UNESCO – 26 nouveaux sites inscrits au Patrimoine mondial (Partie I)

Rédigé par Aurore, le 4 Jul 2012, à 11 h 06 min

L’un des objectifs principaux de la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO est de préserver ce qui fait la diversité culturelle et naturelle de notre monde.

Depuis 22 ans, une Convention de protection du patrimoine mondial culturel et naturel existe. À ce jour, 189 États l’ont ratifié, 962 biens ont été inscrits sur la Liste dont 745 culturels, 188 naturels, 29 mixtes et cela dans 189 États.

L’Unesco et le Comité du patrimoine mondial tente chaque jour d’enrichir la liste des biens à protéger, veillant également à la bonne conservation des biens déjà inscrits. En 2012, 26 nouveaux biens ont été inscrits.

Bassin minier – Nord-Pas-de-Calais, France

© Hubert Bouvet, Région Nord-Pas de Calais, 2012

Pour les habitants de la région, c’est un soulagement. Enfin leur terre est reconnue comme étant exceptionnelle et remplie d’histoire.

Fort de ses mines qui ont façonné le paysage, le Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco, soit une surface de 120.000 hectares découpée en 109 biens individuels. Ils comprennent des fosses, des chevalements, des terrils, des infrastructures liées à l’extraction du charbon et des corons.

Le Bassin minier a été inscrit sur la liste parce qu’il témoigne d’un échange d’influences considérable pendant une période donnée, offre l’exemple d’un type de construction et de paysage significatif de l’histoire humaine et est directement associé à des événements ou des traditions vivantes ayant une signification universelle exeptionnelle

*

La suite p.2> Gonbad-e Qabus – Iran

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Entre magazines, romans et presse générale, je suis une passionnée de l'information, qu'elle soit sérieuse ou décalée ! Consommer durable n'est pas qu'un...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Bonjour,
    Pourquoi la forêt amazonienne, ainsi que toutes les dernières forêts primaires de notre planète, dont les populations autochtones assurent une gestion durable des ressources qu’ils tentent de protéger pour la survie de toute l’humanité, trop souvent au prix de leur vie, pourquoi ne sont-elles pas prioritairement classées patrimoine mondial de l’humanité, ce qui permettrait enfin aux populations autochtones d’y vivre en paix comme elles l’entendent, et de ne plus être victimes de crimes ignobles et d’attaques répétés au nom d’intérêts financiers et de “grands projets inutiles” comme le Barrage du Belo Monte et bien d’autres, l’agriculture intensive et les monocultures qui détruisent à grande vitesse une nature millénaire au péril de nos vies présentes et futures.

Moi aussi je donne mon avis