La réserve mondiale de semences réparée après des fuites dues au changement climatique

La « chambre forte mondiale de graines du Svalbard », ouverte par la Norvège en 2008, a été réparée d’urgence après des inondations et fuites au niveau de sa porte d’accès… dues à la fonte exceptionnelle du permafrost, qui était censé maintenir le “coffre fort de l’Apocalypse” dans le froid pour l’éternité.

Rédigé par Stephen Boucher, le 22 May 2017, à 10 h 30 min

L’eau était un problème inattendu pour le coffre-fort de l’archipel du Svalbard, située à environ 1.000 km seulement du pôle Nord. Ce coffre-fort a pour mission de protéger les graines des cataclysmes tels que la guerre nucléaire ou la maladie dans le permafrost naturel, cette couche de sol censée rester gelée toute l’année.

Mais les températures dans cette région de l’Arctique ont progressé deux fois plus vite qu’au niveau mondial, témoignant de l’accélération du réchauffement climatique. Svalbard a même parfois eu de la pluie en plein coeur de l’hiver passé.

Marie Haga, responsable de la Crop Trust, basée à Bonn, qui travaille avec la Norvège pour organiser la réserve, déclarait après l’incident ce week-end : “Il ne fait aucun doute que le permafrost se maintiendra dans la montagne où sont situées les graines. Mais nous ne nous attendions pas à ce qu’il fonde autour du tunnel“.

Réserve mondiale de semences : plus d’eau que de mal

Les infiltrations d’eau, limitées au hall d’entrée de 15 mètres, n’ont pas eu d’impact sur les millions de graines de cultures, y compris de riz, de maïs, de pommes de terre et de blé qui sont stockées à plus de 110 mètres à l’intérieur de la montagne.

Les responsables du “Svalbard Global Seed Vault” ont déclaré que la société de construction Statsbygg avait retiré l’équipement électrique de l’entrée – qui constituait une source de chaleur supplémentaire – et construisait des murs imperméables à l’intérieur et des fossés à l’extérieur pour canaliser l’eau. Par ailleurs, le nombre de visiteurs sera à l’avenir réduit pour limiter la chaleur corporelle humaine.

Le coffre-fort des semences a récolté à ce jour un peu plus de 200 millions de dollars de dons sur les 850 millions de dollars requis pour préserver les graines des collections du monde entier. “C’est une police d’assurance extrêmement bon marché pour le monde“, explique Marie Haga.

Illustration bannière : Le coffre-fort des semences en Norvège – © via Wikimedia
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Je vous certifie, que le CO2 est l’énergie d’activation de ce réchauffement et que le méthane, l’albédo de l’arctique son a prendre en compte. De plus, je ne trouve pas ça très normale que l’on stocke que des graines qui serviront à l’agriculture.

Moi aussi je donne mon avis