Intolérance à l’histamine : insaisissable mais bien réelle

Rédigé par Emma, le 19 Sep 2013, à 15 h 14 min

Rougeurs, démangeaisons, maux de tête, gonflement des muqueuses nasales… juste après avoir bu un verre de vin, croqué un carré de chocolat ou mangé du fromage ? Vous êtes peut-être intolérant à l’histamine. Quels sont les aliments qui la provoquent ? Qui sont les personnes à risque ? Voilà de quoi en savoir un peu plus sur cette intolérance méconnue et peu grave, mais qui peut être gênante.

Une molécule utile mais réactive

L’histamine est une molécule naturellement produite par le corps et apportée par l’alimentation. Certains aliments en contiennent plus que d’autres : les aliments fermentés (choucroute, bière, fromages, etc.) et les aliments périmés.

Quel est le rôle de l’histamine ?

histamine L’histamine un neuromédiateur, impliqué dans les phénomènes inflammatoires et allergiques et se trouve dans les poumons, le foie, les parois de l’estomac. Elle est produite en 3 endroits dans le corps :

  • par les cellules responsables de la réponse immunitaire (les globules blancs) en cas d’introduction de substances étrangères : elle est libérée en cas d’intoxication et joue alors un rôle sur la contraction des muscles lisses (favorise le vomissement), sur la constriction des bronches et sur la vasodilatation au niveau de la peau.
  • par les cellules des parois de l’estomac : elle régule les secrétions d’acide gastrique et chlorhydrique.
  • par le cerveau : elle maintient l’état de veille.

Pourquoi y a–t-il intolérance à l’histamine ?

Il y a intolérance  – on parle plutôt de pseudo-allergie alimentaire – à l’histamine quand elle est en excès dans le corps parce que celle qui est produite et celle qui est apportée par l’alimentation ne sont plus totalement détruites.

Normalement, toute cette histamine est détruite par une enzyme dédiée, la diaminoxydase. Les personnes souffrant de cette intolérance ont une activité enzymatique réduite qui ne réduit l’histamine que partiellement ou plus du tout, ce qui provoque des troubles.

Quelles personnes sont touchées ? 

symptomes histamine– L’intolérance à l’histamine touche surtout les femmes à partir de 40 ans.

– Les personnes souffrant d’une maladie inflammatoire de l’intestin ou d’une allergie alimentaire croisée ont un risque plus élevé.

– Très peu de personnes sont atteintes d’un déficit enzymatique congénital.

Autres facteurs déclencheurs d’une augmentation rapide du taux d’histamine :

  • un effort physique
  • un stress émotionnel soudain
  • des fluctuations hormonales : les femmes développent souvent des réactions allergiques avant le début de leurs règles
  • des maladies infectieuses
  • certains médicaments.

Un excès d’histamine peut être provoqué  de deux façons :

1- par des aliments qui sont eux-mêmes riches en histamine,

2- par les libérateurs d’histamine qui induisent une sécrétion d’histamine par les cellules du corps.

Les signes de l’intolérance à l’histidine  :

Ce sont des signes spécifiques de l’intoxication à l’histamine, surtout liés à son effet vasodilatateur :

  • rougeur du visgae
  • éruption cutanée,
  • oedème du visage,
  • bouffées de chaleur,
  • sensation de brûlure dans la gorge,
  • démangeaisons,
  • picotements de la peau. 

histamine-diffusionIls peuvent être accompagnés d’autres signes généraux comme : des maux de tête, des palpitations cardiaques, des étourdissements.

Enfin des symptômes secondaires, de nature gastro-intestinale, peuvent aussi apparaître : nausées, maux d’estomac, vomissements, diarrhée.

Durée des symptômes : Ils apparaissent très vite (de quelques minutes à quelques heures). Ils disparaissent spontanément en quelques heures. Ils peuvent durer plusieurs jours dans les cas les plus graves, mais c’est exceptionnel. La complication ultime est le choc anaphylactique, comme dans toute allergie, mais elle reste elle aussi exceptionnelle.

Le cas typique de l’intolérance à l’histamine :

Le gonflement des muqueuses nasales suite à la consommation de vin rouge ou de fromage.

Ces produits sont en effet très riches en histamine et contiennent beaucoup de libérateurs d’histamine. Attention donc au repas « tout fromage », arrosé de vin rouge !

Quel est le traitement ?

– Les antihistaminiques.

– L’évitement des produits alimentaires déclencheurs.

 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

47 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour. Cela va faire 15 ans que je fais de l’urticaire chronique et si je ne prends pas un demi comprimé d’antihistaminique un jour sur deux, je fais de l’urticaire géant avec oedeme de quinck. Je suis épuisée, à savoir que cet antihistaminique, pourtant de 2me génération me fait dormir et somnoler quand je ne peux pas dormir( malgré la petite posologie)…C’est plus fort maintenant que je vieillis. J’ai pensé que je devais être intolérente ou allergique aux histamines car aucun médecin consulté n’a une idée sur ce que j’ai…Depuis le temps, je desespère. Même en pharmacie il n’y a pas autre chose que des antihistaminiques que me prescrivent tous les médecins que je vois. Auriez vous un conseil? ( bien sûr, depuis le temps j’ai fait des tests d’ allergie, j’ai évincé plusieurs substances alimentaires ou environnementales) Je vous remercie.Mme Lamoureux

  2. Bonjour je souhaiterai savoir dans quels médicaments je peux trouver de l’hystamine je vous remercie Marielyne

    • Bonjour,

      j’ai lus quelque part que la codéine peut causé les mêmes symptômes que l’intolérance à l’histamine et un jour j’avais des maux de têtes et j’ai pris « Nodol » et les symptômes ont apparus donc je devais faire un régime pour plusieurs mois. Et c’est la même chose pour les antibiotiques vous pouvais faire une recherche sur internet pour confirmer ce que je viens de dire.

  3. Depuis mon enfance j’ai eu tous les symptômes sans qu’aucun médecin ne détecte la cause
    Depuis peu je me suis documentée sur internet et je suis enfin débarrassée de cette galère qu’étaient les problèmes gastriques, dermatologiques (visage et corps) et gonflement des muqueuses nasales
    Je suis en fait sensible au poisson, fromage, levain et levure et également certains légumes
    Maintenant la vie est belle n’en déplaise aux médecins qui ne voulaient pas admettre que les renseignements trouvés sur internet étaient fiables

    • Bonjour Michèle Duhamel,
      S.V.P merci pour votre témoignage. Je voulais savoir comment vous avez procédé par rapport aux aliments dits sensibles ? (réduction ou abolissement).
      Personnellement, j’apprécie le fromage et parfois le poisson alors dur, dur… J’ai surtout une rosacée au niveau du visage (joues) depuis la quarantaine. Alors si vous avez un traitement ou une solution.
      En vous remerciant, dans l’attente.
      Cordialement.

Moi aussi je donne mon avis