Le stress sans stress, le nouvel équilibre

Le stress sans stress, le nouvel équilibre

Le Stress ? Il est présent un peu tous les jours lorsque l’on court pour ne pas rater le bus ou le métro. Il est aussi là, lorsque l’on doit passer un appel au patron ou au client qui impressionne. Il est toujours là lorsque l’on a rendez-vous le soir avec la personne qui nous fait vibrer… Car oui, il ne se manifeste pas seulement par des sensations désagréables. Pour en faire son allier, la solution n’est pas de s’en débarrasser mais de bien l’utiliser…

Stress ? Ne vous en débarrassez pas ! Trouvez son équilibre

Le stress est la réaction physiologique par excellence qui fait se sentir vivant. Et pourtant, même s’il a sauvé nos ancêtres face aux barbares envahisseurs à plusieurs reprises, il ne se manifeste plus toujours aujourd’hui pour les bonnes raisons. Tous les 1er janvier, les promesses de réduire le stress sont formulées, comme s’il s’agissait d’un vilain défaut, alors que nous en avons besoin pour accomplir des projets et se dépasser.

femme-sport-50-ansL’auteur du stress est là pour nous protéger

Avant d’être un facteur de risques psycho-sociaux en entreprise, ou encore celui d’une des maladies chroniques de notre temps, ce que l’on appelle « stress » est une activation spécifique du système nerveux. Né, pour nous servir et surtout pour nous protéger, cette fonction du système travaille autant pour nous permettre de fuir ou de combattre en cas de danger que pour donner aux tissus et organisme la possibilité de se régénérer.

Schématiquement, il existe deux sous-systèmes qui nous permettent de vivre dans notre environnement. L’un est soumis à notre volonté, il nous permet d’agir, de mettre les muscles du squelette en mouvement par exemple. L’autre est autonome, se régule seul selon les informations qu’il reçoit, il est chargé d’adapter notre environnement intérieur pour nous maintenir en vie.

Le système nerveux est partagé en deux sous-systèmes

Système nerveux somatiqueSystème nerveux végétatif / autonome
VolontaireInvolontaire – Autonome
ConscientInconscient
Il dirige les relations de l’organisme avec le monde extérieur, en dirigeant les muscles striés squelettiques. (mouvements, action)Il régit nos fonctions vitales (digestion, respiration, circulation) et dirige la musculature lisse (viscères et vaisseaux sanguins) et les muscles cardiaques.
Il comprend la moelle épinière située dans la colonne vertébrale, le tronc cérébral, le cervelet, l’encéphale.Il adapte le fonctionnement des glandes et des organes aux besoins de l’organisme.

Le système autonome permet l’action et la régénérescence grâce au sympathique et au parasympathique qui agissent sur notre environnement intérieur.

OrganesSystème sympathiqueProducteur d’énergieSystème parasympathiqueRestaurateur d’énergie
VaisseauxVasoconstriction (diminution du diamètre des vaisseaux sanguins.)Vasodilatation (augmentation du diamètre des vaisseaux sanguins.)
CoeurAccélération cardiaqueRalentissement cardiaque
ŒilDilatation pupilleAccommodation
SaliveRare et épaisseFluide et abondante
PoumonsDilatationContraction
Tube digestifInhibition intestinaleStimulation intestinale
SphinctersFermetureOuverture
HormonesAdrénalineAcétylcholine

transatPar exemple ? Margot est au bord de la piscine, un jour de juillet. Allongée sur un transat, elle ferme les yeux et savoure la sensation de chaleur du soleil sur sa peau. Elle sent sa nuque se détendre, ses bras, tout son corps devient lourd et chaud, elle sent d’ailleurs dans ses bras des fourmillements, jusqu’au bout des doigts. Elle entend des gargouillis venant de son ventre, sa respiration est à peine perceptible, son mental s’apaise… La partie « parasympathique » du système nerveux autonome est activée : les veines de Margot sont dilatées, ses muscles sont relâchés, son coeur bat lentement… Tout est en place pour que les tissus cellulaires se régénèrent, pour que la digestion s’opère agréablement.

Si par malchance un serpent arrive près de la piscine et qu’elle s’en aperçoit, le système nerveux de Margot activera immédiatement la fonction « sympathique » du système nerveux autonome afin qu’elle puisse soit partir de la piscine et aller chercher de l’aide, soit faire fuir le serpent ou encore le tuer.

toxine-serpentSes veines se contractent pour amener rapidement sang et oxygène au cerveau qui dirige l’action. Le système digestif s’inhibe, le rythme cardiaque s’accélère pour permettre les mouvements commandés… Le corps se met en branle pour survivre au danger.

> Suite : Le système sympathique, à consommer avec modération