobile, on aurait plus besoin de cette dernière.

    Les pouvoirs publics doivent investir massivement sur le ferroviaire en électrifiant l’intégralité du réseau SNCF et en faisant passer des lignes à voie unique à double-voies. Mais surtout remettre en cause ce réseau en étoile concentré sur Paris afin d’avoir un réseau ferroviaire qui permette à n’importe quel usager de se rendre d’un endroit à l’autre en France. Enfin, rouvrir les lignes ferroviaires qui desservaient les zones rurales les plus reculées est aussi une priorité car cela éviterait aux personnes qui y vivent de prendre la voiture. Mais étant donné que la politique de la SNCF comme celle d’Air France est à la rentabilité à court terme avec des dirigeants qui ont des raisonnements de boutiquiers, fermetures de lignes avec trajets en car pour compenser, pas très écolo tout ça, il est impossible pour un non parisien de pouvoir suivre vos conseils.

    Cordialement

  2. Que beauvais soit un aéroport éloigné de Paris et spécialisé dans les vols low cost, c’est un fait. Nice est le 2ème aéroport de France, ce n’est absolument pas un aéroport “low cost” et sa situation par rapport à la ville de Nice est on ne peut plus proche. L’aéroport de Nice est DANS Nice. Du centre en voiture, il faut 15 min. Du centre en bus, il faut 20/25 min. En vélo 30 min. Je voyage pas mal et j’ai rarement vu un aéroport aussi proche du centre ville.
    Donc 2 conneries: l’aéroport de Nice ne doit pas être rangé avec les low cost (j’ai jamais lu une connerie pareille) et de deux, il est proche du centre. N’écrivez pas n’importe quoi.

  3. “Co2 dans l’atmosphère” CO2 (Co c’est le cobalt)
    Un avion consomme pas mal, c’est certain. Si ma voisine renonce à le prendre pour aller sais pas où, il y aura un passager de moins, mais il volera et consommera quasi pareil. Ce qu’il faut arriver à faire est qu’il voyage A VIDE (donc consomme presque autant) et qu’à terme, la ligne soit fermée. Comme les bus en ville, ils tournent souvent à vide mais on est content de les trouver (si pas trop espacés). Sûr qu’après diverses optimisations, on va se plaindre car il n’y a un bus que toutes les heures.
    Vivement que les américains se décident pour des trains (électriques ou à gaz de schiste) rapides au lieu de prendre l’avion comme nous le bus !!

  4. Il faudrait comparer les prix des deux transports,rail et avion entre Paris -Marseille ou ailleurs ,pour trouver la cause de certaines préférences.Si quelqu’un pouvait le faire moi je n’y comprends rien surtout pour le train.

  5. Pour renoncer à l’avion, n’est pas un problème puisque je n’ai pas les moyens de voyager. Mais pour de petits parcours, l’avion ne fait pas gagner de temps, si l’on tient compte des temps d’approche, d’enregistrement, d’embarquement, de débarquement, et de la récupération des bagages.
    Pour un vol Roissy CDG – Nantes de 50 minutes, vous y passez en gros 3 heures au total, vous montez en 5 minutes dans le TGV à Roissy également, et débarquez en 5 minutes 3 heures après à Nantes et c’est beaucoup plus simple et économique ensuite, de se déplacer du centre de Nantes via les transports en commun, que de l’aéroport en périphérie et éloigné de tout. Donc a y réfléchir, y’a pas photo ! Je l’ai testé pour mes enfants lorsqu’ils partent chez leurs grands parents et eux aussi préfère le TGV.

Moi aussi je donne mon avis