Les femmes enceintes toutes contaminées

Femmes enceintes, attention ! On sait qu’un environnement pollué peut porter atteinte à votre santé. Mais les produits toxiques menacent aussi votre bébé à naître car si vous êtes enceinte, madame, vous êtes déjà contaminée par des substances chimiques.

Une nouvelle étude américaine qui fait peur

Une étude récente menée aux Etats-Unis sur 268 femmes enceintes* fait penser à celle faite sur le sang de députés européens.

  • Il avait été démontré qu’aucun député ne pouvait se targuer d’avoir un sang pur, exempt de substances chimiques polluantes.

C’est également le cas des femmes enceintes américaines testées récemment :

  • des substances polluantes comme le PCBs,  les PFC, des phénols, des phtalates, des pesticides organochlorés, des retardateurs de flamme,  Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP), ont été détectées dans l’organisme de 99 à 100 % des femmes enceintes testées !

Effrayant : la  “charge toxique corporelle” de ces 268 femmes comprend 163 produits chimiques différents.

On sait que ces substances chimiques sont nocives ou très nocives à la santé humaine, ou sont soupçonnées de causer des dégâts sérieux à notre organisme. polluants atmosphériques

Presque toutes les femmes ont été contaminées à la  fois par plusieurs produits chimiques différents, que ce soit du fait de la pollution domestique dans les différentes pièces de la maison, de la pollution atmosphérique, de la pollution alimentaire, de la pollution de l’eau, etc.

Cette étude ne surprendra pas les spécialistes et au contraire, elle montre que les niveaux de concentration de toxiques chez les femmes enceintes sont plutôt légèrement inférieurs à ceux relevés dans d’autres études, sur des femmes pas enceintes ou sur des hommes et des enfants.

Quelques-uns des polluants en question :

  • Le sinistre PCB, qui est un véritable désastre écologique pourtant interdit depuis les années 70 mais que l’on trouve encore dans le poisson par exemple. La structure moléculaire des PCB les rend extrêmement persistants dans les écosystèmes. Les PCB ont été classés “cancérogènes probables” par le Circ, Centre de recherche sur le cancer, car ils font partie des perturbateurs endocriniens.
  • Les pesticides, et notamment les pesticides organochlorés qui sont utilisés à la maison et sur les denrées alimentaires, y compris du DDT pourtant interdit depuis longtemps. Les agriculteurs, eux, ont un risque de contracter la maladie de Parkinson accru de 1,9 du fait de leur exposition longue de plus de 15 ans aux pesticides, selon la Mutualité sociale agricole.
  • pesticides dans l'agriculture

  • Les particules fines issues notamment des diesels..
  • Les COV, composés organiques volatils, inhalés ou absorbés au contact d’objets du quotidien.
  • Les PFC, qu’on trouve dans les produits anti-taches ou anti-adhésifs, comme les emballages alimentaires.
  • Le bisphénol A,  largement utilisé dans des matériaux qui rentrent en contact avec des aliments : biberons, vaisselle et récipients plastiques, ou revêtement intérieur de boîtes de conserve ou encore les emballages.
  • Les phtalates, utilisés dans les parfums, certains plastiques et de nombreuses autres produits de consommation courante.
  • Phtalates dans les produits  enfants

  • Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), un groupe de composants chimiques très cancérigenes, toxiques issus de la combustion de certains encens ou du charbon, du diesel, de l’essence ou du gaz. Les HAP sont accusés d’altérer le QI des nouveaux nés.
  • Déjà en 2007, dans le cordon ombilical d’un nouveau-né, un professeur du CHU de Montpellier avait trouvé 300 substances polluantes dans le sang du cordon ombilical de 30 bébés.

    Les pesticides dans le placenta (1)

    Le placenta contient en moyenne 8 substances polluantes chimiques différentes*. La présence de résidus de pesticides dans l’organisme, à tous les âges de la vie, sont des facteurs de troubles de la santé**.

    L’impact des pesticides sur le QI de l’enfant

    Selon une étude publiée dans Environmental Health Perspectives le 21 avril 2011, et menée par des chercheurs de l’Université de Californie et de l’Ecole de santé publique de Berkeley une exposition prénatale aux PESTICIDES peut entraîner jusqu’à 7 points de perte de Q.I. chez l’Enfant –

    En dépit des recommandations du Grenelle de l’environnement (qui prévoit de réduire de 50 % l’usage des pesticides, de retirer du marché les pesticides les plus dangereux, d’augmenter la Surface Agricole Utile en bio), la France est encore aujourd’hui le premier pays européen utilisateur de pesticides (selon l’association Générations Futures).

    Alors que faut-il faire pour qu’une grossesse se passe avec la plus faible contamination ?

    La suite > Eviter les produits toxiques est possible

    *

    (1) « Maternal-child exposure via the placenta to environmental chemical substances with hormonal activity », M. Lopez Espinosa, université de Grenade, Espagne, 2007.