This is Sweden# : quelles sont les recettes de l’art de vivre suédois ?

Comment ‘l’âme suédoise’ a-t-elle su résister à certains écueils contemporains pour imposer un modèle de société plus humaine, plus égalitaire et surtout résolument tournée vers la nature et l’avenir ?

Rédigé par Isabelle Allard, le 13 Feb 2016, à 8 h 00 min

Le Swedish Institute diffuse largement ces jours-ci une campagne promotionnelle décalée et assez éloignée des clichés touristiques habituels pour mieux faire comprendre la singularité de la société et de la culture suédoise. Au-delà de la communication simplificatrice, qu’est-ce qui fait réellement le caractère admirable – ou non, selon les points de vue – de cette mentalité suédoise si particulière ?

L’art de vivre suédois : une affaire de rythme et de symbiose avec la nature

Si le film promotionnel This is Sweden est rythmé par la succession des saisons, ce n’est pas un hasard. Le caractère cyclique et très marqué des saisons en Suède donne à la vie suédoise un rythme et un équilibre assez naturels.

Inutile de s’impatienter ou de vouloir accélérer les choses, les Suédois le savent, et ont développé l’art de la patience, un flegme qui peut irriter, mais qui témoigne de ce rapport si particulier au temps. Le temps s’écoule, imperturbable et ne nous laisse que l’humilité de le reconnaître.

En Suède également, le temps structure l’existence. Les différents rites attachés aux saisons permettent d’organiser la vie de manière cohérente, mais également d’établir un dialogue harmonieux avec la nature.

Dans une sorte de correspondance énergétique et nourrissante, l’individu adopte un comportement spécifique à chaque saison. En hiver, dans cette nuit qui dure, il se retire, il se couche tôt et se lève tôt pour profiter au maximum de la lumière. Et dans l’été tout en lumière, il s’expose, il expérimente et il s’ouvre aux autres. Les saisons intermédiaires sont des espaces de transition indispensables au bon fonctionnement du cycle.

Parallèlement, et ce quelque soit la saison, le temps n’est pas quelque chose que l’on dévore, mais quelque chose dont on profite. Chaque instant doit être savouré, il y a un temps pour chaque activité indispensable au bien-être de l’individu : le travail, l’épanouissement personnel, pour profiter de sa famille, et pour le sommeil.

Aucune période n’est censée empiéter sur une autre. Ce qui au départ peut ressembler à une certaine forme de rigidité est en réalité la recette gagnante de l’équilibre et d’une certaine manière aussi, celle du fameux modèle suédois.

Si les Suédois ont ce tempérament si paisible, c’est probablement et en grande partie à cause de ce rythme particulier et de cette grande humilité face à Dame Nature.

De quoi assurément interroger nos propres modèles de société mais également, à un niveau plus individuel, de quoi aussi recentrer sa propre vie pour renouer avec des valeurs simples, mais qui peuvent améliorer sensiblement le quotidien et influer sur sa propre qualité de vie.

Une nature omniprésente et le droit pour tous d’en profiter

Et Dame Nature, justement, parlons-en car elle est en Suède omniprésente. Où que l’on soit, et même au coeur des villes, il y a toujours un bout de nature accessible à tous et surtout dont tout le monde peut disposer.

Inscrit dans la constitution suédoise, ce droit, qu’on appelle en Suède « Allemansrätt », droit d’accès à la Nature, est aussi une caractéristique importante de la culture suédoise : la Nature appartient à tout le monde, puisqu’elle n’appartient à personne, impactant le droit de propriété, et chaque individu a le droit inaliénable d’en profiter.

Concrètement, cela signifie que chacun a le droit de se promener, d’emprunter les voies d’eau, de camper, d’escalader, de patiner, de pédaler et d’organiser un barbecue où bon lui semble, à condition de respecter l’environnement : ne pas détruire la nature et ne pas déranger les autres êtres autour de soi.

Il est donc tout à fait autorisé de cueillir des baies ou des champignons à condition que cela soit pour sa stricte consommation personnelle. Et il est possible de s’installer sur une propriété privée pour y camper, mais il faudra respecter une distance suffisante pour ne pas gêner. Il est conseillé de demander la permission pour un séjour qui excèderait 48 heures.

Et les Suédois profitent de la nature et entretiennent avec elle un rapport passionné : la langue suédoise elle-même relaie cet amour de la nature à travers un vocabulaire très riche pour la décrire et en parler, vocabulaire maîtrisé par les Suédois depuis la plus tendre enfance. En Suède, on ne conçoit pas de vivre sans la consulter régulièrement, pour se ressourcer, se recentrer ou se promener.

Page suivante > Suède : sens de la démocratie, société égalitaire, tutoiement et avenir

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Végétarienne et contemplatrice de naissance, attirée depuis mon plus jeune âge par les lettres et les âmes de papier, j’ai assez naturellement opté...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis