Un ver marin donne un coup de sang à la recherche

Rédigé par Eva Souto, le 5 Jul 2014, à 10 h 02 min

Un ver marin, compatible avec tous les groupes sanguins et possédant un fort pouvoir oxygénant : c’est l’incroyable découverte réalisée par une start-up bretonne, Hemarina. Enquête sur un ver qui pourrait bien révolutionner la médecine.

L’arénicole : un ver marin pas comme les autres

Présent sur les plages de l’Atlantique, l’arénicole (de aréno, sable et cole, qui habite) est un ver très apprécié pour sa qualité d’appât dans la pêche au poisson marin.

Mais, c’est pour une toute autre raison qu’il pourrait devenir célèbre demain.

En effet, Hemarina, une société bretonne, a découvert que le sang du ver pouvait avoir des propriétés médicales étonnantes.

Le sang de l’arénicole compatible avec tous les groupes sanguins

En effet, le sang du ver qui mesure de 10 à 15 cm de longueur serait compatible avec tous les groupes sanguins. De plus, il aurait une capacité d’acheminement d’oxygène cinquante fois supérieure à l’hémoglobine humaine.

ver-donneur-sang-universel

Contrairement à cette dernière, enfermée dans des globules rouges, celle de l’arénicole est extracellulaire. C’est le docteur Franck Zal, un des fondateurs d’Hemarina, qui serait à l’origine de cette découverte.

J’ai identifié une molécule qui est un transporteur d’oxygène universel et qui pourrait ainsi être transfusée à tous les groupes sanguins (…). Cette molécule est issue d’un ver marin, l’arénicole
Franck Zal

Le sang de l’arénicole : un allié de taille pour les greffes ?

En 2002, le docteur Franck Zal, alors chercheur au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) tente de comprendre comment l’arénicole parvient à respirer entre la marée haute et la marée basse.

ver-donneur-sang-navy

C’est à cette occasion qu’il découvre les pouvoirs stupéfiants du ver. « L’hémoglobine de ce ver permet d’oxygéner le greffon et donc de réduire les risques de rejet de greffe », souligne Franck Zal. Il assure même que « l’organe est conservé dans un état physiologique proche de l’organisme du donneur ».

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Combien faut il de vers pour en extraire un litre de leur sang?

Moi aussi je donne mon avis