Voiture à hydrogène : le match Toyota – Hyundai a commencé

Rédigé par Planète Verte, le 10 Feb 2015, à 10 h 00 min

Alors que Toyota fait le buzz depuis fin 2014 en annonçant plus de 1500 commandes de son modèle MIRAI à pile à combustible, Hyundai contrattaque en annonçant une baisse du prix de sa voiture à hydrogène. Gros plan sur cette bataille « zéro émission » !

Bataille autour de la voiture à hydrogène

Initialement connu en Europe sous l’appellation iX35, le modèle à hydrogène de la marque sud-coréenne change de nom pour devenir le Hyundai Tucson FCEV, comme c’était déjà le cas en Asie et aux Etats-Unis.

Ce crossover écologique (les véhicules à hydrogène n’émettent que de l’eau pendant leur utilisation) affiche également un nouveau design qui sera dévoilé en mars prochain lors du salon automobile de Genève. Techniquement, le Hyundai Tucson FCEV embarque un moteur électrique développant 136 ch avec un couple maximal de 300 Nm. La pile à combustible d’une puissance de 100 kW) est couplée à une batterie lithium-polymère d’une capacité de 24 kWh. Le véhicule embarque également deux réservoirs à hydrogène d’une capacité de 144 litres (soit 5,64 kg de H2).

Crédit photo : © Hyundai Tucson FCEV

Crédit photo : © Hyundai Tucson FCEV

Potentiel de la voiture à hydrogène

Nouveau nom, nouveau design, mais aussi nouveau tarif : Hyundai a en effet annoncé il y a quelques jours une baisse de prix de 43 % pour le marché Coréen afin de concurrencer directement le potentiel succès de la Toyota Mirai dont le premier exemplaire a été livré au premier ministre japonais en Janvier dernier.

Crédit photo : © Le premier Ministre Japonais Shinzo Abe à bord de la Toyota MIRAI

Crédit photo : © Le premier Ministre japonais Shinzo Abe à bord de la Toyota MIRAI

Le Hyundai Tucson FCEV est aujourd’hui disponible à partir de 60 000 euros et offrira une autonomie de 500km. Un prix qui reste très au dessus de la Toyota MIRAI qui est proposée au Japon à un prix d’environ 50.000 euros, pour une autonomie annoncée de 483km.

Cette bataille des prix et des annonces témoigne à quel point le marché des véhicules propres en général, et des véhicules à hydrogène en particulier, est stratégique pour les constructeurs qui continuent à investir massivement dans des technologies de plus en plus respectueuses de l’environnement.

> Article réalisé pour la lettre « Transport et Mobilité durables » éditée par consoGlobe et Planète-Verte :
Voir la dernière édition // Source : Toyota, Hyundai 2015

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




10 commentaires Donnez votre avis
  1. A quelle année les voitures hydrogène seront en afrique?

  2. Qu’en est-il de la voiture à air comprimé qui existe depuis 2014?

    • Tu veux dire depuis 2009. C’était passé au JT de france2.Et dans ce lien, il parle même de 2007 http://youtu.be/Tjr3gKIZlok . Alors, où est la vérité? Info, intox?

    • En fait la société existe depuis 91, et ça doit faire une petite quinzaine d’année que la voiture sera en production « l’année prochaine ».

  3. Autant Toyota a montré la voie aux autres constructeurs avec les véhicules hybrides. Malheureusement, concernant le véhicule à hydrogène, je pense que Toyota se lance dans la construction d’une autre ligne Maginot…

  4. Oui, mais….Quel sera le prix du plein d’hydrogène? Y aura t-il à très court terme assez de stations, et ne peuvent-ils pas augmenter l’autonomie en agrandissant les réservoirs??????

    • Malheureusement non, il n’y aura pas de stations en quantité telle que le plein ne serait qu’une formalité. Pourquoi ?
      La faute à l’hydrogène, c’est l’élément le moins dense de tous ceux qui existent sur terre, il traverse tout même le métal donc les fuites sont difficiles à maitriser. Actuellement, l’hydrogène utilisé est essentiellement extrait de gaz donc de l’énergie fossile, est-ce l’avenir? On pourrait l’extraire de l’eau grâce à l’électrolyse, mais ce procédé est extrêmement énergivore en l’état des techniques actuelles…

    • Le prix à la pompe est de 1100 yens le kilo.

      Source :

      http://ajw.asahi.com/article/business/AJ201411150043

      Une quinzaine de stations devraient être ouvertes d’ici la fin mars 2015 chez Iwatani et ENEOS sur la préfecture de Tokyo.

    • Actuellement il existe des procédés qui permettent de transporter l’ « hydrogène » à l’état liquide (transformation en acide formique), donc aussi pratique que du pétrole! En revanche, pour les stations, le top serait d’avoir des panneaux solaires qui effectuent une catalyse sur place (mais difficile à mettre en place pour des raisons de coûts à l’achat, de réglementation et bien sur de lobying ^^)

Moi aussi je donne mon avis