Sida : les discriminations envers les malades encore trop nombreuses

Si la situation de l’épidémie du Sida, l’une des maladies sexuellement transmissibles (MST) qui sont encore incurables en 2016, s’améliore, les contaminations sont toujours à l’ordre du jour et les campagnes de prévention se multiplient.

Rédigé par Valérie Dewerte, le 1 Dec 2016, à 10 h 19 min

Mais le rapport publié par l’association de lutte contre le Sida Aides sur le quotidien des malades montre que les discriminations sont encore trop nombreuses.

Le Sida et l’Hépatite : maladies incurables et sources de discriminations

Alors que se déroule jeudi 1er décembre 2016 la journée mondiale de la lutte contre le Sida, l’association Aides publie un rapport qui fait l’état des lieux des discriminations subies au quotidien par les malades du Sida, de l’Hépatite et des autres maladies et infections sexuellement transmissibles. Intitulé « VIH/Hépatites (VHV), la face cachée des discriminations », le rapport nous apprend que 30 % des personnes malades du Sida ou d’une Hépatite ont subi une discrimination dans le courant de l’année écoulée.

Les discriminations proviennent en majorité dans le cadre de la vie privée : la moitié des personnes interrogées par l’association estiment avoir été discriminées par leur famille, leurs amis, dans le cadre de leur vie affective et dans le cadre de leur vie sexuelle. Résultat : 3,8 % des malades estiment leur qualité de vie « très mauvaise », contre seulement 1,9 % pour les autres.

L’accès aux soins rendu plus compliqué pour les malades du Sida

Un autre problème de discrimination, encore plus grave, est celui lié à l’accès aux soins. Une personne malade de Sida ou d’Hépatites sur quatre a déclaré avoir été discriminée dans le milieu médical. Selon l’enquête Aides 2016 publiée à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le Sida, 23,6 % des malades du Sida et 27,3 % des malades d’Hépatite ont été rejetés par des soignants dans le courant de leur vie.

Sur les deux dernières années, 10,2 % déclarent avoir été rejetés, quelle que soit leur maladie. Cette pratique, qui selon Aides est plus commune chez les dentistes qu’ailleurs, est interdite par la loi, mais les procédures pour obtenir réparation sont longues et les malades y renoncent la plupart du temps. Ainsi, les soignants qui discriminent les patients atteints d’une MST ne sont que très rarement sanctionnés.

Illustration bannière : Le dépistage du sida en hausse – © Vanatchanan Shutterstock

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis