Déodorant ou anti-transpirant, quelles différences ?

Déodorant ou anti-transpirant ? Si vous ne savez pas vraiment ce qui les différencie, on vous dit tout ce qu’il faut savoir sur leur mode d’action et sur les éventuels risques qu’ils comportent pour notre santé…

Rédigé par Marie Mourot, le 19 Apr 2018, à 15 h 30 min

Pour empêcher nos odeurs corporelles de nous gâcher la vie, plusieurs types de produits cosmétiques sont disponibles : les déodorants et les anti-transpirants. Bien entendu, il y a aussi tout simplement le bon vieux savon mais il n’est pas sûr qu’il soit suffisant pour lutter contre la transpiration. En principe, le déodorant et l’anti-transpirant ont deux modes d’actions bien distincts. Mais bien souvent, certains déodorants ont aussi des propriétés anti-transpirantes… Il n’est, de ce fait, pas évident de s’y retrouver ! On vous aide à décrypter les étiquettes pour y voir un peu plus clair…

Déodorant ou anti-transpirant, comment s’y retrouver ?

Pour comprendre ce qui les différencie vraiment, il est primordial de s’intéresser de plus près aux ingrédients et aux modes d’actions du déodorant et de l’anti-transpirant.

déodorant anti-transpirant

Déodorant ou anti-transpirant, quelles différences ? © Alliance

Des ingrédients et des modes d’action différents

Les déodorants sont composés principalement d’agents anti-bactériens qui vont limiter la prolifération des bactéries responsables de l’odeur de transpiration. Ils contiennent aussi très souvent un parfum afin de masquer tant bien que mal les odeurs… Un déodorant agit donc en amont : il absorbe les odeurs et l’humidité sans perturber l’écoulement naturel de la transpiration.

Les anti-transpirants, quant à eux, sont formulés à base de sels d’aluminium. Le chlorhydrate d’aluminium est le plus utilisé dans la composition des anti-transpirants que l’on trouve dans le commerce. Il agit en bloquant l’écoulement du flux sudoral. Ces molécules, irritantes pour la peau, vont entraîner un épaississement cutané au niveau de la zone d’application. De ce fait, le pore des glandes sudoripares va s’obstruer petit à petit…

Les dangers des sels d’aluminium

Les sels d’aluminium ne sont pas seulement présents dans les anti-transpirants, on les retrouve aussi malheureusement dans des produits vendus sous l’appellation « déodorant ». En effet, de nombreux déodorants ont des propriétés anti-transpirantes et contiennent aussi du chlorhydrate d’aluminium. Plusieurs études ont déjà pointé la dangerosité de ces sels d’aluminium, même si aujourd’hui le débat n’est toujours pas encore tranché.

déodorant anti-transpirant

Les dangers des sels d’aluminium © Roman Samborskyi

Une récente étude réalisée par des chercheurs de l’Université d’Innsbruck en Autriche a montré que les sels d’aluminium présents dans les déodorants et les anti-transpirants multipliaient par deux le risque d’avoir un cancer du sein.

En effet, ils ont étudié les habitudes en matière d’utilisation de déodorant de 209 femmes en bonne santé et de 209 femmes atteintes d’un cancer du sein. Le résultat est sans appel : les femmes qui utilisent un produit contenant des sels d’aluminium, plusieurs fois par jour et sur des aisselles rasées doublent le risque de développer un cancer du sein. Les chercheurs ont également constaté des taux d’aluminium supérieurs à la moyenne dans les tissus mammaires des femmes malades.

Principe de précaution ou pas ?

Il est vrai que les sels d’aluminium sont présents partout : dans l’eau, dans notre alimentation, dans certains cosmétiques ou encore dans les médicaments… Il est presque impossible de totalement les éviter. Cependant, appliquer un produit à base de sels d’aluminium au niveau des aisselles pourrait mettre notre santé en danger. En effet, il s’agit d’une zone très sensible, proche des seins et des ganglions lymphatiques.

Le quadrant supéro-externe est la zone la plus touchée par les tumeurs et il s’agit exactement de l’endroit où nous appliquons notre déodorant. Il est également important de savoir qu’il vaut mieux éviter d’appliquer un déodorant après s’être rasée ou épilée. Selon l’ASEF (Association Santé Environnement France), la quantité d’aluminium qui pénètre sur une peau lésée est multiplié par 6 !

De plus, en bloquant le processus naturel de sudation, les sels d’aluminium perturbent aussi le système de détoxication de l’organisme, ce qui est néfaste pour notre santé.
Ainsi, par principe de précaution et en attendant que la teneur exacte en sels d’aluminium soit obligatoire sur les emballages (elle ne doit normalement pas excéder 0,6 %), mieux vaut s’abstenir d’utiliser ce type de produit. Jouer la carte de la prudence semble être une bonne décision !

Lire page suivante : les alternatives naturelles

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Rédactrice web freelance et maman de deux enfants, je me suis toujours sentie très concernée par l'écologie et le développement durable. Constamment en...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis