L’upcycling : une tendance écoresponsable qui redonne vie aux vieux vêtements

Depuis quelques années, l’upcycling a le vent en poupe. L’idée? Offrir une seconde vie à nos vieux vêtements en les transformant en nouvelles pièces.

Rédigé par Marie Mourot, le 26 Mar 2017, à 7 h 00 min

Depuis quelques années, l’upcycling ou « surcyclage » en français a le vent en poupe ! L’idée ? Offrir une seconde vie à nos vieux vêtements en les transformant en nouvelles pièces. Upcycler c’est donc recycler mais pas n’importe comment…

L’upcycling de vieux vêtements, ou l’art de faire du beau avec de l’ancien

Dans le mot upcycling il y a le préfixe « up », ce qui signifie que upcycler, ce n’est pas seulement recycler, mais recycler en valorisant la pièce d’origine. Les nouveaux vêtements créés sont ainsi à chaque fois des pièces uniques dont le style et la fonctionnalité ont évolué.

Cette tendance est apparu dans les années 90, dans un souci de respect et de protection de l’environnement. En effet, chaque année plusieurs millions de tonnes de textiles sont jetées, un gaspillage qui contribue largement à la pollution de l’environnement. L’upcycling permet ainsi de respecter la planète mais aussi de réduire les délais de fabrication pour les créateurs et d’alléger leur budget.

En France, l’upcycling de vêtements commence à émerger depuis quelques années et de nombreux créateurs mettent leur talent au service de cette nouvelle tendance, selon différents procédés.

Les différentes techniques d’upcycling de vêtements

Trois techniques existent dans l’upcycling de vêtements.

vieux vêtements

© S_L Shutterstock

La première consiste à travailler sur des vêtements déjà existants, récupérés dans des dépôts-vente ou dans des vide-greniers afin de les transformer en nouvelles pièces. Un jean peut par exemple se transformer en top et un pantalon usé en un tee-shirt patchwork. En matière d’upcycling, tout est possible est la créativité n’a aucune limite ! Les vêtement sont déconstruits puis reconstruits entièrement afin d’être remis au goût du jour. Chacun d’entre nous peut donc s’essayer à cette technique, à condition tout de même d’avoir quelques bases en couture : vous trouverez de nombreux tutos sur internet pour transformer vos vieux vêtements et vous offrir une nouvelle garde robe.

La deuxième technique d’upcycling utilisée par les créateurs consiste, quant à elle, à utiliser des tissus invendus, du linge de maison ou encore des chutes de tissus vintage afin de créer des vêtements. Rien ne se perd, tout se transforme !

Enfin, le dernier procédé consiste à recycler une matière déjà existante afin d’en faire une nouvelle matière car presque toutes les matières textiles peuvent se recycler, alors pourquoi s’en priver ? De plus, recycler une matière déjà existante est beaucoup plus économique en eau et en énergie que d’en créer une nouvelle de toute pièce.

Économique, respectueux de l’environnement et original, l’upcycling pousse de nombreux créateurs à investir cette technique…

vieux vêtements

© Cat Act Art Shutterstock

Les créateurs indépendants

Nous vous avions présenté il y a quelques temps Lili Zig Zag, mais elle n’est pas seule sur ce marché :

Gaëlle Constantini a créé sa marque éponyme éco responsable en 2009. Cette créatrice parisienne chine des pièces en friperie ou en brocante afin de les transformer et de créer ainsi une ligne de vêtements 100 % responsable. Les modèles restent les mêmes mais chaque pièce est unique dans le tissu, un travail très long qui réclame environ 35 heures par pièce.

Pour en savoir plus : www.ateliergaelleconstantini.com

Monia Sbouaï vient de lancer en 2016, sa marque de vêtements pour femmes et pour hommes, Super Marché. Elle se compose d’une ligne de pièces transformées et retravaillées ainsi que d’une ligne de vêtements récupérés. En créant sa propre marque, cette jeune créatrice a souhaité confier le travail de couture à des personnes en situation d’insertion professionnelle : « Super Marché est né de l’envie d’utiliser des vêtements déjà existants pour proposer un vestiaire moderne s’inscrivant dans une notion d’économie sociale et solidaire ».

Pour en savoir plus : www.supermarcheparis.bigcartel.com

Les grandes enseignes

Créé en 2012, Ecoalf propose une collection, de vêtements mais aussi de chaussures et d’accessoires, fabriquée à partir de matières recyclées. Bouteilles en plastique, filets de pêche, pneus et marc de café sont recyclés afin de créer de nouvelles matières. La marque gère également tout le processus, de la collecte des déchets au recyclage, puis la conception et la réalisation. En réussissant ce pari, son fondateur Javier Goyeneche, nous prouve qu’il n’est pas nécessaire d’épuiser les ressources de la Terre pour produire des vêtements.

Pour en savoir plus : www.ecoalf.com

Créé en 2009 par Yael Aflalo, Reformation, marque haut de gamme a réussi à placer l’écologie au centre de la conception de sa ligne de vêtements, tout en reposant uniquement sur l’upcycling. Les tissus utilisés sont durables ou issus de stocks invendus. La grande majorité des pièces sont conçues et produites au même endroit, à Los Angeles, dans des locaux responsables et écologiques.

Pour en savoir plus : www.thereformation.com

L’enseigne Rokit propose également une ligne « Rockit recycled », issue de la transformation de vieux vêtements. Les pièces sont fabriquées à la main, à Londres et offre ainsi une collection éthique et originale.

Pour savoir plus : www.rokit.co.uk/rokit-recycled

D’autres marques, comme Loptworks, Episode ou encore la boutique Kiliwatch Paris, proposent, elles aussi, des vêtements plus respectueux de l’environnement, issus de l’upcycling.

Une tendance à suivre

Il est vrai, l’upcycling permet de réduire l’impact de l’industrie textile sur l’environnement, en évitant le gaspillage et en recyclant tout ce qui peut l’être. Cependant, c’est une technique qui demande beaucoup de temps aux créateurs, ce qui explique que les prix soient, la plupart du temps, bien au dessus des prix du marché. Une tendance à suivre donc et à encourager, en espérant que d’ici quelques années, nous puissions nous procurer des pièces upcyclées à des prix plus abordables.

Illustration bannière : L’upcycling des vieux vêtements, une mode écoresponsable – © PEPPERSMINT Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Rédactrice web freelance et maman de deux enfants, je me suis toujours sentie très concernée par l'écologie et le développement durable. Constamment en...

3 commentaires Donnez votre avis
  1. Je ne jette jamais un jean sans avoir récupéré dessus tout ce qui peut servir à en retaper d’autres…Et quelle économie!!!
    Combien de vêtements n’ai-je pas retapés ou transformés? Je ne les compte plus! Dans un vieux tee-shirt,j’ai un jour fait une jolie petite robe d’été à ma fille qui avait 2 ans. J’ai du tissus qui traîne? J’en fais un pantalon ou une robe ou jupe quelconque et je suis toujours bien habillée. Toujours avec de vieux vêtement encore en bon état mais qui ne m’allaient plus, en récupérant le tissus, j’ai fait plein d’autres vêtements,sacs ou autres. J’ai même été jusqu’à faire de beaux slips à mon mari (en ayant gardé pour certains trop vieux,de quoi avoir un patron – que je modifiais parfois.) Il n’en revenait pas et les portait avec plaisir! On peut tirer beaucoup de choses et vêtements avec tous les anciens qu’on ne peut plus mettre! Si on le veut vraiment,on peut recycler beaucoup plus de choses qu’on n’imagine pas toujours. Il suffit d’avoir de l’idée et de ne plus vouloir entretenir les lobbys! Pour les vêtements, il suffit de savoir coudre et d’avoir de la patience. Il est temps d’arrêter avec le gaspillage, autant pour la planète que pour nous! C’est valable aussi avec d’autres choses comme le bois des palettes, le carton, de vieux meubles et même les pneus et bien d’autres choses encore. Ayez de l’imagination,ça paie toujours et à chaque fois,vous ferez des découvertes et décuplerez vos capacités! Certain(e)s en ont même fait leur métier,et ça marche, parfois au-delà de leurs espérances. Tout dépend de votre motivation et de nos jours,ce qui est devenu important, de votre budget aussi,car tout le monde n’est pas riche! Il m’arrive parfois d’échanger des vêtements ou autres avec des ami(e)s ou connaissances, même contre un service. Tout est possible à celle/celui qui veut vraiment! Côté vêtements, celles (ou ceux) qui ne savent pas coudre : Si cela vous attire,apprenez! Ça vous servira toujours! Pareil pour ceux qui ne savent pas bricoler,apprenez (avec des pros – pour votre sécurité si vous devez manier certains outils car aucun n’est anodin.) L’ai de rien,même si c’est moins dangereux,il y a de petites choses à apprendre avec une machine à coudre (j’en ai connu qui se sont piqué un doigt assez méchamment!) c’est rare mais ça peut arriver – tout matériel électrique doit être utilisé en connaissance de causes. Il y a de bonnes « tactiques » à apprendre pour ne jamais se blesser. Un conseil qui n’est pas de trop : Méfiez-vous des enfants qui sont en général très ou trop curieux. Chez moi, ni enfants ni animaux ne sont tolérés là où je bricole! Si je ne suis pas près de ma machine à coudre pendant quelques minutes, elle est DÉBRANCHÉE. Mise à l’arrêt total! De ce fait,je n’ai jamais eu à déplorer un accident. Voilà,bonne couture à certain(e)s ou bon bricolage, bon jardinage et que sais-je encore..?!!

  2. Super idée! Faut savoir le montrer aussi aux utilisateurs de l’application GEEV pour leur donner envie d’adopter tous les supers dons qu’il y a dessus!

  3. Super idée! Faut savoir le montrer aussi aux utilisateurs de l’application GEEV pour leur donner envie d’adopter tous les supers dons qu’il y a dessus!

Moi aussi je donne mon avis