Les Français plébiscitent les SUV, gros émetteurs de CO2

En 2018, les Français ont davantage acheté de SUV puisque ces derniers représentent 36,2% des ventes de voitures dans l’Hexagone. Dans le même temps, les ventes de véhicules électriques ont elles aussi augmenté de 25% en 2018 par rapport à 2017.

Rédigé par MEWJ79, le 11 Jun 2019, à 11 h 40 min

L’avènement de la mobilité douce, ce n’est pas pour tout de suite…Les ventes des SUV et autres véhicules tout terrain très friands de carburant et donc, gros émetteurs de CO2, ont augmenté en 2018, selon la dernière étude publiée par l’Ademe.

Les SUV, gourmands en carburant, plébiscités par les Français

Les Français optent de plus en plus pour les grosses voitures ! En effet, selon la dernière étude de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), les Français ont continué en 2018 à plébisciter les SUV (Sport Utility Vehicle) et autres tout terrain(1). Or, ces véhicules plus lourds consomment davantage de carburant que les berlines et émettent donc davantage de dioxyde de carbone (CO2). En 2018, ils représentaient 36,2 % des ventes dans l’Hexagone, contre 32,3 % en 2017.

Les Français semblent peu soucieux de diminuer les émissions de CO2 dans le secteur des transports © Romvy

Des chiffres qui inquiètent l’Ademe. Et pour cause, les émissions moyennes de CO2 dans le secteur des transports n’ont de cesse d’augmenter, en France et en Europe. La moyenne des émissions de COdes véhicules neufs vendus en France est en hausse de 1 g en un an : 112 g de CO2/km en 2018.

L’Ademe estime que la hausse des ventes de véhicules essence et l’essor des SUV « impactent directement la moyenne des émissions de gaz à effet de serre des ventes de véhicules neufs ». Pourtant, les objectifs affichés par l’UE sont clairs : une moyenne de 95 g C02/km pour 2021. Il reste moins de deux ans pour les atteindre et donc inverser la tendance !

Les ventes des véhicules diesel toujours en baisse

Les ventes de véhicules diesel sont en baisse également. Ces derniers ont ainsi représenté 38,9 % des ventes en 2018, contre 47,3 % en 2017. Une baisse qui se poursuit pour la sixième année consécutive.

Pour l’Ademe, cette tendance s’explique par une politique fiscale « qui se rééquilibre entre les motorisations diesel et essence (suppression des bonus, alignement des taxes entre le gazole et l’essence) ». Autre explication : « le succès » des véhicules de petite taille qui fonctionnent majoritairement à l’essence et sont tellement pratiques en ville !

Dans le même temps, les Français ne boudent pas le véhicule électrique © Photographee.eu

Enfin, le marché hexagonal fait montre une nouvelle fois de toutes ses contradictions puisque dans le même temps, les Français plébiscitent de plus en plus les voitures électriques. Selon l’Ademe, les ventes de voitures électriques ont augmenté de 25 % en 2018 par rapport à 2017. De même, les ventes des véhicules hybrides rechargeables et non rechargeables ont augmenté respectivement de 22 % et 31,7 %.

Les automobilistes optent pour ces véhicules moins polluants parce qu’ils bénéficient d’incitations fiscales (bonus, prime à la conversion) qui « encouragent fortement le consommateur à opter pour ces types de véhicules », d’après l’Ademe.

Illustration bannière : Un SUV au soleil couchant – © Samantha Beruben94
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Ca prouve encore qu’ils n’ont toujours rien compris et que ce sera encore la faute des autres !!!

Moi aussi je donne mon avis