La vague de l’e-commerce va emporter aussi l’alimentation

Le e-commerce se développe et représente désormais près de 20 % des ventes réalisées dans le monde, surtout dans les secteurs de l’électronique et des vêtements. Ce sont en effet les premiers secteurs qui ont été conquis par le e-commerce, mais celui-ci tend à se diversifier : la prochaine étape consistera à conquérir les secteurs des produits de grande consommation, alimentation en tête.

Rédigé par Valérie Dewerte, le 5 Oct 2016, à 12 h 50 min

La tendance est clairement lancée depuis des années et les distributeurs ne se sont pas laissé dépasser par les événements : tous les grands distributeurs en France et ailleurs disposent d’un site Internet permettant de faire des achats et de se faire livrer à la maison. Sans compter les « Drive », où les achats sont réalisés sur Internet et où il ne suffit plus que de passer au magasin les retirer directement avec la voiture.

L’e-commerce veut s’attaquer aux supermarchés

Le e-commerce dans l’alimentation n’est donc pas une nouveauté. Mais les consommateurs n’en ont pas encore fait une réelle habitude : seulement 4,4 % des ventes réalisées dans le secteur des produits de grande distribution (PGC) venaient d’Internet, selon l’étude Katar Worldpanel menée entre juin 2015 et juin 2016. Ce n’est pas énorme, mais la croissance de 15 % des ventes e-commerce sur un an laisse penser que le secteur n’a pas encore atteint son rythme de croisière.

alimentation, achat en ligne, e-commerce, produits frais

L’agroalimentaire conquis par le e-commerce ? Oui, mais…

En France, surtout, la croissance a été surprenante selon Kantar Worldpanel : 20 % sur douze mois. Le e-commerce dans les PGC représente 5,3 % des ventes dans l’Hexagone et le cabinet en est convaincu : ça ne va pas s’arrêter là. L’e-commerce devrait, dans les années à venir, représenter dans les produits de grande consommation une part similaire à celle des produits électroniques ou du textile, soit environ 11 %.

L’alimentation devrait connaître l’augmentation la plus élevée, la beauté et l’entretien étant déjà beaucoup plus consommés sur Internet par les Français : ils connaissent déjà le produit et l’achat n’est pas lié à une envie mais à un besoin.

Seul souci : l’achat de produits frais, qui pourrait freiner la croissance ; si la livraison de produits frais est déjà disponible sur certains sites, pas sûr que les Français soient prêts à leur faire confiance. Et s’il faut se déplacer en magasin pour le frais, autant se déplacer pour tout le reste aussi…

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. comment peut-on acheter des produits frais sans les voir de nos propres yeux sans les toucher,les palper????? on peu vous refiler n’importe quoi du moment que c’est « beau » que ce soit de la m…. a l’interieur !!!!!!!!!!!!!

    • Je pense que faire ses courses en ligne peut nous permettre de faire des économies. Personnellement je suis étudiante et je trouve qu’il y a trop de tentation quand je vais au supermarché. J’aime beaucoup faire mes courses en ligne : gain de temps et d’argent ! Mais ça me permet aussi de pouvoir comparer les prix en temps réel grâce à des extensions comme OfCourses et faire encore plus d’économie (et oui budget très serré l’oblige). Impossible de comparer les prix quand vous êtes en face du rayon 😉

Moi aussi je donne mon avis