Savon de Marseille : méfiez-vous, 95 % sont des faux !

Vous appréciez très certainement les produits artisanaux : ceux-ci sont de qualité et représentent un certain savoir-faire. Du coup, ils bénéficient d’une très bonne image que certains industriels souhaitent s’accaparer ! Après les vraies fausses herbes de Provence et le miel pas si naturel, allons voir de plus près l’autre emblème du sud de la France : le savon de Marseille.

Rédigé par Annabelle, le 16 Jul 2017, à 14 h 40 min

Le véritable savon de Marseille : à quoi le reconnaît-on ?

L’authentique savon de Marseille, le fameux cube, est composé de 72 % d’huile végétale (huile d’olive, de palme, de coprah ou de coco) mélangée à de la soude. Et rien d’autre. Sa fabrication suit un procédé discontinu, au cours duquel on cuit la pâte dans des chaudrons.

Les étapes de fabrication du savon de Marseille

Le cycle de fabrication du savon de Marseille dure environ 80 heures. La pâte travaille de 8 à 10 jours, en ébullition le jour et au repos la nuit. Le cycle de fabrication se décompose en 5 étapes :

1. L’empâtage

Les huiles végétales et la soude sont portées à ébullition sous agitation dans le chaudron. Dès cette étape commence la saponification et se forme alors progressivement une pâte de savon.

2. La cuisson

On ajoute de la soude en excès afin de saponifier les matières grasses qui n’auraient pas réagi au stade précédent. Ce mélange bout à 120°C pendant plusieurs heures.

séchage savon de marseille marius fabre

3. Le relargage

La pâte est alors « lavée » à l’eau salée à deux reprises, une demi-journée chacune. Elle est ensuite débarrassée de l’excès d’eau, des impuretés contenues dans les matières grasses et de la glycérine. Plusieurs lavages à l’eau douce suivront.

4. L’épinage

Le surplus de liquide est retiré par décantation.

5. La liquidation

Elle consiste à faire bouillir une dernière fois le savon à gros bouillon, en l’arrosant à l’eau pure. C’est là que tout le savoir faire du maître savonnier entre en jeu. Il vérifie, lors de cette étape, la consistance et l’homogénéité du savon. Le tout repose alors entre 18 heures et 48 heures pour donner un savon qualifié d’« extra-pur ».

La dernière étape est celle du moulage. Elle dure deux jours. Le savon passe dans des « boudineuses » en série dans lesquelles il est compressé pour devenir une pâte homogène. Il sort des boudineuses au travers d’une filière qui permet l’ébauche de sa forme : barres ou « bondons ». Le savon solidifié est découpé en cubes puis marqué sur ses six faces.

savon de marseille vrai faux six faces

Les savons de Marseille fabriqués… ailleurs !

Le savon de Marseille ne se fabrique pas que dans la cité Phocéenne et cela ne date pas d’aujourd’hui. Depuis un siècle, le fameux savon se fabrique ailleurs en France, et à l’étranger.

Jusqu’en octobre 2008, une usine du Nord située à Yainville fabriquait jusqu’à 30.000 tonnes de savon de Marseille par an, faisant d’elle la plus grosse usine de fabrication du territoire. Le site est  aujourd’hui cependant fermé. Tout le matériel a été revendu aux enchères… pour aller fabriquer d’autres soi-disant “savons de Marseille” en Pologne et au Maroc.

La Tunisie fabrique elle aussi quantité de faux savons de Marseille. La plus grosse usine tunisienne produit 50.000 savons par jour et sous-traite pour de nombreux distributeurs français. Quantité de savons que l’on trouve en supermarché ont été fabriqués dans les usines tunisiennes et estampillés en France “savon de Marseille”. Cela n’a rien d’illégal puisque l’appellation n’est pas protégée… Le nom est tombé dans le domaine public.

Aujourd’hui, la grande majorité des savons de Marseille vendus dans le commerce, de 90 à 95 %, ne sont pas fabriqués à Marseille et ne respectent en aucun cas la recette traditionnelle.

Lire la page suivante : reconnaître un véritable savon de Marseille

Et si vous vous faisiez plaisir avec des savons de Marseille de qualité exceptionnelle ?

Boutique savons marseille

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

164 commentaires Donnez votre avis
  1. Marius Fabre de Salon de Provence utilise de l’huile de palme, de coprah et de coco. Ces huiles ne sont pas produites en France et donc rien à voir avec le VRAI savon de Marseille. Alors, la préservation de la localisation géographique me fait bien rire car ni le nom ni la recette ne sont protégés. Il est bien triste que ce soient des chinois qui profite de la renommée de ce nom et de ce fleuron de l’industrie française pour continuer à détruire l’environnement, la forêt et contribuer à faire disparaître les animaux de la planète. A quoi servent les bénéfices des industries françaises, les cadeaux fiscaux que nous leur faisons avec nos impôts et où était l’état français au moment du rachat?. En 2013, ce n’était pas Macron, le ministre de l’économie?. A quand, la sauvegarde du nom de “Savon de Marseille” en rapport avec la localisation et la composition?. De belles paroles mais rien dans les faits : de la poudre de perlinpinpin.

  2. Le vrai savon de Marseille est celui composé d’huile UNIQUEMENT d’olive. Surtout pas de palme (sodium palmate ou palmitate), quoiqu’en dise certains fabricants Français. Tout savon dit de Marseille, contenant de l’huile d’autre plante entrainait l’expulsion du fabriquant hors de France sous Colbert!!!

    • Bonjour, Je suis tout-à-fait d’accord avec vous. Il est scandaleux ququ’un tel fleuron de l’industrie française ait été racheté par des chinois. Montebourg s’y serait sûrement opposé. Ceci explique la ^présence d’huile de palme, de coprah ou de coco dans ces savons qui n’ont maintenant que le nom de “Marseille”. Un vrai bénéfice pour l’Asie et un vrai massacre pour l’environnement et la survie des animaux dans ces pays. Pourquoi ne pas développer l’industrie de l’huile d’olive en France?.

  3. un peu bio par nature,j ai fait ma toilette avec du savon d Alep,ça laisse la peau très séche,se raser après irrite beaucoup la peau,j aime davantage tous les produits a base d aloe verra,

  4. Dans les bons savons, il ne faut pas oublier le savon d’Alep (qui ressemble assez au Savon de Marseille) et aussi -moins connu- le savon de l’île de Crête (qui fait partie de Grèce)que j’ai utilisé pendant des années. L’île de crête est connue pour faire (dit-on) la meilleure huile d’olive du monde. Par contre, si vous l’achetez sur place, sur les marchés, vous n’aurez peut-être pas la composition exacte..

Moi aussi je donne mon avis