Supermarchés : quels sont les rayons ‘non essentiels’ contraints de fermer ?

Les grandes surfaces devront fermer leurs rayons de produits « non essentiels » dès le 3 novembre 2020, a annoncé Jean Castex, le Premier ministre, invité du Journal de 20 heures de TF1 dimanche 1er novembre 2020.

Rédigé par Anton Kunin, le 2 Nov 2020, à 11 h 32 min

Par souci d’équité vis-à-vis des petits commerces, qui font l’objet d’une fermeture administrative depuis le reconfinement, la grande distribution devra suspendre la vente des produits « non essentiels ».

La fermeture des rayons « non essentiels », une mesure guidée par un souci d’équité

Le reconfinement ranime les tensions entre la grande distribution et les géants du commerce électronique d’une part et les petits commerces d’autre part. Les gérants de petits commerces s’estiment une nouvelle fois lésés car ils ne sont pas autorisés à ouvrir, tandis qu’une telle mesure ne s’applique pas aux hypermarchés.
En ces temps difficiles pour les petites entreprises, et alors que le débat autour de leur sort se fait très présent dans le débat public, le gouvernement a donc décidé de mettre la grande distribution sur un pied d’égalité en lui interdisant la vente de produits « non essentiels » tant que les petits commerces ne sont pas autorisés à rouvrir.

Finis donc les rayons de produits électro-ménagers, de livres, de vêtements et chaussures, de bijouterie et de jouets chez Auchan, Carrefour, Intermarché, Netto, Leclerc, Lidl et Système U.
Les produits d’hygiène, les produits pour bébés et animaux de compagnie, les produits d’entretien et de papeterie ainsi que les produits des rayons Informatique, Jardinerie et Équipement automobile continueront en revanche à être vendus en grandes surfaces.

Et bien sûr, les rayons alimentaires fonctionneront normalement.

Lire aussi : Reconfinement : pas de panique, les supermarchés ont du stock !

La fermeture des rayons « non essentiels » ne satisfait pas tout le monde

Cette décision a été prise après une journée de consultations : Jean Castex s’est en effet entretenu avec les représentants de la grande distribution, les associations de commerçants de proximité et les partenaires sociaux.

Ces derniers jours, le ton avait en effet monté entre les petits commerçants et les grandes surfaces. « Il n’est pas normal que le président de la République fasse le choix de fermer les commerces de proximité mais décide de laisser ouverts tous les rayons des grandes surfaces, alors que d’autres pays comme l’Allemagne et l’Espagne ont fait le choix contraire. C’est une véritable concurrence déséquilibrée entre les différentes formes de commerce qui se crée et qui est injustifiée. Le report de la consommation vers les grandes surfaces et les grands acteurs numériques risque d’être fatal pour nos centres-villes, surtout que ces derniers n’hésitent pas à faire des promotions fracassantes, sans vergogne et sans aucune solidarité avec le commerce indépendant qui souffre », avait fait savoir par communiqué la Confédération des Commerçants de France (CDF).

Mais la fermeture de ces rayons non essentiels ne fait pas non plus l’unanimité. « Cette mesure serait en effet désastreuse pour le tissu industriel de PME françaises, qui fabrique les produits non alimentaires et pour lequel la grande et moyenne distribution représente aujourd’hui l’unique débouché », s’est empressé de réagir Dominique Amirault, président de la Fédération des entreprises et entrepreneurs de France.

Illustration bannière : Coronavirus : interdiction de vendre des produits non essentiels dans les grandes surfaces dès mardi © wertinio
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis