Teinture bleu : la technique japonaise du shibori

Pour se créer des vêtements personnalisés et uniques ou donner une seconde vie à son linge de maison, optez pour le shibori. Différentes techniques existent pour obtenir ces motifs tie and dye naturels et très tendances. Suivez le guide !

Rédigé par Agathe Perrier, le 23 Dec 2020, à 14 h 10 min

Les imprimés tie and dye ont le vent en poupe depuis cet été. Et si vous les réalisiez vous-même ? La technique du shibori vous permettra d’obtenir de jolis dégradés, géométriques ou aléatoires. Puisqu’il s’agit d’une pratique artisanale, chacune de vos créations sera en plus unique. Vous pouvez aussi bien colorer des vêtements que du tissu qui pourra vous servir de 1001 façons : rideau, coussin, torchon… Et pourquoi pas d’emballage cadeau à l’approche des fêtes de Noël en substitution écolo au traditionnel papier !

Shibori et teinture indigo – Un peu d’histoire…

Le shibori signifie « serrer en tordant » en japonais. Cette technique de teinture végétale nous vient tout droit du pays du Soleil Levant. Le plus ancien tissu teint de cette façon remonterait au VIIIe siècle. Ces motifs ornaient alors les tenues des Samouraïs ou encore les kimonos de l’époque. Elle a d’abord été effectuée sur de la soie ou du chanvre puis sur du coton. Si elle est devenue un art au Japon, ce savoir-faire était également connu en Inde, en Chine et même au Pérou.

Teinture vêtement blanc – Avant de commencer

Concrètement, le shibori consiste à réaliser une série de torsions et de pliages sur des textiles, maintenus par des liens. Ces tissus doivent impérativement être composés de fibres naturelles et n’avoir subi aucun traitement au préalable.

Pour obtenir les motifs tie and dye, il faut simplement plonger cet enchevêtrement de tissus dans des bains de teinture indigo. Ce colorant naturel d’origine végétale est employé depuis des siècles pour teindre les textiles. Le pigment est particulièrement reconnaissable à sa couleur bleu foncé très puissante, traditionnelle et propre au shibori. Il est toutefois possible aujourd’hui d’utiliser d’autres couleurs si vous le souhaitez.
Notez simplement que plus la couleur choisie sera sombre, plus le contraste sera prononcé.

teinture bleu

Tie and dye naturel : la teinture indigo est très répandue en Asie © Brian Goodman

Lire aussi : Quelles sont les vertus thérapeutiques de l’indigotier ?

Shibori – Différentes techniques et résultats

Le matériel nécessaire pour pratiquer le shibori est simple : de la teinture indigo (des kits existent dans le commerce), du tissu blanc en fibre naturelle, des gants en latex (pour se protéger les mains), de l’eau et… du temps !

Selon le pliage et les torsions, vous obtiendrez des dégradés différents. Vous pouvez laissez le résultat entre les mains du destin en réalisant des pliages au hasard ou respectez les étapes de techniques reconnues suivantes :

  • Kanoko shibori  : c’est la méthode emblématique du shibori. On l’appelle aussi « teinture par nouage ». Comme ce nom le laisse supposer, elle consiste à nouer certaines parties du tissu à l’aide d’élastiques ou de fils. Après passage dans le seau de couleur, des cercles apparaîtront. La qualité du motif dépend du serrage des noeuds et de leurs positions.
  • Miura shibori : une des plus faciles à pratiquer car elle ne requiert aucun noeud. Il suffit de pincer le tissu à l’endroit choisi avec un crochet par exemple. On y accroche un fil que l’on enroule au reste du textile avant de le plonger dans la teinture. Résultat : des motifs fluides qui rappellent le mouvement de l’eau.
  • Itajime shibori : pliez tout votre tissu une première fois en accordéon. Effectuez de nouveau ce type de pliage avec la bande de tissu obtenue. Placez votre textile entre deux planches de bois et maintenez-les à l’aide d’élastiques ou de fils. Un petit tour dans la teinture et rincez. Les plaques empêcheront la coloration d’une partie du tissu pour un effet dégradé.
  • Arashi shibori  : pliez là encore votre tissu en accordéon. Enroulez ensuite cette bande en diagonale autour d’un bâton et serrez avec des élastiques ou du fil. La méthode traditionnelle veut que la teinture indigo soit appliquée au pinceau. Cela donnera un motif tie and dye plissé le long du tissu.
  • Kumo shibori : c’est la technique qui demande le plus de dextérité. Elle consiste à plier très finement et régulièrement le tissu puis à l’attacher fermement. Vous obtiendrez alors un motif de lignes fines et régulières. Plus les étapes seront réalisées avec précision, plus le résultat sera net.

coup de coeur

Nui shibori ; technique, motivation, motifs, design – de Jane Callender

Ce livre de référence offre toutes les informations nécessaires pour les débutants qui souhaitent s’initier à l’art du shibori. Il regorge également de techniques et d’idées innovantes qui raviront et inspireront les artistes textiles plus expérimentés.

À découvrir sur Cultura.com

 

Illustration bannière : Vêtements et accessoires en tissus naturels peuvent être sublimés par la teinture bleu shibori © Nutnaree Saingwongwattana
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste indépendante, j'aime découvrir et faire découvrir des projets et initiatives qui veulent faire bouger les choses. Particulièrement au niveau...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis