Connaissez-vous le Criquet de Crau : un insecte bien de chez nous et bien menacé

Le Criquet de Crau est un orthoptère endémique de la plaine de Crau, c’est-à-dire que la Camargue est le seul endroit au monde où on le trouve. Mais pour combien de temps encore ? Il s’agit désormais de se mobiliser massivement pour la sauver…

Rédigé par Julien Hoffmann, le 6 Apr 2020, à 8 h 00 min

Le Criquet de Crau (Prionotropis rhodanica) est un mangeur de feuilles qui dépend tout particulièrement de la plaine où il évolue. Emblématique de ce milieu incroyable, sa disparition n’est pas inéluctable car nombreux sont les acteurs qui se mobilisent pour le sauver, allant jusqu’à monter des programmes d’élevages et de réintroductions.

Protéger et restaurer les milieux du Criquet de Crau

Nombre d’espèces très sensibles à leur environnement, et ont besoin de bonnes conditions pour pouvoir se maintenir et prospérer. C’est peut-être encore plus vrai pour le Criquet de Crau que pour bien d’autres espèces, dans la mesure où son territoire est terriblement restreint. En effet, des 50.000 hectares originels de sa zone de répartition, il ne lui reste plus que 11.000 hectares, fragmentés en plusieurs parcelles.

La plaine de Crau est un milieu particulier et riche © Stefan Scharf

Ainsi, sur la plaine de Crau, il ne reste que quatre noyaux de population, et ils doivent partager ce terrain avec plus ou moins 40.000 brebis qui pâturent sur cette plaine steppique si incroyable.

Alors, du haut de ses 5 centimètres de long et son centimètre de large, le Criquet de Crau est en danger critique d’extinction.

Comment cohabiter intelligemment avec le Criquet de Crau ?

La plaine de Crau est un habitat spécifique extrêmement riche qui cumule la présence, par exemple, de 72 % des espèces de libellules de France ou encore 50 % des effectifs d’Outardes canepetières.

Protéger et restaurer son habitat

Pollué, fragmenté ou tout simplement disparu et remplacé par des ouvrages humains, il s’agit désormais de réhabiliter et protéger un maximum des terres du Criquet de Crau pour lui assurer un avenir.

Mieux comprendre l’espèce

C’est là un enjeu pour toutes les espèces et toute la biodiversité en règle générale. Car il est difficile de protéger une espèce ou tout simplement d’éviter d’avoir à en arriver là, si on ne connait pas les besoins de celle-ci.

Pour le Criquet de Crau, c’est une chose essentielle que de mieux connaître ses exigences environnementales et son fonctionnement global, et notamment l’influence du pâturage sur cette espèce.

En règle générale les raisons du déclin de l’espèce sont mal connues même si de nombreuses pistes ont déjà été ouverte notamment dans le cadre du lancement du plan de « stratégie de conservation du Criquet de Crau ».

Lire aussi : Apprendre à connaître la biodiversité ordinaire pour mieux la protéger

Un programme d’élevage et de réintroduction

La réintroduction consiste à reconstituer des populations d’une espèce dans des secteurs dont elle a disparu ou dans lesquels elle est en forte difficulté, on appelle alors cela des renforcements de populations.

Pour que la chose soit envisageable il faut être en mesure de reproduire ces animaux en captivité ce qui est déjà un sacré exploit en soi en ce qui concerne le Criquet de Crau. Pour le moment la seule technique de reproduction efficace consiste en la capture de spécimens sauvages que l’on amène en captivité pour les faire pondre et ensuite placer les pontes en milieu sauvage.

La démarche est fastidieuse, complexe et le taux de réussite ne dépasse que rarement les 20 % ce qui est bas, mais reste tout de même intéressant en matière de sauvegarde de l’espèce.
De nombreux organismes comme des zoos ou le Conservatoire d’Espaces Naturels de PACA se mobilisent sur le sujet, nous pouvons les en remercier !

Illustration bannière : Le criquet de la plaine de Crau © Yann Toutain – Conservatoire des Espaces Naturels de PACA
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis