Union Européenne : Quand Coca-Cola sponsorise la présidence de la Roumanie

Lobbying ou partenariat ? L’organisation européenne de défense des consommateurs Foodwatch appelle la Roumanie à faire cesser le sponsoring de la présidence tournante de l’Europe par Coca-Cola.

Rédigé par Paul Malo, le 4 Mar 2019, à 10 h 15 min

Coca-Cola sponsorise la présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne. Foodwatch, une ONG qui se bat pour une alimentation sans risques, saine et abordable pour tous et toutes et milite pour plus de transparence dans le secteur alimentaire, exige que ce partenariat cesse au plus vite.

Une volonté de lobbying explicite

Une marque de soda peut-elle sponsoriser une institution ? Oui, et ce n’est en fait pas nouveau. Mais quand il s’agit de la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne, tenue par la Roumanie jusqu’en juin 2019, c’est apparemment tout sauf discret.

Parmi les partenaires « platine » de cette présidence, on trouve ainsi aussi bien  Renault et Mercedes-Benz, que le fournisseur d’accès à Internet Digi, la compagnie d’électricité Enel, le géant pétrolier OMV Petrom et… Coca-Cola(1).

En 2012, Chypre était sponsorisée par Microsoft. En 2014, la Grèce se servait des véhicules mis à disposition par Audi.

Mais cette année, impossible de rater Coca-Cola et sa couleur fétiche, le rouge : des réfrigérateurs et des poufs dans la salle de presse, des panneaux indiquant que « le système Coca-Cola soutient fièrement la première présidence roumaine du Conseil de l’UE ». Pourquoi cette présence ?

Des fuites sorties en 2016 sur la stratégie de Coca-Cola expliquaient que la marque entendait riposter aux mesures allant contre ses intérêts, comme une éventuelle taxe sur le sucre en Europe. Dans les prochains mois, les responsables politiques de l’Union européenne vont notamment examiner la révision de la législation alimentaire ainsi que l’étiquetage nutritionnel sur les emballages des denrées alimentaires.

De vrais risques de conflits d’intérêts

Dans une lettre ouverte, l’organisation européenne de défense des consommateurs Foodwatch  appelle le président du Conseil européen, Donald Tusk, et la Première ministre roumaine Viorica Dăncilă, à cesser immédiatement ce partenariat. « Alors que la malbouffe et ses conséquences désastreuses sur la santé constituent un vrai sujet de société, il est tout à fait inadmissible que la présidence du Conseil de l’Union européenne soit sponsorisée par Coca-Cola, estime l’association. En outre, cette collusion entre les instances de l’UE et les intérêts des entreprises mine encore davantage la confiance des citoyens dans la politique et les décideurs européens, alors qu’il est au contraire indispensable de renforcer la transparence et la démocratie en Europe ».

Le sponsoring de Coca-Cola, un très mauvais signal envoyé aux citoyens pour Foodwatch © Fotazdymak / Shutterstock

En sus de lancer une pétition en France, en Allemagne et aux Pays-Bas où Foodwatch est présente, l’ONG demande au président du Conseil européen, Donald Tusk, de « mettre en place une politique fixant des règles claires pour les futures présidences afin de garantir que de tels parrainages et potentiels conflits d’intérêts ne se reproduisent pas ».

Un « guide de sélection et de passation de marchés pour la formation et l’exercice du mandat de la présidence roumaine » aurait été publié l’année dernière. Si assumer la présidence représente un coût, pour autant, apparemment, aucune règle ne régit ces appels à sponsors, qui sont strictement du ressort des États membres. Mais si tous les pays le font, la discrétion ne semble plus de mise.

Rendez-vous sur le site de Foodwatch pour signer la pétition

Illustration bannière : Coca-Cola, sponsor de l’Union Européenne – © Foodwatch
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis