Tourisme vert. L’écotourisme en France

Tourisme vert. L'écotourisme en France
Vous aimez ? Partagez :

Destination touristique phare dans le monde, la France soigne son offre touristique afin de la rendre la plus compétitive possible. Un challenge difficile à relever en temps de crise même si le secteur semble limiter la casse. Les Français aujourd’hui sont plus exigeants pour les vacances mais privilégient les destinations proches et notamment françaises : il ne faut pas partir loin pour être dépaysé !

Et si les Français semblent avoir choisi en temps de crise de redécouvrir leur beau pays, cela signifie-t-il qu’ils sont également plus enclins à opter pour des vacances plus responsables ?

Les Français et le Tourisme Responsable

Le tourisme responsable, vert, durable, qu’est-ce que c’est ?

Autrefois réservé aux militants écologistes et personnes averties et sensibilisées, le tourisme vert développe chaque année son offre. Pour la Société internationale d’écotourisme, il s’agit avant tout d’une « forme de voyage responsable dans les espaces naturels qui contribue à la protection de l’environnement et au bien-être des populations locales« . Difficile aujourd’hui de mesurer réellement l’impact du tourisme responsable en France, notamment car il revêt plusieurs appellations, mais on peut sans doute relever un « tronc commun » des caractéristiques principales de ce que l’on peut appeler le tourisme « vert » :

  • des logements plus respectueux, économes en eau, en énergie, plus proches de la nature comme les Gites verts ou les cabanes ;
  • des déplacements réfléchis ;
  • une consommation raisonnée et locale ;
  • un retour à la nature, aux sites naturels, au respect de l’environnement ;
  • une contribution à l’économie locale et au savoir-faire artisanal.

Des Français concernés mais pas convaincus

En règle générale, les Français semblent plutôt concernés par le Tourisme Responsable comme le montre les résultats d’un enquête menée par Atout France – GMV en 2010.

Quand il convient de faire part de ses convictions ou d’hypothèses, les Français sont 8 sur 10 à déclarer être prêts à adopter un comportement d’éco-consommateur sur leur lieu de séjour, 68% à être prêts à privilégier une destination pro-écologie et à opter pour un mode de transport moins polluant.

Mais dans les faits, ils sont seulement 4% à avoir réellement opté pour une offre de tourisme responsable ou durable.

Tourisme en France : les chiffres

En 2009, 76,8 millions d’arrivées de touristes venant de l’étranger ont été comptabilisées dont 46% pour des séjours inférieurs à 4 nuits. 24,5% de ces touristes ont passé 8 nuits ou plus en France et 116 millions n’ont pas passé une nuit sur notre territoire.

En 2009, la France était le pays à accueillir le plus de touristes internationaux, devant les Etats-Unis et l’Espagne. Au classement des recettes du tourisme international, la France se positionne 3e avec 49,4 milliards de dollars de recettes, soit 12,7% de moins qu’en 2008.

Le tourisme des Français

D’après les chiffres du Ministère de l’économie, des finances et de l’industrie, 77,9% des résidents en France (15 ans et plus) ont au moins effectué un voyage pour motif personnel d’une nuit minimum en 2009 et 67,5% sont partis en vacances. 202,3 millions de voyages ont été comptabilisés, peu importe la durée, dont 71,4% dans des hébergements non-marchands type résidence secondaire ou hébergement chez la famille ou les amis.

Concernant les 21,3 millions de voyages effectués en France d’Outre-mer et à l’étranger, 69,9% ont eu lieu en Europe, dont 15,6 en Espagne et 14,8% en Afrique.

Des résultats confortés par une enquête menée l’été dernier révélant qu’un peu plus d’un Français sur 2 déclarait vouloir réduire l’impact de ses vacances sur l’environnement. 29% des Français expliquaient prendre réellement en compte la possibilité d’avoir un comportement responsable au moment du choix des vacances et 28% avouaient qu’ils ne feraient rien en faveur de l’environnement une fois en vacances.

Autre frein au Tourisme Responsable, l’idée que des vacances plus vertes sont forcément plus chères.

*

La suite p.2> Tourisme Vert en France : où aller ?

Réagissez :
Donnez votre avis
Envoyer cet article par e-mail


4 commentaires Donnez votre avis
  1. Merci Aurore pour cet article complet.
    Oui, heureusement on peut voyager en France pour faire du tourisme vert au sens éco-responsable du terme.
    En termes de prix, il y en a pour toutes les bourses.
    C’est ce que nous voyons su ikinat.com, où il y a un large choix d’adresses de gîtes écologiques, de chambres d’hôtes où l’on va vous servir un petit déjeuner biologique et vous permettre de plonger dans une piscine dite « naturelle »non traitée chimiquement.
    Tout dépend de la qualité du lieu, des « prestations » proposées.
    En revanche, l’état d’esprit et le respect pour l’environnement des propriétaires de ces locations de vacances écologiques, eux ne se monnayent pas !
    Bien à vous.

  2. Une destination Voie Verte toute nouvelle. Pour les grandes familles :.alarochebleue.com en Bourgogne du Sud, Ecolabel Européen Hébergement Touristique et label Tourisme et Handicap : à découvrir vite

  3. Envie d’expérimenter ou de « vivre » le tourisme durable ? Des Alpilles à la Camargue en passant par le Luberon, le Verdon et le Queyras, venez découvrir les richesses naturelles, les savoir-faire mais aussi les hommes qui contribuent au développement d’un tourisme plus responsable à travers les yeux d’Hélène, journaliste, sur les traces d’un tourisme durable dans les Parcs naturels régionaux de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

  4. L’écotourisme

    L’écotourisme est «une forme de voyage responsable dans les espaces naturels qui contribue à la protection de l’environnement et au bien être des populations locales» (International Ecotourism Society). 
La déclaration finale du Sommet Mondial de l’Ecotourisme organisé en 2002 par l’OMT, précise les principes particuliers qui distinguent l’écotourisme de la notion plus large de tourisme durable :
    L’écotourisme rassemble toutes les formes de tourisme axées sur la nature et dans lesquelles la principale motivation du touriste est d’observer et d’apprécier la nature ainsi que les cultures traditionnelles qui règnent dans les zones naturelles.
    Il inclut les communautés locales et indigènes dans sa planification, son développement et son exploitation et contribue à leur bien être
    Il favorise la protection des zones naturelles :

    – en procurant des avantages économiques aux communautés d’accueil, aux organismes et aux administrations qui veillent à la préservation des zones naturelles ;

    – en créant des emplois et des sources de revenus pour les populations locales ;

    – en faisant davantage prendre conscience aux habitants du pays comme aux touristes de la nécessité de préserver le capital naturel et culturel.
    Il comporte une part d’éducation et d’interprétation du patrimoine naturel et culturel
    Il est généralement organisé, mais pas uniquement, pour des groupes restreints par de petites entreprises locales spécialisées. On trouve aussi des opérateurs étrangers de dimensions variables qui organisent, gèrent ou commercialisent des circuits écotouristiques, habituellement pour de petits groupes.

    Définition donnée dans le site web de l’ATES (association pour le tourisme équitable et solidaire) : http://www.tourismesolidaire.org

Moi aussi je donne mon avis