Quand l’hôtellerie de plein air flirte entre écologie et séjour insolite !

Rédigé par Eva Souto, le 29 Apr 2014, à 15 h 10 min

Les cabanes dans les arbres : une aventure perchée… mais à vivre !

  hôtellerie plein airSe fondre dans la nature, infiltrer les arbres pour faire corps avec eux est également une expérience originale.

hôtellerie de plein air cabanePour certaines, comme « Sur un arbre perché », le côté naturel et écolo est joué à fond : les cabanes sont sans eau et sans électricité (mais pourvues de toilettes sèches), sans télévision et éclairées à la lumière des bougies.

La consommation d’énergie et d’eau dans les cabanes est donc de zéro. Les cabanes sont construites dans le respect de la santé de l’arbre et s’adaptent aux formes de l’arbre qui les accueillent.

Aucun clou ni vis n’est planté dans l’arbre. Les cabanes sont construites en appui sur les branches et le tronc de l’arbre, suspendues entre 4 et 10 mètres de haut. Elles sont construites uniquement en bois FSC.

 

 hôtellerie plein air« Sur un arbre perché » va même plus loin : ils proposent dans la mesure du possible des produits issus de l’agriculture biologique et ils s’approvisionnent auprès de producteurs locaux. Ils trient également les déchets et ont construit leur propre composteurs pour les déchets verts ou ceux issus des toilettes sèches. Un compost utilisé pour leur jardin potager personnel.

hôtellerie de plein air Cabanes perchéesOù trouver des cabanes dans les arbres ?

  • En Normandie : Les cabanes de Canon proposent 5 cabanes dans les arbres dans le Calvados. Ces dernières sont immergées dans un environnement totalement naturel et préservé au coeur d’une ferme écologique.
  • En France : retrouvez sur le site Cabanes de France, une vaste sélection de cabanes sur l’hexagone.

hôtellerie de plein air Cabanes de France

 

Comptez entre 70€ et 200€ la nuit (sachant que les prix dépendent de la saisonnalité).

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Tout ça, c’est bien pour les bobos, écolos, des villes,qui ne savent pas faire la différence, entre une vache et un taureau, un cheval et un mulet, un merle et une grive , ungeai et un pivert, … J’en passe, et des meilleures !

    • justement , cela permettra de les éduquer.

Moi aussi je donne mon avis