Non, tous les ados ne sont pas drogués aux écrans !

Si la grande majorité des adolescents est présente sur les réseaux sociaux, tous n’acceptent pas en bloc la surconnexion.

Rédigé par Pauline Petit, le 23 Oct 2017, à 10 h 50 min

Tous les adolescents n’ont pas les yeux rivés sur leur smartphone, semblant préférer les conversations virtuelles aux rencontres réelles. Certains font le choix de se détourner des écrans, de se passer de smartphone ou de se désinscrire des réseaux sociaux.

Quand les ados refusent la sur-connexion

Certes, ces adolescents sont loin d’être majoritaires. Même si l’inscription sur les réseaux sociaux est en principe réservée aux majeurs, plus de 90 % des 15-18 ans sont inscrits sur un ou plusieurs réseaux sociaux. En tête chez les ados, ce n’est plus le désormais ringard Facebook, mais Snapchat ou Instagram. Si Youtube est également considéré comme un réseau social, c’est le site sur lequel les ados passent le plus de temps, d’après l’étude de Génération Numérique(2).

À lire aussi : adolescents et réseaux sociaux : c’est grave, docteur ? 

Malgré l’essor du smartphone dès le collège, c’est encore la télévision qui est l’écran le plus regardé : 78 % des jeunes l’utilisent.

Pas de smartphone ou de profil Facebook : un choix

Toutefois, les ados font parfois eux aussi le choix de la digital detoxSi certains d’entre eux ne sont pas connectés pour des raisons financières, un certain nombre d’entre eux font le choix de se passer de smartphone ou de sortir des réseaux sociaux.

Les raisons sont diverses : s’il s’agit pour certains d’un choix « politique » (éviter de laisser ses données), pour d’autres, c’est une manière de sortir d’un cercle de harcèlement qui peut sévir sur les réseaux sociaux. Pour d’autres, c’est juste que ça ne les intéresse pas ou qu’ils déplorent la perte de temps que cela induit.

Cela peut même devenir une mode : « Dans mon lycée, quand j’étais en terminale, il y a eu une sorte de mode : se désinscrire de Facebook. Quatre ou cinq personnes « populaires » ont quitté Facebook, pour refuser trop de connexions… Ils voulaient montrer qu’ils étaient décalés, qu’ils ne faisaient pas comme les autres », raconte Nathalie pour Slate. 

Même s’il est parfois difficile de se déconnecter à cause des interactions tissées notamment sur les groupes de discussion privés, entre amis, le moyen de communication principal des ados reste le traditionnel SMS. C’est l’appel téléphonique le grand oublié, considéré comme trop intrusif par les digital natives.

Illustration bannière : Ados connectés – © Iakov Filimonov
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai travaillé dans différents organismes, tous liés de près ou de loin aux questions qui me passionnent : la consommation durable et l'alimentation. J'ai...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Il n’y pas que les ados, regardez dans la rue tous les adultes accrochés à leurs smartphones à tel point qu’ils marchent et traversent partout dans les rues sans regarder ce qu’il font, ou ils vont, avec en prime les risques qu’ils prennent pour eux et les autres, tant que ne sanctionnera pas ce type de comportement rien ne changera

Moi aussi je donne mon avis