Cruelle tradition : le Japon reprend la chasse à la baleine !

Après ’30 ans d’arrêt’, le Japon ressort les harpons et relance officiellement la chasse commerciale à la baleine ce lundi 1er juillet, rejoignant ainsi l’Islande et la Norvège.

Rédigé par Paul Malo, le 1 Jul 2019, à 10 h 25 min

Dans le même temps que s’achevait le G20 à Osaka, le Japon a annoncé la reprise de la pêche aux cétacés, après un moratoire de trente ans. Mais le pays n’avait en fait jamais complètement cessé de chasser les cétacés.

Un trio de pays chassant encore la baleine

Ce n’est pas une surprise vu que Tokyo l’avait confirmé le 26 décembre dernier : le Japon se retirait de la Commission baleinière internationale (CBI), afin de « reprendre la pêche commerciale en juillet ». Greenpeace avait alors réagi, estimant « la décision du Japon en décalage complet avec la communauté internationale, et fait fi de la nécessité de protéger nos océans et ces créatures majestueuses »
(1).

Le baleinier japonais Nisshin Maru © wdeon / Shutterstock

Le Japon relance donc officiellement lundi 1er juillet la chasse commerciale à la baleine, mettant ainsi fin à un moratoire de près de 30 ans, imposé en 1986. Le Japon rejoint l’Islande et la Norvège, les deux autres pays continuant de pratiquer ouvertement la pêche à la baleine à des fins commerciales.

Des sanctuaires hors chasse

A priori, les navires japonais n’iront pas chasser dans les eaux de l’Antarctique ou dans l’hémisphère Sud, la reprise de cette pêche à la baleine étant annoncée comme limitée aux eaux territoriales et à la zone économique exclusive (ZEE) du Japon.

Le Japon affirme que ces chasses se limiteront à ses eaux territoriales et sa zone économique exclusive.  © wdeon Shutterstock

Mais il faut bien reconnaître qu’en fait, le Japon n’a jamais complètement cessé de chasser les cétacés dans le Pacifique-Nord et l’Antarctique. En effet, le moratoire de 1986 sur la pêche à la baleine autorisait la chasse à des fins de recherches. Un prétexte par lequel le pays du Soleil Levant s’autorisait à en massacrer plusieurs centaines chaque année. Pour l’année 2018, le bilan de la campagne s’élevait à 300 baleines dont 122 en période de gestation !

Seule bonne nouvelle : en quittant la CBI, le Japon ne pourra plus utiliser l’excuse scientifique pour pêcher la baleine au sein du sanctuaire de l’Antarctique créé en 1994, ni continuer de s’opposer à la création d’un autre sanctuaire en Atlantique.

De l’autre côté de la Terre, en Islande, les cétacés vont pouvoir profiter de l’été tranquillement : en effet, les 2 entreprises spécialisées dans cette chasse d’un autre âge ont décidé de renoncer à la saison pour la première fois depuis 17 ans… Pourquoi ? Tout bêtement du fait de l’extension d’une zone côtière interdite à la pêche qui pousse les navires à aller plus loin et donc engendre plus de frais. Pour eux, le concombre de mer est plus avantageux.

Illustration bannière : Une baleine à bosse -© MArtin Prochazkacz
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. C’est comme si on disait : « cruelle tradition, en France on continue à tuer, par violence, des femmes, comme chaque année »……….. et on continue de plus belle !!!!!!

Moi aussi je donne mon avis