Vivez-vous dans une ville verte ?

Heureux Nantais : urbains oxygénés, ils disposent de 37 m2 de jardins par habitant… ce qui classe leur ville en tête du palmarès 2017 des villes vertes ! Mais d’autres villes sont également bien placées : découvrez leurs initiatives en matière d’environnement…

Rédigé par Brigitte Valotto, le 21 Oct 2017, à 13 h 30 min

« Les espaces verts doivent être considérés comme un investissement dans la santé, le bien-être et la qualité de vie des citoyens » : c’est l’Organisation Mondiale pour la Santé (OMS) qui l’affirme ! Conscientes de cet enjeu, les grandes villes de France se sont lancées dans une course aux innovations ‘nature’ : création de jardins thérapeutiques, applications pour inciter au sport dans les parcs, dépollution des sols… Des initiatives remarquées par l’Observatoire des villes vertes qui vient de dévoiler les résultats de sa cinquième enquête, menée en partenariat avec l’Union Nationale des Entreprises du Paysage (Unep) et Hortis, l’association des responsables d’espaces nature en ville.

Nantes : et la sixième sera la première…

Avec 37 m² d’espaces verts et 69 euros/habitant consacré à leur entretien, la sixième plus grande ville de France est la première en matière d’environnement ; et ses cent jardins sont d’ailleurs devenus une véritable attraction touristique : ils sont aujourd’hui les lieux les plus visités de Nantes !

Il faut dire que la municipalité redouble d’imagination pour divertir les visiteurs de ces espaces naturels : visites guidées, parcours de découvertes disponibles sur smartphone, festivals…

ville verte nantes

L’Erdre à Nantes © Leonid Andronov

Mais d’autres grandes villes la talonnent.

Le sport, c’est la santé, à Marseille, Lyon, Strasbourg…

À Marseille, les créations, en partenariat avec l’Assistance Publique, du Jardin de l’Hospitalité(3) qui propose à tous des activités culturelles ainsi que des ateliers collaboratifs tout au long de l’année, et de l’Espace Méditerranéen de l’adolescence(2) qui permet à ces derniers d’être soignés dans un cadre propice au bien-être, à la relaxation, et à la création de liens sociaux, sont également saluées par l’Observatoire.

À Lyon et Strasbourg, on mise sur les jardins pour faire bouger les habitants ! Ainsi, la capitale des Gaules vient de lancer une application permettant aux citadins de mettre à profit les parcs municipaux dans le cadre de leurs activités sportives. Sur le modèle des applications lancées par les marques de sport, elle propose des programmes personnalisés.

Quant à Strasbourg, elle organise chaque année des entraînements ouverts à tous (marche nordique, yoga, taï chi, …) et le service Espaces verts a aménagé, en partenariat avec le service des Sports, des « Vitaboucles« , parcours de remise en forme complets à travers les parcs de la ville.

Des partenariats « verts » à Caen et à Metz…

La promotion de la santé, grâce aux parcs et jardins, peut aussi passer par des projets pensés en amont par l’ensemble des parties prenantes. Ainsi, à Caen, la direction des espaces verts est impliquée dans la conception du Plan Régional Santé Environnement et intervient sur les problématiques liées à la qualité de l’air.

ville verte Metz

Le temple Neuf sur la Moselle à Metz © Dew scienartist

À Metz, de nombreux partenariats sont signés avec des associations : réalisation d’ateliers de plantation pour développer la sociabilité de personnes en situation de déficience intellectuelle, création d’un parcours « des plantes qui soignent« , aménagement de potagers dans les écoles

Orléans, au-delà des obligations légales

Allier forme et nature en ville, c’est aussi lutter concrètement contre la pollution de l’air, avec l’objectif d’assainir le territoire à plus large échelle. Alors que les insecticides et pesticides sont interdits depuis janvier 2017 dans les espaces publics, plusieurs villes du panel de l’Observatoire dépassent cette obligation légale, montrant l’exemple à toutes les parties prenantes (particuliers, bailleurs sociaux, entreprises privées, agriculteurs…),  La ville d’Orléans travaille par exemple en partenariat avec les agriculteurs à proximité de la ville pour lutter contre les pollutions diffuses et protéger les ressources en eau.

Des résultats déjà prouvés

Tous ces efforts permettent aux citadins de profiter des bienfaits de la végétalisation urbaine sur la santé : il est prouvé que la prévalence des maladies courantes diminue fortement dans les zones denses en espaces verts. « Les bienfaits du végétal pour la santé des citadins ne sont plus à démontrer : selon une étude récente, en investissant seulement 3,6 euros par habitant dans la plantation d’arbres, les villes pourraient sauver entre 11.000 et 37.000 vies par an« , assure Catherine Muller, Présidente de l’Unep.

ville verte, végétalisation des villes

Mur végétal à Paris © Pack-Shot

Selon cette étude canadienne menée à Toronto, ajouter 10 arbres par quartier correspondrait à une amélioration de la santé générale comparable à un rajeunissement de 7 ans ! Des effets d’autant plus intéressants qu’ils seraient plus importants chez les populations les plus fragiles, participant ainsi à la lutte contre les inégalités sociales de santé. Alors, messieurs les maires, encore un petit effort : l’enquête de l’Observatoire conclut aussi que de manière générale, les liens entre le service Espaces verts et le service Santé des villes restent faibles… ce qui ne facilite pas la mise en place de projets transversaux. La végétalisation urbaine n’est pas encore pensée de façon globale et reste encore trop souvent cantonnée aux questions environnementales. Ce prisme tendrait encore à minimiser le rôle essentiel du vert en ville.

Illustration bannière : Nantes ville verte 2018 – © Leonid Andronov
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste free-lance, Brigitte Valotto est notamment une collaboratrice régulière des pages enfants, société, pratique, tourisme et actu de...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Nantes ville verte certainement, belle ville sans aucun doute vu les quelques photos présentées, mais aussi ville socialiste, ville de  » Madame Apperé qui se permet de dire que les retraités ont de l’argent, qu’il faut les faire payer » ville de violences en tout genres, je ne viendrais pas vivre à Nantes déjà que je ne me plais pas en ville.

Moi aussi je donne mon avis