L’économie circulaire, du berceau à la maturité

Rédigé par Annabelle, le 30 Nov 2013, à 10 h 13 min

Recycler, réparer au lieu de jeter, lutter contre l’obsolescence programmée, préférer louer plutôt qu’acheter… Toutes ces solutions répondent à une envie : limiter voire éliminer le gaspillage d’énergie, de ressources et de matériaux. Englobant toutes ces facettes de la lutte anti-gaspi et de la préservation des ressources, on retrouve une grande boucle vertueuse : celle de l’économie circulaire.

Les principes de l’économie circulaire

cycleL’économie circulaire rompt avec le schéma traditionnel de production linéaire : extraire, fabriquer, consommer, jeter.

Dans le schéma classique, on passe de l’utilisation d’un produit à sa destruction. Dans l’économie circulaire, on adopte une logique de “boucle”, où l’on recherche la création de valeur positive à chaque étape en évitant le gaspillage des ressources tout en assurant la satisfaction du consommateur.

 

L’économie circulaire est basée sur 6 principes clés :

  1. L’utilisation modérée et la plus efficace possible des ressources non renouvelables
  2. Une exploitation des ressources renouvelables respectueuses de leurs conditions de renouvellement
  3. L’écoconception et la production propre
  4. Une consommation respectueuse de l’environnement
  5. La valorisation des déchets en tant que ressources
  6. Le traitement des déchets sans nuisance

Cette « nouvelle » économie basée sur le cycle prône donc la réutilisation d’objets et/ou leur recyclage : les déchets se transforment en matière première. Ce point de vue s’illustre par le “Cradle to Cradle” (littéralement du berceau au berceau ou d’un berceau à l’autre).

Ce concept a été Imaginé par l’architecte designer William McDonough et le chimiste allemand Michael Braungart, deux personnalités de l’écologie industrielle. A la base de cette idée se trouve un principe commun à tous les écosystèmes naturels : les déchets des uns sont les nutriments des autres, et tout est biodégradable.

Le modèle économique repose sur la création de boucles de valeur positive à chaque utilisation ou réutilisation de la matière ou du produit. En réalité, on peut distinguer plusieurs niveaux dans l’économie circulaire, plusieurs « boucles » :

La grande boucle qui inclurait tout le processus de production d’un produit. Ainsi, tout l’enjeu repose sur la production de biens durables et écoconçus. Les produits durent longtemps, sont facilement réutilisables et peuvent se réparer au lieu de se jeter. Non seulement on évite de jeter, mais en plus, on optimise tout le cycle de vie du produit. C’est l’exemple typique du nouveau smartphone Phoneblocks, arme redoutable contre l’obsolescence programmée :

La boucle moyenne qui concerne le vivant, l’organique. C’est le cas d’un foyer qui décide de produire son propre compost par exemple. Ce faisant, on réduit fortement la production de déchets, sachant qu’un Français produit à lui seul plus de 350kg de déchets par an…

Enfin la petite boucle qui concerne la matière finale uniquement, comme lorsque l’on recycle du papier pour en faire du papier tout neuf.

recycler emballages

En outre, durant sa vie, un objet passera lui-même par différentes boucles : si l’on prend l’exemple d’un ordinateur qui tombe en panne, on va d’abord le réparer, pourquoi pas ensuite le vendre ou le donner afin de le réutiliser et une fois arrivé en fin de vie, le recycler en réutilisant ses composants.

Il est même possible de donner une valeur ajoutée à un objet défectueux, en le “recyclant par le haut” : il s’agit là de l’upcycling qui est un terme désignant l’action de récupérer des matériaux ou des produits dont on a plus l’usage afin de les revaloriser

Le T-shirt vu par l’économie circulaire

tshirtOnePrenons l’exemple tout bête d’un produit de grande consommation : le T-shirt basique en coton. Entre la matière première coton, très grande consommatrice d’eau, le transport vers le pays de conception (Turquie, Bangladesh, Chine, etc.), le réacheminement dans le pays de vente, la qualité parfois médiocre qui fait que l’utilisation sera réduite dans le temps, on en arrive à un bilan catastrophique.

Dans le cadre de l’économie circulaire, ce même T-shirt sera fabriqué à base de coton issu de l’agriculture biologique produit de manière équitable. Le T-shirt sera éconconçu en France et offrira une qualité supérieure.

Le vêtement usagé pourra ensuite être récupéré pour servir à la fabrication d’une garniture de canapé. Une fois le canapé usagé, la garniture sera à nouveau récupérée afin d’être transformée en laine d’isolation pour le bâtiment.

Enfin, les fibres de coton (qui n’ont subi aucun traitement chimique) peuvent retourner à la nature.

L’objectif ultime de l’économie circulaire est de parvenir à découpler la croissance économique de l’épuisement des ressources naturelles par la création de produits, services, modèles d’affaire et politiques publiques innovants.

Lire la suite > L’économie circulaire ouvre de nouvelles logiques économiques

 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Association loi 1901 à Duerne Depuis 10 ans
    Informatique et solidarité Rhône JE2000 69

    Brière Pascal
    18 rue des écoles « Le Couvent »
    69850 Duerne Tél : 04 78 19 14 91

    Je200069@laposte.net

    Bonjour :
    Notre société économique libérale détruit quotidiennement (10.000 ordinateurs) des outils d’apprentissage et de communication sans aucune valeur marchande : les ordinateurs trop anciens. Or, avec ces matériels mis au rebut mais encore fonctionnels, nous pouvons : Renforcer les réseaux humains grâce à Internet en rompant l’isolement engendré par la précarité et la pauvreté, dans notre pays comme dans le reste du monde. Faciliter la réinsertion sociale et professionnelle. Lutter contre ces nouvelles formes d’exclusion de la société de l’information
    Développer la e-solid@rité à côté du e-business sans nous substituer pour autant aux missions des pouvoirs publics locaux ou nationaux, notamment pour l’équipement des établissements scolaires en France. Le public visé est essentiellement celui des jeunes comme le souligne le développé du nom de notre association “Jeunes : Espoir 2000”, mais peut aussi concerner les adultes en réinsertion sociale ou professionnelle. Nous visons, en priorité, ceux qui ont encore assez d’espoir et d’énergie pour espérer être un jour citoyens du monde à part entière : les jeunes sans aucune limitation culturelle, religieuse, politique
    Nous espérons rompre grâce à Internet l’isolement engendré par la précarité et la pauvreté en France et dans les pays du SUD. Nous déterminons notre aide au développement en nous appuyant sur les porteurs de projets locaux, que ce soit en Afrique ou près de chez nous. Cet objectif : Répondre aux projets locaux de demande de matériel informatique Répondre aux projets des pays du SUD Créer des partenariats avec d’autres structures qui ont l’expérience de la solidarité dans d’autres secteurs Développer des antennes JE2000

    Je récupère, je recycle, je redonne et conseille bénévolement
    SUR LE MATERIEL IMFORMATIQUE dans le rhone.

Moi aussi je donne mon avis