Accoucher sans péridurale ? 6 trucs d’expertes à savoir

La péridurale s’est généralisée ces dernières années, au point que 75% des accouchements ne se déroulent pas sans. Mais pourquoi ne pas accoucher sans péridurale ? Les pros de l’accouchement naturel témoignent.

Rédigé par Pauline Petit, le 20 Jan 2018, à 14 h 35 min

Le débat est ouvert, et la réponse est loin d’être simple. D’un côté, les femmes qui proclament que les progrès de la médecine sont là pour nous faciliter la vie, et que l’injonction biblique « tu accoucheras dans la douleur » n’a plus lieu d’être aujourd’hui. D’un autre côté, les femmes qui prônent un accouchement plus naturel, quitte à souffrir pendant plusieurs heures. Alors, accoucher sans péridurale ? C’est vous qui choisissez, en toute connaissance de cause.

Accoucher sans péridurale, folie ou fierté ?

Premier truc à savoir concernant l’accouchement sans péridurale : vous n’êtes pas seule ! Si en France, la « péri » est quasi systématique (elle représente 75 % des accouchements), dans d’autres pays, elle est minoritaire. Sans parler des pays du Sud où l’accès même aux soins médicalisés est un luxe, dans le Nord de l’Europe, elle est plus rare : aux Pays-Bas, seules 15 % des femmes ont recours à la péridurale.

La question de la passivité

La péridurale anesthésie le bassin, et permet donc une liberté de mouvement limitée.

Or pour faciliter le travail et l’expulsion du bébé, il est bon de pouvoir se déplacer, et rester dans la position que l’on souhaite pour accoucher plus facilement.

Les contractions sont subies et non plus maîtrisées comme on peut l’apprendre lors de la préparation à l’accouchement. La péridurale favorise la passivité, les femmes ne sont donc plus actrices de leur propre accouchement mais soumises au corps médical.

La péridurale, conséquence de l’industrialisation des maternités ?

Un accouchement naturel est plus imprévu qu’une péridurale et prend du temps. Aurélie Surmely, sage-femme et auteur d’Accoucher sans péridurale, a été formée en Belgique où les accouchements « naturels » sont plus nombreux qu’en France. C’est pourquoi elle a été surprise quand le corps médical lui a demandé, en France, l’ « heure prévue de l’accouchement ». 

De nombreuses maternités possèdent un planning serré qui est facilité par l’utilisation massive de la péridurale. Officiellement pour soulager les femmes, officieusement pour faire de la place en salle d’accouchement. C’est pourquoi il est important de bien choisir sa maternité et expliquer son choix au corps médical avant l’accouchement, dans un projet de naissance par exemple.

Bien préparer l’accouchement

Pour Aurélie Surmely, 90 % de l’accouchement, « c’est dans la tête » : on peut ainsi se préparer psychologiquement à accoucher sans péridurale. On peut aussi se préparer physiquement avec divers moyens : Oummi, experte en parentalité positive, énumère « divers moyens naturels pour préparer le col de l’utérus : tisane framboisier + sauge (en entrant dans le neuvième mois), homéopathie, massage du périnée avec un mélange d’huile essentielle de sauge et d’huile d’amande douce, manger des dattes à gogo, exercices du bassin et périnée ». Il est bon de considérer l’accouchement naturel comme une épreuve physique de longue haleine : comme pour un marathon, on s’y prépare !

La fierté d’avoir pu mettre au monde sans péridurale

De nombreuses femmes se sentent très fières d’avoir pu traverser cette épreuve : « je donnais naissance avec aisance, puissance confiance et facilité , toute seule. Je suis fière de moi, je ne me suis pas laissé abattre et me suis tenue debout. J ai arrêté de subir ma vie… Cette situation a toute une symbolique », peut-on lire sur le blog du Monde, Marie accouche-là.

accoucher sans peridurale

Un petit truc à savoir ? L’aiguille de la péridurale, ça ressemble à ÇA © ravipat

Cette fierté permet aux femmes des mieux assumer leur nouveau rôle et fait diminuer la proportion de dépressions post-partumentre autres.

Sans péridurale, la récupération est plus rapide

D’après Anne-Laure Brunelle, du blog Naturelle Maman :  « Sans les effets de l’anesthésie et les douleurs des actes chirurgicaux, les femmes qui ont accouché naturellement récupèrent plus vite. Elles peuvent se lever peu après le travail si elles le désirent, se promener ou prendre une douche, voire même parfois rentrer chez elles dans les heures qui suivent l’accouchement ».  Une récupération qui, assure-t-elle également, favorise l’allaitement.

Alors ? Accoucher sans péridurale ou y avoir recours dépend de chaque femme, son vécu, sa vision de l’accouchement. L’important est de laisser le choix à toutes les femmes de vivre leur accouchement comme elles le souhaitent et ne plus le « subir »  !

Retrouvez Aurélie Surmely dans une conférence-débat autour de son livre, Accoucher sans péridurale, le 28 février à Saint-Aunès. Plus d’informations : https://lawebteledaurelie.com

Illustration bannière : Femme et son bébé – © LittleDogKorat
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai travaillé dans différents organismes, tous liés de près ou de loin aux questions qui me passionnent : la consommation durable et l'alimentation. J'ai...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis