SUV – Un bilan écologique catastrophique selon Greenpeace

Chaque vente de SUV [acronyme de « sport utility vehicle »] nous condamne à des émissions de CO2 plus élevées sur l’ensemble de sa durée de vie, estime Greenpeace, à la veille de l’ouverture du salon de Francfort.

Rédigé par Paul Malo, le 11 Sep 2019, à 9 h 45 min

Le bilan carbone des SUV, ces véhicules compacts stars des ventes, est absolument déplorable, souligne l’association de défense de l’environnement à l’orée de ouverture du grand salon automobile qui se tiendra à Francfort du 12 au 22 septembre 2019.

SUV Volkswagen en tête des émissions

Ce n’est pas parce qu’ils sont à la mode qu’ils polluent moins. Les SUV, ces 4×4 urbains si appréciés des conducteurs français, ne valent pas moins que les autres. Selon une étude réalisée par Greenpeace, l’industrie automobile a émis près d’un dixième des émissions mondiales de gaz à effet de serre en 2018. Mais l’association a cette fois surtout étudié « douze constructeurs » automobiles responsables, selon elle, de « 4,8 gigatonnes d’émissions carbone ».

Sans surprise, les marques les plus importantes sont aussi les plus polluantes. Ainsi, Volkswagen se classe en tête de ce palmarès des émissions, suivi par Renault-Nissan, Toyota, General Motors et Hyundai-Kia.

Cumulés, ces cinq constructeurs représentent pas moins de 55 % des émissions carbone de la filière automobile, détaille Greenpeace.

« Une menace pour notre climat »

« Chaque vente de SUV nous condamne à des émissions de CO2 plus élevées sur l’ensemble de sa durée de vie », juge Greenpeace. Pour l’ONG, ces constructeurs doivent « changer radicalement, ou être responsable devant l’Histoire ». L’ouverture imminente du salon de Francfort, l’un des plus importants salons automobiles européens, est aussi l’occasion de pointer le niveau de pollution engendré par ces voitures.

Si bon nombre de marques, telles Ford ou VW, il n’y a pas si longtemps au coeur du scandale du « dieselgate », mettent l’accent à Francfort sur les modèles électriques ou hybrides, Greenpeace juge que « l’amélioration de l’efficacité de l’essence et des véhicules hybrides ne sont plus des solutions suffisantes à la crise climatique ». Au contraire, selon l’ONG, ils « retardent les changements fondamentaux nécessaires, et la progression actuelle des ventes de SUV est une menace de plus pour notre climat ».

Lire aussi : Les Français plébiscitent les SUV, gros émetteurs de CO2

En Europe et notamment en Allemagne, d’autres voix s’élèvent pour critiquer la présence de ces mastodontes en ville, accusés aussi d’occuper trop d’espace et d’être plus dangereux en cas d’accident.

Suite à un accident qui a fait 4 morts dans le centre de Berlin(1), Stephan von Dassel, maire du district de Berlin-Mitte, fustige ces « 4×4 en armure » : ils n’appartiennent pas à la ville, car chaque erreur de conduite met la vie de personnes en danger. « Tueurs du climat […, les véhicules SUV] constituent une menace même sans accident » !

Illustration bannière : SUV roulant en ville – © Jose L. Stephens

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis