Le lien entre viande rouge et cancer colorectal clairement établi

Manger plus de 150 grammes de viande rouge par jour expose à un risque bien plus élevé de cancer colorectal, vient de prouver une toute nouvelle étude.

Rédigé par Paul Malo, le 21 Jun 2021, à 11 h 35 min
Le lien entre viande rouge et cancer colorectal clairement établi
Précédent
Suivant

C’était une hypothèse, c’est désormais une certitude : il existe bien un lien entre la consommation de viande rouge et le cancer colorectal.

Une question d’alkylation

C’est une étude tout récemment publiée par Cancer Discovery(1) qui met en lumière ce lien indubitable. Mais comment ? En séquençant l’ADN de 900 patients atteints d’un cancer colorectal, malades ayant participé à « trois études prospectives à l’échelle des États-Unis avec des informations détaillées sur l’alimentation et le mode de vie ». C’est ainsi que les chercheurs sont parvenus à mettre en lumière les dommages causés à l’ADN par un régime alimentaire très, trop, riche en viande rouge. Ils ont ainsi pu repérer une mutation tout à fait spécifique de l’ADN nommée alkylation.

Si toutes les cellules présentant ces mutations ne vont pas forcément devenir cancéreuses, cette mutation est clairement associée à la consommation de viande rouge. « Cette signature alkylante est associée à des apports élevés de viande rouge transformée et non transformée avant le diagnostic », expliquent les chercheurs. Selon eux, « ces résultats relient pour la première fois une signature mutationnelle colorectale à un composant de l’alimentation et impliquent davantage le rôle de la viande rouge dans l’initiation et la progression du cancer colorectal ».

Une mutation de l’ADN appelé alkylation provoque le cancer colorectal – © New Africa

Veiller à une consommation plus modérée de viande rouge

Les composés chimiques pouvant causer une alkylation seraient liés tant au fer, très présent dans le sang et la viande rouge, qu’aux nitrates présents dans la viande transformée. Seules les tumeurs de patients mangeant en moyenne plus de 150 grammes de viande rouge par jour ont présenté, selon cette étude, de hauts niveaux d’alkylation. Dans ce cas, les patients avaient 47 % de risque d’en mourir en plus. Ces résultats éloquents devraient notamment permettre d’identifier les patients les plus prédisposés génétiquement à une telle alkylation, et donc de leur recommander une consommation plus modérée de viande rouge.

Lire aussi : 5 applis pour manger moins de viande

Le marqueur que constitue ce niveau d’alkylation constaté chez les patients pourrait également servir à leur donner un pronostic quant à leur espérance de vie. Plus largement, mieux comprendre comment survient et se développe le cancer colorectal devrait aussi ouvrir la voie au développement de nouveaux traitements. En attendant, manger moins de viande rouge demeure donc un conseil médical fondé afin de contribuer à prévenir ce type de cancer, au-delà même du fait que le niveau de consommation de viande actuel n’est pas compatible avec la préservation de l’avenir de notre planète.

Illustration bannière : Un régime alimentaire très riche en viande rouge provoque des domages sur l’ADN – © siamionau pavel
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis