Bientôt un mini-satellite nommé ‘RemoveDebris’ pour ramasser les déchets de l’espace

Il s’appelle RemoveDebris. C’est un robot, et plus précisément un satellite qui sera bientôt capable de nettoyer l’espace. Aujourd’hui, des millions de déchets gravitent à 36.000 kilomètres autour de la Terre.

Rédigé par Maylis Choné, le 4 Dec 2017, à 10 h 50 min

L’espace compte plus de 29.000 débris spatiaux de plus de dix centimètres. Ces derniers polluent et représentent un danger pour les satellites. RemoveDebris est un nanosat qui pourrait changer la donne.

L’urgence de débarrasser l’espace des débris spatiaux

Lorsqu’un satellite actif explose à cause d’un objet percuté, il produit de nouveaux déchets et ne peut plus délivrer ses informations à la Terre. C’est pour mettre fin à ce phénomène que RemoveDebris verra bientôt le jour. Mis au point par le centre spatial de l’université de Surrey en Angleterre, le Cubesat sera capable, après des phases d’essais, de harponner ou d’attraper dans un filet les débris, de les faire sortir de leur orbite puis de les diriger vers l’atmosphère de la Terre où ils seront consumés.

Des millions de déchets gravitent autour de la Terre. Au total, cela représente 8.000 tonnes de débris spatiaux. Jusqu’à présent, personne n’avait trouvé la solution pour ramasser ces morceaux de fusées ou de satellites qui sont lancés à quelque 28.000 km/h ! Un danger permanent puisque la percussion d’un satellite, même par un objet mesurant quelques millimètres, peut le faire exploser.

Construire des satellites biodégradables ?

Depuis 1957, date du lancement du premier satellite de la terre Sputnik, le volume de déchets augmente de manière exponentielle. Puisque l’Homme est bientôt capable de nettoyer l’espace, il doit également trouver une solution pour moins le polluer. Dans cet objectif, des chercheurs européens tentent de mettre au point des satellites capables de s’autodétruire en rentrant dans l’atmosphère terrestre.

Connaissez-vous le nombres de déchets spaciaux et satellitaires qui tombent sur la Terre chaque seconde ? La réponse est sur le Planetoscope

« Pour l’instant, on est vraiment au premier stade de ce chemin. Déjà, on essaie de comprendre ce qui se passe avec les matériaux actuels, et ensuite on va voir comment on peut les améliorer, comment on peut travailler au niveau design, au niveau de la conception du satellite, comment aussi les différents éléments du satellite se cassent les uns contre les autres pendant la rentrée pour avoir un satellite qui soit plus sûr en fin de vie et créer le moins de débris possible qui retournent sur la Terre », termine Benoît Bonvoisin, ingénieur matériaux du groupe ATG Europe.

Illustration bannière : Déchets dans l’espace- © Marijus Auruskevicius
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis