Nos formidables alliés en lutte biologique – La Chauve-souris

Les auxiliaires de culture, ces animaux qui participent à la lutte biologique contre les ravageurs, sont nombreux. Arrêter d’utiliser des produits en tous genres et favoriser toutes ces espèces pour les remplacer est tout à fait envisageable. Mais pour ce faire il faut les connaître et savoir de quelle manière ils peuvent nous aider : découvrons ici la Chauve-souris !

Rédigé par Julien Hoffmann, le 18 Aug 2019, à 18 h 40 min

Favoriser les auxiliaires ennemis naturels des ravageurs des cultures est à la fois un moyen de laisser une place à la biodiversité et de réfléchir différemment notre production de fruits et légumes. La technique n’est pas nouvelle, mais elle gagne en efficacité au fur et à mesure des nouvelles expériences et du nombre croissant de personnes et de professionnelles qui l’utilisent. Découvrons ce que peuvent faire la chauve-souris au jardin !

Qui est vraiment la Chauve-souris ?

La chauve-souris, quelle que soit son espèce, fait partie de la grande famille des mammifères. En Europe, toutes nos chauves-souris sont insectivores et hibernent de plus ou moins de fin octobre à début mars.

Leurs ailes ne sont, en réalité, que des doigts modifiés par le long et lent travail de l’évolution. Ces ailes leur servent donc bien à voler mais aussi à se protéger quand elles sont en station de repos et donc accrochées la tête à l’envers.

chauve-souris

Pipistrelle en vol de chasse © Rudmer Zwerver

Les Chauves-souris utilisent principalement leur bonne vue pour se déplacer et chasser mais il peut s’avérer utile pour elles de mettre en branle l’écholocalisation (utilisation de leur sonar) dans des lieux qu’elles connaissent moins. En résumé, elles ont toute une batterie d’outils qui font que, pour elles, se prendre dans les cheveux de quelqu’un est tout simplement impossible.

En règle générale la plupart des 34 espèces de chauves-souris françaises (contre environ 1.200 dans le monde) ne vivent pas au même endroit l’hiver que l’été, leurs besoins étant différents sur ces périodes. Comme les hirondelles, les chauves-souris sont de bons indicateurs de changements de saisons !

Lutte biologique et chauve-souris : Ce qu’elle fait au potager

Avoir des chauves-souris dans votre potager c’est vous assurer d’avoir un excellent allié en lutte biologique à vos côtés. On vous explique.

Elle chasse

Cet animal a un corps relativement petit certes, mais quelle énergie dépensée pour voler à cette vitesse tout en chassant, évitant les obstacles ou ne tombant pas dans le piège de la lumière artificielle qui peut totalement la désorienter.

Pour pouvoir déployer une telle énergie donc, il lui est indispensable de consommer énormément de proies toutes les nuits. En chiffre cela représente l’équivalent de 600 à 1.200 insectes de la taille d’un moustique chaque nuit ce qui est incroyable d’autant qu’une chauve-souris évolue rarement sans quelques congénères. Elle dévore donc les moustiques qui nous agacent mais aussi, et ce n’est pas anodin, les papillons de nuit qui attaquent beaucoup de nos cultures.

C’est donc une chasseuse d’insectes hors normes.

Elle produit de l’engrais

Comme tous les animaux, les chauves-souris défèquent. Et comme beaucoup de fumiers comme celui de poule, de cheval ou encore de vache, celui de chauve-souris n’est pas sans intérêt au potager.

chauve-souris

Grands rhinolophes (Rhinolophus ferrumequinum) © Rudmer Zwerver

En réalité il s’avère même que dans le rapport NPK (Azote, phosphore et Potassium, les trois constituantes principales de n’importe quel engrais), on frise le haut du panier en matière de qualité. Il est d’ailleurs possible de trouver de l’engrais de chauves-souris en supermarchés spécialisés, mais qui sont à proscrire car la récolte de ce type de fumier ne se fait pour l’instant qu’à l’autre bout de la planète.

Comment favoriser la présence de chauves-souris ?

Sans un milieu de vie adéquat, aucun animal qu’il soit auxiliaire de culture ou non, ne viendra s’installer. Pour les lézards, il s’agit de pouvoir non seulement manger mais aussi de pouvoir voler et nicher.

Limiter au maximum l’usage de produits

L’utilisation de pesticides, d’herbicide ou de fongicides pour ne citer qu’eux, peut avoir un impact tout à fait déterminant sur la présence ou non de cet insectivore qu’est la chauve-souris. Elle est tellement sensible à ce type de produits que l’on peut vraiment parler d’incompatibilité entre l’utilisation de l’un et la présence de l’autre.

Évitez la lumière artificielle

Pour une chauve-souris, une allée de lampadaires publics n’est rien d’autre qu’un mur infranchissable. Leur domaine est et restera la nuit et en cela la lumière artificielle est un énorme problème qui peut particulièrement perturber ces animaux.

En faisant en sorte que vos lumières extérieures restent éteintes au maximum, vous rendez les lieux beaucoup plus propices à la fréquentation de chauves-souris.

Préservez les sites d’hibernation

Un vieux toit qui leur permet d’y entrer, un volet ouvert qui n’a pas été fermé depuis longtemps, un vieil arbre creux ou un clocher d’église sont autant de lieux où les chauves-souris peuvent élire domicile.

Tout le monde n’est pas au fait de l’état difficile des populations de ces espèces et encore moins du rôle (égoïstement efficace) que peuvent jouer ces petits mammifères… Communiquez, expliquez et transmettez aux personnes qui voudraient se débarrasser d’aussi étonnants animaux sans savoir, le fait que non contentes d’être inoffensives, les chauves-souris sont en plus très utiles !

chauve-souris

Colonie de Grands murins (Myotis myotis) © FJAH

Installez un abri

Un abri à chauves-souris n’est pas forcément très grand, mais il est un peu complexe à réaliser soi-même. Pour être sûr de son efficacité le plus évident est de vous en procurer un de bonne qualité.

Ces abris, le plus souvent en forme de boîte aux lettres, peuvent accueillir plusieurs dizaines de chauves-souris qui n’ont pas besoin de beaucoup d’espace mais qui, surtout, se collent les unes aux autres pour se tenir chaud !

Protégez-les des prédateurs

Les chats sont des prédateurs redoutables qui peuvent causer des dégâts incroyables en peu de temps. Protégez-en les chauves-souris notamment si vous construisez un abri spécialement pour elles. Vous pouvez pour cela utiliser des branches de rosiers et autres plantes piquantes à disposer près des lieux de repos ou d’hibernation naturels ou artificiels des chauves-souris.

Autant de choses à mettre en place pour donner un peu plus d’espace à une espèce noctambule qui mérite bien qu’on lui donne un petit coup de patte !

Illustration bannière : Chauve-souris Pipistrelle sur un doigt © OgnjenO
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Une gentille bestiole qui est la bienvenue chez nous où elle passe du bon temps dans mon hangar à bois pour l’hiver et dans mes caves (toujours ouvertes par des petites meurtrières dans les vieux murs) et en été on les voit sortir en chasse le soir……. longue vie à ces petits animaux amis de l’homme et de la nature !!!!!!!

Moi aussi je donne mon avis