Travail : les conduites addictives sont en hausses

La consommation de drogues, d’alcool ou de médicaments est en hausse dans le milieu du travail que ce soit dans le secteur privé que dans le public. Un constat alarmant.

Rédigé par Maylis Choné, le 7 Dec 2016, à 11 h 00 min

Alcool, médicaments, drogues en tous genres. Voilà les moyens utilisés par les salariés pour tenir le rythme et faire face au stress.

Toutes les catégories professionnelles concernées par les conduites addictives

De nombreux spécialistes se sont réunis à Paris le mardi 6 décembre pour la deuxième journée nationale de lutte contre les conduites addictives au travail. Le constat est alarmant. Danièle Jourdain Menninger, présidente de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Midelca) explique que « plus de 20 millions de personnes, salariés, agents de la fonction publique, CDI comme CDD, et populations précaires, mais aussi personnes à la recherche d’emploi » sont concernés.

L’alcool reste le problème majeur. Après lui, le cannabis, la cocaïne, l’héroïne, les amphétamines ou les médicaments tels que les antidépresseurs et analgésiques, ne sont pas en reste. On parle même d’une explosion des antalgiques forts pour lutter contre les troubles musculo-squelettiques (TMS).

travail-stress-addiction

Faire face au stress

Une étude de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) publiée en 2015, dénombre 91 % de dirigeants, encadrants et personnels RH et 95 % des représentants du personnel déclarant que les salariés de leurs structures consomment « au moins un produit psychoactif ». Ces habitudes expriment une souffrance physique ou psychique, et sont aussi un moyen de rechercher le bien-être et la performance.

Faire face aux situations stressantes, à la pression liée à la hiérarchie ou aux responsabilités : c’est la cause principale des conduites addictives des salariés. Ces substances sont devenues un recours de plus en plus fréquent. Inquiétant lorsque l’on sait que ces addictions sont responsables « d’un mort sur cinq en France » et  « d’un acte de délinquance sur deux » selon le rapport.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis