Intolérance à l’histamine : insaisissable mais bien réelle

Rougeurs, démangeaisons, maux de tête, gonflement des muqueuses nasales… Juste après avoir bu un verre de vin, croqué un carré de chocolat ou mangé du fromage ? Vous êtes peut-être intolérant à l’histamine. Quels sont les aliments qui la provoquent ? Qui sont les personnes à risque ? Voilà de quoi en savoir un peu plus sur cette intolérance méconnue et peu grave, mais qui peut être gênante.

Rédigé par Emma, le 19 Sep 2013, à 15 h 14 min
Intolérance à l’histamine : insaisissable mais bien réelle
Précédent
Suivant

Une molécule utile, mais réactive

L’histamine est une molécule naturellement produite par le corps et apportée par l’alimentation. Certains aliments en contiennent plus que d’autres : les aliments fermentés (choucroute, bière, fromages, etc.) et les aliments périmés.

Quel est le rôle de l’histamine ?

L’histamine un neuromédiateur, impliqué dans les phénomènes inflammatoires et allergiques et se trouve dans les poumons, le foie, les parois de l’estomac. Elle est produite en 3 endroits dans le corps :

  • par les cellules responsables de la réponse immunitaire (les globules blancs) en cas d’introduction de substances étrangères : elle est libérée en cas d’intoxication et joue alors un rôle sur la contraction des muscles lisses (favorise le vomissement), sur la constriction des bronches et sur la vasodilatation au niveau de la peau.
  • par les cellules des parois de l’estomac : elle régule les sécrétions d’acide gastrique et chlorhydrique.
  • par le cerveau : elle maintient l’état de veille.

Pourquoi y a-t-il intolérance à l’histamine ?

Il y a intolérance  – on parle plutôt de pseudo-allergie alimentaire – à l’histamine quand elle est en excès dans le corps parce que celle qui est produite et celle qui est apportée par l’alimentation ne sont plus totalement détruites.

Normalement, toute cette histamine est détruite par une enzyme dédiée, la diaminoxydase. Les personnes souffrant de cette intolérance ont une activité enzymatique réduite qui ne réduit l’histamine que partiellement ou plus du tout, ce qui provoque des troubles.

Quelles personnes sont touchées ?

– L’intolérance à l’histamine touche surtout les femmes à partir de 40 ans.

– Les personnes souffrant d’une maladie inflammatoire de l’intestin ou d’une allergie alimentaire croisée ont un risque plus élevé.

– Très peu de personnes sont atteintes d’un déficit enzymatique congénital.

Autres facteurs déclencheurs d’une augmentation rapide du taux d’histamine :

  • un effort physique
  • un stress émotionnel soudain
  • des fluctuations hormonales : les femmes développent souvent des réactions allergiques avant le début de leurs règles
  • des maladies infectieuses
  • certains médicaments.

Un excès d’histamine peut être provoqué  de deux façons :

1- par des aliments qui sont eux-mêmes riches en histamine,

2- par les libérateurs d’histamine qui induisent une sécrétion d’histamine par les cellules du corps.

Les signes de l’intolérance à l’histidine :

Ce sont des signes spécifiques de l’intoxication à l’histamine, surtout liés à son effet vasodilatateur :

  • rougeur du visage
  • éruption cutanée,
  • oedème du visage,
  • bouffées de chaleur,
  • sensation de brûlure dans la gorge,
  • démangeaisons,
  • picotements de la peau. 

Ils peuvent être accompagnés d’autres signes généraux comme : des maux de tête, des palpitations cardiaques, des étourdissements.

Enfin des symptômes secondaires, de nature gastro-intestinale, peuvent aussi apparaître : nausées, maux d’estomac, vomissements, diarrhée.

Durée des symptômes : Ils apparaissent très vite (de quelques minutes à quelques heures). Ils disparaissent spontanément en quelques heures. Ils peuvent durer plusieurs jours dans les cas les plus graves, mais c’est exceptionnel. La complication ultime est le choc anaphylactique, comme dans toute allergie, mais elle reste elle aussi exceptionnelle.

Le cas typique de l’intolérance à l’histamine :

Le gonflement des muqueuses nasales suite à la consommation de vin rouge ou de fromage.

Ces produits sont en effet très riches en histamine et contiennent beaucoup de libérateurs d’histamine. Attention donc au repas « tout fromage », arrosé de vin rouge !

Quel est le traitement ?

– Les antihistaminiques.

– L’évitement des produits alimentaires déclencheurs.

Les aliments riches en histamine

Boissons alcoolisées Vin rouge, bière, saké
Fromages affinés longuement Roquefort, chèvres affinés
Saucisse Saucisson cru, salami, cervelas
Viandes Foie de porc et de boeuf++, jambon de Parme, viandes des Grisons, lard (augmentation avec la maturation) Gibiers faisandés
Poissons et fruits de mer Maquereau, anchois, thon, harengs, truite,  poissons marinés
Levure
Chocolat et café Chocolat à croquer, cacao, poudre et produits chocolatés
Soja Produits à base de soja, tofu
Légumes Choucroute ++, légumes marinés dans le vinaigre, marinades de légumes
Fruits Fraise, framboise, kiwi, poire, banane, agrumes, ananas (augmentation lors de leur transformation)
Noix Toutes sortes
Exhausteurs de goûts et colorants

Cette liste n’est pas exhaustive. A chacun de la remplir en fonction de son expérience.

Conseils pour éviter les intolérances à l’histamine :

1- La fraîcheur de l’aliment et le respect de la chaîne du froid pendant son achat et sa conservation, sont essentiels : consommez le le plus frais possible et tout juste sorti de réfrigérateur, sans le laisser se réchauffer.

2- Évitez les aliments trop mûrs, ni faisandés comme le gibier, ni marinés, ni ceux préparés avec une fermentation, comme la choucroute ou les fromages très affinés.

3- Faites particulièrement attention avec le poisson. Les teneurs en histamine sont régulièrement surveillées, mais les facteurs déclencheurs peuvent aussi venir de vous (voir ci-dessus). Évitez les poissons fumés, séchés ou salés et privilégiez le poisson frais que vous aurez rincé à l’eau avant la cuisson pour dissoudre l’histamine.

Un laboratoire de surveillance  de l’histidine en France

Les produits de la pêche sont particulièrement surveillés en France, de par leurs possibilités de contenir des teneurs importantes en histidine. Le Laboratoire National de Référence Histamine, situé à Boulogne-sur-Mer, a été créé en 2011.

C’est le laboratoire national de référence dans le domaine de la santé publique, avec pour mission de réaliser des analyses, des expertises scientifiques, et de la veille scientifique sur le sujet de l’histidine, dans les produits de la pêche notamment.

 Histamine – l’avis de la diététicienne :

picto-hydratation avisLes intolérances à l’histidine ne sont généralement pas graves, mais peuvent être gênantes quand elles se déclenchent.

Quand les symptômes commencent, faites tout de suite le point sur votre repas le plus récent pour ne pas passer à côté de l’aliment incriminé. Et écartez-le de votre alimentation pendant un certain temps avant d’essayer de l’introduire à nouveau en douceur. Il se peut qu’il ne vous fasse plus d’effet car les circonstances sont différentes.

 

La lettre hebdomadaire du vendrediLa lettre Alimentation – Nutrition du vendredi
NDLR : la newsletter Alimentation est diffusée chaque vendredi. Elle est gratuite et il est facile de s’abonner (ou se désabonner).

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

52 commentaires Donnez votre avis
  1. Moi aussi j’ai été longtemps à chercher et c’est un allergologue super compétent qui m’a aidé à trouver après 3 ans de symptômes. Aucun médecin n’a pu m’aider avant… Il mettait ça sur le dos de mon colon irritable. Depuis que l’allergologue m’a prescrit le médicament Rupall 10mg 1 x par jour tout va beaucoup mieux.

  2. Bonjour à tous,

    J’ai trouvé comme par hasard votre site et je suis content de savoir que je ne suis pas le seul, simplement mon problème est l’inflammation de la gorge suite à la production excessive des histamines. Cela fait depuis 15 ans au moins ma souffrance à la gorge et aucun médecin a pu m’aider à ce jour. Votre site m’a aidé à comprendre un peu plus ma maladie. Je prends souvent des antiinflammatoires. En effet hier j’ai mangé une raclette avec du vin rouge et je vous laisse imaginer les conséquences.
    Par contre je souhaiterai savoir quel genre d’anti histaminique dois-je utiliser.
    merci pour vos précieux conseils.
    En vous remerciant d’avance
    Vicente

  3. Pour informations voyez le site histaminintoleranz.ch qui fournit un bon guide des aliments à éviter ou a réduire- rubrique régime alimentaire telecharger la liste des aliments.

    A adapter ensuite en fonction de chacun car la sensiblité des uns et des autres diffère.

  4. Bonjour. Cela va faire 15 ans que je fais de l’urticaire chronique et si je ne prends pas un demi comprimé d’antihistaminique un jour sur deux, je fais de l’urticaire géant avec oedeme de quinck. Je suis épuisée, à savoir que cet antihistaminique, pourtant de 2me génération me fait dormir et somnoler quand je ne peux pas dormir( malgré la petite posologie)…C’est plus fort maintenant que je vieillis. J’ai pensé que je devais être intolérente ou allergique aux histamines car aucun médecin consulté n’a une idée sur ce que j’ai…Depuis le temps, je desespère. Même en pharmacie il n’y a pas autre chose que des antihistaminiques que me prescrivent tous les médecins que je vois. Auriez vous un conseil? ( bien sûr, depuis le temps j’ai fait des tests d’ allergie, j’ai évincé plusieurs substances alimentaires ou environnementales) Je vous remercie.Mme Lamoureux

    • bonjour

      j’ai aussi le meme probleme avec des migraines et céphaléé quotidiennes puis troubles digestifs….

      je recherche un allergologue car le mieux ne trouve pas et donne des antihistaminique

      je suis varoise : connaissez vous un allergo

      merci

    • Bonjour,j’ai ce problème depuis 7 ans et ça fait 2 ans que j’ai arrêté
      les antihistaminiques et la cortisone . Il est clair que j’ai résolu en
      parti le problème avec un régime assez stricte qu’il n’est pas évident
      de respecter , mais je suis vite « rappelé à l’ordre » par ces effets
      indésirables ! Beaucoups de sites et celui-ci en fait parti oublient de
      parler de la tyramine qui d’une part favorise la production d’histamine
      et d’autre part cause les migraines . Elle est produite par le corps humain mais aussi présente dans beaucoups d’aliments comme le poivre , les oignons ,l’ail ,le raisin (donc tous les vins et vinaigres) etc … certains contiennent de l’histamine et de la tyramine , effet garanti !
      A cela se rajoute les inhibiteurs de l’enzyme qui vous débarrasse de
      l’excédent d’histamine comme le thé vert , thé noir et le fameux curcuma !
      Evitez le citron (acide citrique , y en a presque partout) tous les fruits
      acides , oranges , pamplemousse , kiwi … les fruits rouges:cerises, fraises, framboises … Les seuls tolérés sont les pommes et les abricots.
      Les patates , les carottes et les salades vertes (sans vinaigrette) un peu
      de sel , un peu de crème fraîche .Favorisez la volaille aux viandes rouges
      , finis les spaghettis bolognaise parsemés de gruyères , plus de tomates !
      Pas de chocolat surtout noir .
      En faisant attention vous pourrez faire de petits écarts de temps en temps
      Bon courage …

  5. Bonjour je souhaiterai savoir dans quels médicaments je peux trouver de l’hystamine je vous remercie Marielyne

    • Bonjour,

      j’ai lus quelque part que la codéine peut causé les mêmes symptômes que l’intolérance à l’histamine et un jour j’avais des maux de têtes et j’ai pris « Nodol » et les symptômes ont apparus donc je devais faire un régime pour plusieurs mois. Et c’est la même chose pour les antibiotiques vous pouvais faire une recherche sur internet pour confirmer ce que je viens de dire.

  6. Depuis mon enfance j’ai eu tous les symptômes sans qu’aucun médecin ne détecte la cause
    Depuis peu je me suis documentée sur internet et je suis enfin débarrassée de cette galère qu’étaient les problèmes gastriques, dermatologiques (visage et corps) et gonflement des muqueuses nasales
    Je suis en fait sensible au poisson, fromage, levain et levure et également certains légumes
    Maintenant la vie est belle n’en déplaise aux médecins qui ne voulaient pas admettre que les renseignements trouvés sur internet étaient fiables

    • Bonjour Michèle Duhamel,
      S.V.P merci pour votre témoignage. Je voulais savoir comment vous avez procédé par rapport aux aliments dits sensibles ? (réduction ou abolissement).
      Personnellement, j’apprécie le fromage et parfois le poisson alors dur, dur… J’ai surtout une rosacée au niveau du visage (joues) depuis la quarantaine. Alors si vous avez un traitement ou une solution.
      En vous remerciant, dans l’attente.
      Cordialement.

Moi aussi je donne mon avis