Beauté

Duel écologique : Baskets classiques vs Baskets équitables

Pour hommes, femmes ou enfants, il existe des baskets pour tous les goûts et à tous les prix. On trouve même aujourd’hui des baskets équitables. Classiques ou équitables ? Le match (de basket).

Baskets classiques vs Baskets équitables

Plus que de simples chaussures de sport, les baskets sont devenues un véritable accessoire de mode à part entière. A la fois décontractées et stylées, elles sont sollicitées par toutes les tranches d’âge. Encore faut-il savoir choisir entre les baskets classiques et les baskets équitables et/ou bio !

Baskets classiques

Les pour : qualité du produit, gammes étendues
Les contre : Matières premières polluantes, industrie polluante, conditions de fabrication douteuses

Fabrication  : il y a plusieurs dizaines d’années, les chaussures de sport étaient fabriquées à partir de matières premières naturelles comme le caoutchouc ou le cuir (en 1960, la marque Adidas utilisait de la peau de kangourou). Les premières chaussures de sport en toile et caoutchouc ont été fabriquées aux États-Unis par la société Candde Manufacturing en 1868.

Aujourd’hui, la basket est composée principalement de matières synthétiques : la semelle extérieure est souvent en caoutchouc de synthèse ou carbone, la semelle intercalaire en éthylène-vinyle acétate, les systèmes soutenant les chevilles en polyuréthane à haute densité, et l’empeigne en nylon ou cuir synthétique. L’« air » des Nike Air est, en fait, de l’hexafluorure de souffre sous pression, un gaz à effet de serre.

Les baskets sont fabriquées en majorité dans les pays asiatiques où les conditions de travail sont difficiles et la dignité des travailleurs remise en question. Même si les fabricants tentent de faire respecter les droits des travailleurs, de nombreux scandales éclatent encore.

Les géants du secteur, Nike et Adidas, produisent massivement en Chine, même s’ils ont tendance à délocaliser leurs usines de production en Indonésie et au Vietnam, attirés par les coûts salariaux encore plus bas. Or selon l’Asian Floor Wage Alliance, en Thaïlande, au Vietnam ou en Indonésie, le salaire minimum et même le salaire moyen sont plus bas que le salaire dit « vital ». 

D’après le collectif de l’Ethique sur l’Étiquette, pour une paire de baskets Nike Air Jordan, vendues 140 euros en 2015, seuls 2,4 euros sont dédiés aux salaires des travailleurs. En 1995, la part des salaires était du même ordre de grandeur. Peu de choses ont changé donc en vingt ans.

Environnement : certaines baskets sont fabriquées à partir de matériaux très polluants : coton, cuir tanné au chrome, plastiques et synthétiques. Les mousses micro-cellulaires, par exemple, sont des matières synthétiques très élaborées qui entrent dans la fabrication de toutes les chaussures de sport notamment pour amortir les chocs que le pied subit.

Par ailleurs, la production de baskets dépend beaucoup du pétrole et constitue une véritable accumulation de pollution. De la colle à base de solvants aux composants synthétiques, en passant par le transport des produits.

Qualité  : outre leur design, les baskets, de manière générale, sont réputées pour leur confort et leur résistance, ce qui explique leur succès croissant. Toutefois, la plupart des chaussures de sport sont dites hors d’usage après quelques mois d’utilisation, le rembourrage de la semelle intercalaire s’étant compressée. Une fois dégradées, les baskets entraînent un surcroît de sudation du pied à leur contact et favorisent le développement de mycoses.

Prix : le prix d’une paire de baskets varie entre 80 et 100 euros en moyenne voire plus pour les baskets d’image de grande marque.

Baskets équitables

Les pour : Matières premières naturelles, moins de sources de pollution, qualité du produit.
Les contre : gammes encore peu étendues.
Fabrication  : la marque Veja a lancé la première marque de baskets issue du commerce équitable. Élaborée au Brésil en coton bio et caoutchouc naturel, son processus de fabrication respecte la dignité des travailleurs. Ces derniers travaillent dans des conditions décentes, et reçoivent un salaire décent (supérieur à la moyenne brésilienne), avec une participation annuelle aux bénéfices substantiels.
Quand les matières premières sont récoltées, elles sont envoyées dans une coopérative du sud du Brésil où sont achevés la confection et l’assemblage. L’acheminement des baskets vers la France s’effectue en porte-containers et non en avion. En coton biologique, la toile provient d’une coopérative de petits producteurs du Nordeste brésilien. Quant à la semelle, elle est en caoutchouc naturel issu de l’hévéa, arbre poussant dans la forêt amazonienne. La marque respecte les critères FLO du commerce équitable et paie les producteurs 30 à 100 % de plus que les autres fabricants. Les bénéfices financent des projets de développement : santé, formation, éducation, environnement, lutte contre la déforestation.
Environnement : En principe, la majorité des baskets équitables est constituée de matières premières recyclables, les déchets industriels sont recyclés à 100 %, et les colles utilisées sont à base d’eau. On peut même voir apparaître des matières étonnantes comme le cuir végétal réalisé de façon artisanale. Les baskets Ethletic sont par exemple labellisées par plusieurs organismes comme FSC, Fairtrade ou encore l’écolabel IMO, spécialisé dans le suivi de la qualité des produits de l’agriculture biologique. Elles sont même vegan !

La marque de baskets FYE propose des baskets en toile de polyester recyclé provenant de bouteilles plastiques avec une semelle extérieure réalisée à 50 % à partir d’anciennes chaussures récupérées grâce à un partenariat avec l’association Le Relais.

Enfin, Patagonia propose des chaussures intégrant du cuir issu de fabriques certifiées ISO 14001, des semelles en caoutchouc recyclé et du latex a base de sève d’hévéa. L’impact environnemental d’une paire de baskets équitables est difficile à déterminer, mais la Charte du Commerce Équitable veille à ce que les produits soient fabriqués dans le respect des Droits de l’Homme, et de l’environnement tant que possible.

Qualité  : Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les baskets équitables n’ont rien à envier aux baskets classiques en matière de qualité. Elles sont confortables, résistantes, souples. Les baskets équitables se portent aussi bien pour faire du sport que pour les promenades en ville. Leur durée de vie est semblable à celle des baskets classiques.

Prix : Il faut compter aux alentours de 90 euros pour une paire de baskets Veja par exemple. D’autres marques comme Etheltic ou FYE proposent des baskets équitables à moins de 50 euros. Pas de grande différence, donc, avec les baskets conventionnelles.

Le verdict consoGlobe

Baskets classiques : 3 / 10
Baskets équitables : 7 / 10

Qui n’a pas une paire de baskets qui traîne dans son placard ? Devenues un accessoire incontournable de mode, les baskets envahissent les magasins, et plus seulement d’équipements de sport. Bien que les baskets, composées de matières pétrochimiques comme le coton ou encore le plastique, soient confortables et à la mode, il est impossible d’ignorer leur impact écologique, sans parler des déséquilibres voire des scandales sociaux qu’elles entraînent lors de leur fabrication.

Quant aux baskets équitables, leur développement se révèle encore timide bien que certaines marques sortent de l’ombre. Sans nul doute plus respectueuses des hommes et de l’environnement, ces baskets responsables labellisées ne sont certes pas à 100 % écologiques, mais elles ont le mérite de fournir des efforts considérables pour atteindre leur objectif qui est d’allier la mode au développement durable.

Baskets – Le saviez-vous ?

  • Nike a lancé depuis 1993 un programme baptisé « Reuse-A-Shoe » qui récupère des paires de baskets usagées afin de les recycler et d’en faire un matériau de fabrication de terrains sportifs.
  • La marque Adidas a lancé en novembre 2016 une paire de baskets fabriquées à 95 % à partir de filets de pêche recyclés. 7.000 exemplaires ont été produits ; l’objectif est d’en produire un million d’ici à 2017.