Les vaches ne mangeront bientôt plus de pneus !

Une convention doit être signée ce lundi 15 juillet pour récupérer les millions de pneus présents dans les exploitations agricoles, dont les micro-particules finissent par se retrouver dans l’estomac des vaches, les rendant malades.

Rédigé par Paul Malo, le 15 Jul 2019, à 10 h 00 min

Les vaches ne sont pas des poubelles : une convention doit être signée aujourd’hui pour évacuer des milliers de pneus des exploitations agricoles, où ils se décomposent peu à peu.

 Les vaches mangent du pneu et contractent « La maladie de la quincaillerie »

C’était une mauvaise idée parmi tant d’autres… Dans les années 70, on conseillait aux agriculteurs de recycler les pneus aux champs. Des pneus qui servaient aussi à maintenir les bâches des fourrages.

Les pneus servant à tenir les bâches des ensilages finissent trop souvent dans l’estomac des vaches © Ross Gordon Henry

Il aura fallu attendre 2015 pour se rendre enfin compte que ces pneus sont justement à l’origine de l’une des premières causes de pathologie chez les vaches : « la maladie de la quincaillerie ». Une maladie pouvant provoquer abcès, péritonites, fièvre, perte d’appétit et bien sûr baisse de la production de lait.

Une convention doit être signée aujourd’hui pour récupérer les millions de pneus qui végètent dans les champs et finissent, sous forme de particules, dans l’estomac des bovins(1).

À cause de ces pneus permettant de maintenir les bâches d’ensilage pour protéger le fourrage, ce sont chaque année 60.000 bovins qui seraient atteints de tumeurs et d’infections. En effet, au fil du temps, ces pneus se décomposent en micro-particules de caoutchouc, qui finissent irrémédiablement dans l’estomac des ruminants. Un scandale des « vaches poubelles » dénoncé par l’association Robin des bois en février dernier(2).

Lire aussi : L214 dénonce l’horrible scandale des ‘vaches à hublots’

Des centaines de milliers de tonnes à évacuer des prés

Enfin, un accord va être signé avec la filière pneumatique. Des fabricants tel que Michelin vont s’engager à récupérer à leurs frais les pneus des exploitations agricoles. Cette mise en application concrète du principe du pollueur-payeur devrait déboucher sur la récupération chaque année de 15.000 tonnes de déchets par an, soit 2,4 millions de pneus.

Pour en faire quoi ? L’association Robin des Bois préconise de les broyer pour mieux les transporter et de s’en servir comme combustible, notamment pour les cimentiers, qui se servent de fioul pour alimenter leurs fours.

Selon des statistiques anciennes, datant de 2006, on recensait alors pas moins de 800.000 tonnes dans les champs, en majorité sur les terres agricoles de Bretagne, du Centre, de Normandie et du Sud-Ouest. Combien plus de dix ans après ?

Les retirer des champs devrait aussi permettre de réduire la prolifération des moustiques-tigres, mais aussi des guêpes et des rats. Ne restera plus, ensuite, qu’à parvenir à se débarrasser des films plastiques qui entourent encore les bottes de fourrage.

Illustration bannière : Les vaches commencent à en avoir marre ! -© Astrid Gast
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis