Biodiversité. Sauvons nos abeilles !

Depuis quelques années maintenant, des millions d’essaims d’abeilles du monde entier disparaissent, abandonnant les reines, et sans laisser de traces derrière eux. Indispensables à la biodiversité, à la production fruitière et à l’horticulture, les petites ouvrières continuent de faire grise mine…

Pourquoi ? Que faire ?

Les colonies d’abeilles s’effondrent

les abeilles disparaissent

En dépit de l’interdiction des insecticides systémiques Gaucho et Régent, de Bayer et BASF, la santé des abeilles demeure fragile et les ruches continuent de se vider.

Présentes sur Terre depuis 50 millions d’années, les abeilles ont une place prépondérante dans l’écosystème de par leur rôle de pollinisation. Pourtant, les butineusesFace à cet étrange phénomène, le journaliste Vincent Tardieu a mené sa propre enquête pendant deux ans, de façon très minutieuse. A partir des conclusions qu’il en a tirées, il a récemment publié un ouvrage : “L’étrange silence des abeilles” dans lequel il explique qu’il n’y a pas qu’une seule raison à ce mystérieux génocide mais de multiples qui se sont accumulées au fil des années.

  • En 2006, aux Etats-Unis, le nombre des colonies d’abeilles est passé de 2,4 millions à 900 000 unités en 2 ans.
  • Selon l’INRA, la production de 84 % des espèces cultivées en Europe dépend directement des pollinisateurs, qui sont à plus de 90 % des abeilles domestiques et sauvages !

Les pesticides et le varroa sont depuis longtemps de véritables fléaux pour les abeilles. Originaire d’Indonésie, ce minuscule acarien qu’est le varroa, cause des dégâts très importants dans les ruches, et la mondialisation du commerce des reines n’a fait qu’empirer les choses… Or les traitements contre ce parasite restent insuffisants.

L’appauvrissement génétique, le frelon asiatique et d’autres virus sont également montrés du doigt par le journaliste.

Le film “La disparition des abeilles, la fin d’un mystère” de Natacha Calestrémé souligne pour sa part l’influence des  OGM, l’invasion de la monoculture mais aussi les ondes électro-magnétiques générées notamment par les antennes relais.

La suite p.2> Lutter contre l’hécatombe des abeilles

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !
consoGlobe vous recommande aussi...


9 commentaires Donnez votre avis
  1. oui, il faut sauver les abeilles sinon, il n’y auras plus de miel.

    • je suis totalement d’accord avec..moi.

  2. Il eût été judicieux de mettre une abeille sur la photo, et non pas une guêpe. Dommage …

  3. Bonne idée les ruches citadines au R.U. Mais par pitié, pourquoi une ruche en PLASTIQUE !!! Chassez le naturel, il revient en pétrole !!!
    Pour répondre à CLOT, si depuis rien n’a bougé : il y a peut être un rucher-école à proximité qui accepterait de s’occuper de l’essaim.
    Sinon, mettre un petit paravent devant l’entrée des abeilles, pour les diriger vers le haut, devrait suffire à ce que ” chacun soit chez soi “

  4. nous avons beaucoup de bourdons et autres insectes dans le jardin grace a des lavandes, de la jachère qui repousse un peu d’une année sur l’autre, mais depuis le printemps ou elles étaient sorties en avance on ne voit plus d’abeilles. le printemps a été froid(les nuits) et sec, ce qui a dû influer sur les insectes. pour les papillons pareil cette année il y en a moins. comment faire?

  5. DEs abeilles ont élu domicile dans un tronc de mon jardin. J’aurais voulu les sauver ,mais l’essain n’interresse pas les apiculteurs que j’ai contacté prés de chez moi!!!
    Que faire pour sauver ces abeilles qui soit disant disparaissent?
    Je ne peux les laisser là où elles sont non plus.

  6. sur ce site il existe également un parrainage de ruches d’abeilles dans le cadre de la sauvegarde des abeilles et à la portée de tous financièrement.

    rucherstambroise.com

  7. Les abeilles essaiment en catastrophe car elles se sentent trop mal là où on les installe, villes comprises.
    En cas de crise, ce qui est le cas, elles s’accueillent d’une ruche à l’autre.

    Dans le dos de Borloo et en dépit des désirs de l’UNAF les abeilles meurent en ville.
    eauseccours.com/article-33688680.html (avec phtos et vidéos)

    A Paris comme dans d’autres villes, les abeilles peuvent mourir pour des idées
    eauseccours.com/article-35235467.html (avec photos et vidéos)

  8. Il est depuis peu possible à chacun de participer à une démarche qui vise à multiplier les ruchers, et les chances de survie des abeilles : untoitpourlesabeilles.fr/

    Le parrainage d’une ruche ou d’une fraction de ruche devrait ainsi être accessible à la plupart.

Moi aussi je donne mon avis