Faut-il se méfier des tatouages temporaires ?

Faut-il se méfier des tatouages temporaires ?

Le tatouage permanent peut être pris comme un rite de passage, une modification corporelle avec tout ce que cela implique en terme d’irréversibilité de l’opération. Il convient donc de bien réfléchir au motif et d’avoir confiance en le professionnel qui opèrera. Cela dit, la réalisation de tatouages temporaires, éphémères, ou semi-permanents ne doit pas se faire en dilettante.

Tatouage stemporaires : savoir à quoi on s’engage

Temporaires, éphémères, ou semi-permanents , attention à ces décorations : les appellations utilisées pour les tatouages peuvent s’avérer rassurants car ils rappellent les décalcomanies de l’enfance innocente. Méthodes, encres utilisées, à quel professionnel s’adresser, de nombreux éléments sont à considérer avec attention.

Il peut y avoir des risques purement sanitaires lors de la réalisation d’un tatouage, qui, s’ils sont la plupart du temps écartés par le savoir-faire d’un professionnel, peuvent être inhérents à une réaction de défense de l’épiderme, ou une mauvaise réaction face à ce qui reste tout de même une effraction de la barrière cutanée. Cette remarque ne vise pas a décourager ceux qui voudrait arborer un tatouage, mais plutôt à amener la suivante, à savoir :

Tatouage classique réalisé à l'encre de Chine. (Copyright CryBaby2012)

Tatouage classique réalisé à l’encre de Chine. (Copyright CryBaby2012)

 > il en va de même pour les tatouages temporaires que pour les tatouages permanents.

fleche-suite

Selon l’Ifrop, 1 Français sur 10 serait tatoué (10 %) avec une forte variation selon l’âge, certaines générations étant beaucoup plus concernées. 1 jeune sur 5 âgé de 25 à 34 ans déclare ainsi posséder un tatouage, soit une proportion 2 fois supérieure à la moyenne. A noter également que le tatouage est marqué socialement. Les ouvriers se tatouent beaucoup plus que la moyenne des autres Français.

Suite > les idées reçues