Un groupe d’Oryx algazelle relâché au Tchad

L’information pourrait être anodine et pourtant il s’agit d’un grand pas vers un retour de l’Oryx algazelle, appelée aussi Oryx à cornes en forme de cimeterre, une espèce d’antilope, dans les terres sauvages d’Afrique subsaharienne. Dans les années 2000, en effet, ces animaux ont disparu et ne se trouvaient plus à l’état sauvage ce qui a conduit plusieurs pays à lancer un programme pour les réintégrer dans leur habitat naturel.

Rédigé par Paolo Garoscio, le 16 Feb 2017, à 9 h 40 min

L’information pourrait être anodine et pourtant il s’agit d’un grand pas vers un retour de l’Oryx algazelle, appelée aussi Oryx à cornes en forme de cimeterre ou oryx de Libye, une espèce d’antilope, dans les terres sauvages d’Afrique. Dans les années 2000, en effet, ces animaux ont disparu et ne se trouvaient plus à l’état sauvage ce qui a conduit plusieurs pays à lancer un programme pour les réintégrer dans leur habitat naturel.

L’Oryx algazelle avait disparu des steppes africaines

L’animal n’était pas en voie d’extinction et pourtant… Après des années de guerres et de développements en Afrique subsaharienne, son habitat naturel s’est fortement dégradé, et l’Oryx algazelle avait été déclaré éteint à l’état sauvage par les zoologues et les observateurs internationaux. C’était l’année 2000 et des programmes étaient déjà lancés depuis des années pour répondre à ce problème.

oryx algazelle

Couple d’oryx algazelle © SeraphP Shutterstock

Le Tchad, Abou Dabi ou encore la Société de Zoologie de Londres (ZSL), en collaboration avec d’autres pays et d’autres associations, ont lancé un vaste programme mondial d’élevage des Oryx algazelle. Le résultat de ce plan de sauvetage a été observé en août 2016 : le premier groupe d’Oryx algazelle élevé en captivité a été relâché au Tchad, dans les steppes subsahariennes. Ces animaux viennent d’être rejoints par un nouveau groupe qui, lui aussi, va prendre ses quartiers dans une réserve naturelle.

Bonne nouvelle pour le biodiversité de ces régions : le programme de réinsertion de l’Oryx algazelle est déjà un succès

Le premier groupe d’individus réunissait 21 animaux et les zoologues sont fiers du succès du projet : pour la première fois en plus de 20 ans, en 2017, une première naissance en liberté d’un bébé Oryx algazelle a été signalée. Le début d’un long travail de reconquête du territoire par ces antilopes.

Le deuxième groupe, relâché en février 2017, devrait permettre d’améliorer les chances de réussite du programme : 14 nouveaux individus, 6 mâles et 8 femelles, ont rejoint la réserve naturelle.

Illustration bannière : oryx algazelle ou oryx de Libye – © Sergey Kosachev Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis