Astuce beauté : prolonger la durée de vie de son mascara

Mesdames, vous avez toutes, un matin, ouvert votre mascara et eu la désagréable surprise de le retrouver tout sec (alors que soit dit en passant, vous l’avez acheté il y a 3 semaines à peine !). Voici quelques petites astuces pour prolonger sa durée de vie.

Rédigé par Annabelle, le 12 Nov 2017, à 16 h 15 min

Pour un regard envoûtant et des cils longs et volumineux, le mascara apporte la touche finale au maquillage des yeux. Mais ce produit cosmétique a tendance à s’assécher rapidement au fil du temps, faisant des paquets sur les cils et pouvant piquer les yeux. Comment faire pour lui rendre une texture crémeuse facilement ?

Les femmes et le mascara, une histoire qui dure !

mascaraL’indispensable brosse miracle qui rend le regard irrésistible a parcouru un sacré chemin depuis le XIXe siècle. Le premier mascara a été inventé en 1880 par Eugène Rimmel, un parfumeur français qui s’est expatrié à Londres. Il est alors conçu à partir d’un mélange de charbon et de vaseline.

En 1913, le chimiste T. L. Williams et sa soeur Maybel mettent au point une nouvelle formule : le produit se présente sous la forme d’un « cake mascara », un petit pain composé de colorants et de cire de carnauba.

Le mascara pouvait s’appliquer à l’aide d’une brosse que l’on humidifiait avant de la frotter sur le pain. Le produit était vendu sous la marque Maybelline qui existe toujours aujourd’hui.

En 1956, Helena Rubinstein met au point le premier mascara rechargeable en tube, avec une brosse pour pouvoir l’étaler facilement sur les cils : quelle révolution !

Lire aussi : Comment bien dessiner ses sourcils ?

Depuis, les fabricants rivalisent de technologie et d’innovations marketing : des brosses qui rendent les cils toujours plus longs, toujours plus recourbés ou toujours plus denses, des formules « oeil de biche » garanti, des dizaines de coloris…  Il n’empêche que la formule miracle antidessèchement n’a toujours pas vu le jour !

Lire page suivante : au secours, mon mascara est tout sec !

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

6 commentaires Donnez votre avis
  1. j’ai un mascara bio depuis…plusieurs années (je ne me maquille pas souvent), et il n’est pas du tout sec !! Il est déjà trés riche en huile végétale, ce qui explique peut-etre qu’il se garde plus longtemps…Par cntre pour la question des bactéries je ne me suis jamais posé la question mais je n’ai jamais eu de problème, ayant pourtant les yeux sensibles…

  2. Je ne connaissais pas le truc de le mettre dans l’eau chaude ou encore l’huile et le sérum physiologique. J’ai plusieurs mascaras qui ont séché et sa m’embête beaucoup de jeté alors qu’il reste du produits dedans. Je vais donc essayer ceci. Merci pour le tuyau 😉

  3. J’ai testé quelques gouttes de lait démaquillant dans le mascara, ça fonctionne aussi très bien………par contre, il ne faudra pas escompter qu’il soit « waterplouf » (expression de ma fille).

    Sinon, justement, pour se démaquiller d’un mascara longue tenue et waterproof, si…on a oublié (hélas, hélas) son « si merveilleux démaquillant-bio-qui-n’irrite-pas-les-yeux » et blablabla : un peu d’huile de bonne qualité (même une simple huile d’olive si on est complètement en rade et au fond de la cambrousse) sur le bout des doigts, par massage DELICAT de l’oeil maquillé, est d’une remarquable efficacité.
    Il suffit de « rincer » avec un coton ou un tissu de coton doux imbibé d’eau minérale, et finir par de l’eau florale (si on ne l’a pas oubliée non plus !).
    Avantage : on renforce les cils avec une bonne huile (bio, dans l’absolu, c’est mieux, évidemment).
    Voilà !

  4. Oui, j’ai connu les recharges de mascara et vous avez raison, on paie plus l’emballage que le produit, car effectivement,il n’y en a pas beaucoup et le fond sèche très vite. Mais merci pour les astuces afin de l’utiliser encore un peu.

  5. Que lis-je, on vendait du mascara rechargeable ? Et maintenant, pourquoi n’y en a-t-il plus ? En effet, j’en ai assez d’acheter au final plus d’emballages que de produits (qui plus est, la menace de la taxe carbone est toujours réelle pour le con-sommateur, alors que le sur-emballage n’est toujours pas puni ou proscrit côté producteur). Quel gâchis.

  6. Une vendeuse m’avait donné un truc pour qu’il ne dessèche pas trop vite : boucher l’ouverture avec un mouchoir le temps de la pose pour que le produit reste à l’air le moins longtemps possible.

Moi aussi je donne mon avis