Face à la crise du lait, des producteurs créent leur propre marque de yaourt

Plusieurs éleveurs d’Alsace et de Lorraine, touchés de plein fouet par la crise du lait, ont décidé de lancer leur propre marque de yaourt «A Güeter!», Bon appétit en Alsacien.

Rédigé par Aurélien Savart, le 9 Jan 2018, à 9 h 55 min

Sensibiliser le consommateur aux difficultés de la profession, tel est l’objectif d’une cinquantaine d’agriculteurs de la région Grand-Est. Avec du lait 100 % lorrain et alsacien, ils ont lancé la marque de yaourts « A Güeter ! » (« Bon appétit » en Alsacien)

Une marque de yaourt face à la crise du lait

Enlisés depuis plusieurs années dans une crise sans précédent, les producteurs de lait ont décidé de prendre le taureau (ou plutôt la vache) par les cornes en lançant leur propre marque de yaourts  : A Güeter !

« Les (éleveurs) n’avaient plus le moral depuis trois ans avec le prix (du lait) et les fermes qui arrêtent », raconte Michel Rohrbach, éleveur à Wittelsheim (Haut-Rhin) et président de la section lait à la FDSEA 68, à l’origine du projet A Güeter !

© Page Facebook – A Güeter !

Une initiative lancée en octobre

Dès le mois d’octobre, les petits pots à la framboise, pomme-cannelle ou nature investissent les rayons de dizaines supermarchés de la région. Le succès est immédiat. Du lait récolté à la conception du pot de yaourt en passant par la recette, les éleveurs ont participé sur toute la ligne.

Découvrez la production de lait en France sur le Planetoscope

Pour le moment, environ 80 magasins en Alsace proposent les yaourts à la vente. Des enseignes situées à Lyon ou Reims, et même en Allemagne, sont intéressées, selon le groupe d’éleveurs. Une centaine d’adresses distribuent A Güeter ! comme Super U, Cora ou Leclerc.

Des yaourts plus chers que la moyenne

Le prix des yaourts est 20 à 30 % plus cher que les autres yaourts. Mais, le lait est acheté 50 centimes le litre aux éleveurs tandis que l’industrie ne débourse pas plus de 30 centimes. Le package comprend deux pots vendus en moyenne 1,49 euros pour les natures et 1,59 euros pour ceux aux fruits.

« C’est un produit qui vient de la région, un produit naturel. Outre le packaging qui est joli, le consommateur a un produit local », rappelle Angélique Tallote, agricultrice et chargée de la commercialisation de cette nouvelle marque.

Illustration bannière : Yaourts goût pomme et framboise © Page Facebook – A Güeter
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis