Pour une fois, merci les moustiques !

Rédigé par Jean-Marie, le 15 Jul 2012, à 22 h 24 min

Les moustiques, on les déteste ! Tout comme les piqûres d’ailleurs …

Et bien voici une info qui va nous réconcilier (un tout petit peu) avec les deux. Le tout grâce à des chercheurs japonais.

Des aiguilles médicales inspirées de la trompe du moustique

Cette innovation est à mettre à la rubrique Biomimétisme : il s’agit d’aiguilles médicales indolores et qui sont inspirées du moustique.

Si vous êtes achomophobe, c’est-à-dire que vous êtes allergique à l’idée de subir une piqûre, alors – pour une fois – vous allez dire merci aux moustiques. Leur piqûre est indolore et deux sociétés japonaises ont décidé de copier cette vertu pour élaborer des aiguilles médicales d’un nouveau type. Les aiguilles qui comme la trompe du moustique sont de forme conique et non plus cylindrique. En 2005, mission accomplie, les nouvelles aiguilles Nanopass 33, fabriquées en titane, sont mises sur le marché et se vendent à des millions d’exemplaires.

moustique-piqure-bouton-ete-vacances-insecte-1

Une aiguille miniature double usage

Cette aiguille a un diamètre externe de 60 micromètres et un diamètre interne de 25 micromètres ; à comparer au diamètre de la trompe des moustiques de 30 à 40 micromètres. Grâce à cette miniaturisation , on réduit de beaucoup la douleur perçue par le patient quand on le pique.

Autre atout intéressant de cette aiguille innovante, un ressort qui se détend quand il est chaud afin de mieux faire pénétrer l’aiguille. Enfin, dernier avantage, elle dispose d’une petite pompe qui peut servir à aspirer le sang. Intérêt ? L’aiguille peut être utilisée en sens inverse : en inversant la pompe, on peut administrer un vaccin.

Merci les moustiques !

 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

8 commentaires Donnez votre avis
  1. bonjour je m’apelle Roger et je suis pas d’accord avec vous

  2. En ce qui concerne une injection cette aiguille est surement une véritable innovation, par contre en ce qui concerne une prise de sang ça ne donnera surement pas de bon résultats.

    En effet plus le diamètre de l’aiguille est petit plus le prélèvement est traumatique pour les globules rouges, on risque donc d’obtenir un prélèvement hémolysé(les globules rouges éclatent) ce qui est préjudiciable pour les analyses a effectuer ou un temps de coagulation faussé (pour les patients sous traitement anti-coagulants)

  3. Enfin je sais maintenant que je suis achomophobe !
    Merci les chercheurs japonnais.
    Il n’empêche qu’il me faudra encore un moment avant de ne plus avoir peur.
    Les anciennes aiguilles sont toujours sur le marché.
    Peut-être faudra t’il demander d’abord aux laboratoires de prise de sang s’ils utilisent les aiguilles NANOPASS 33

  4. je ne pense pas que cela me concerne car ce n est pas la peur du mal qui m impressionne pour moi une piuqure est une veritable phobie j ai toujours ete tres bien pique mais avant de me laisser faire il s ecoule minimum une demi heure

  5. Super, on pourra même être vacciné sans s’en rendre compte !

  6. Cela est une bonne chose et une innovation qui nous réconforte d’avantage dans la qualité des soins. Je veux savoir si elle (aiguille)a les mêmes effets sur le nerf sciatique en cas d’erreur. Merci

  7. Bonjour,
    excellente cette inovation.
    Je ne suis pas trop douillé
    mais comment beaucoup je n’apprécie pas
    les piqures des aiguilles des infirmières.
    Je vous souhaite une belle journée.

    • Bonjour Guitoune. Môa non plus, quoiqu’ étant un « mâle », de ce qui ont la réputation d’être douilleT, encore une idée fausse, je n’aime pas les aiguilles médicales. J’ai subi moults prélèvements sanguins, maintes injections et perfusions, au court de ma vie (j’ai « 11 lustres »). J’ai eu la chance d’avoir affaire à de VRAI(E) professionnel(le)s et de ne pas sentir l’introduction d’une aiguille hypodermique ou d’un trocard de perf’. Nonobstant, j’ai, toujours une petite appréhension avant l’acte infirmier. Je ressent des picotement dans la région lombaire qui ne durent que le temps de l’acte de soins. Celui-ci étant effectué, tout reprend son cours. J’attribue cette réaction physique à la »mémoire du corps ». Ayant déclenché une méningite cérébro-spinal à l’âge de 4 ans, en 1961, j’ai subi une première ponction lombaire du liquide rachidien qui était « comme du lait », au lieu d’être limpide comme l’eau d’un torrent de montagne. Après 1 jour de coma, ce qui me rendait intransportable, j’ai suivi, quotidiennement par nôtre médecin de famille (on ne parlait pas de « médecin traitant » dixit l’Assurance Maladie). J’ai survécu grâce à ce praticien qui avait, immédiatement contacté un spécialiste, mettant sa fierté dans sa poche et son mouchoir dessus, au nom du serment d’Hipocrate.Voili, voilou. Cordialement. Un fidèle de consoGlobe.

Moi aussi je donne mon avis