La photosynthèse des plantes depuis l’espace, un spectacle envoûtant

Les plantes poussent, ce n’est un secret pour personne. Elle se développent grâce à la photosynthèse, un processus qui transforme la lumière en énergie. Observons cette ‘respiration des plantes’ depuis l’espace grâce aux magnifiques images de la NASA.

Rédigé par Alan, le 24 Sep 2017, à 15 h 42 min

La photosynthèse se produit au niveau des feuilles. Pourtant invisible à l’oeil nu, cette réaction biochimique énergétique propre à tous les végétaux prend des allures offre un spectacle fascinant depuis l’espace.

La photosynthèse vue de l’espace

Pour faire simple, lors de la photosynthèse, les plantes et certaines bactéries synthétisent de la matière organique (dioxyde de carbone, eau, sels minéraux) en exploitant la lumière du soleil, rejetant ensuite du dioxygène.

photosynthèse

La photosynthèse © CC. At09kg : original / Wattcle : vector graphics

Lors de ce processus, les plantes émettent une lumière invisible à l’oeil nu : c’est ce qu’on appelle la fluorescence. Si l’oeil ne l’aperçoit pas, les satellites en orbite sont capables de la détecter. Des scientifiques de la NASA ont ainsi utilisé ces données dans le but de les visualiser. Ils ont créé des cartes mondiales détaillées du phénomène.

La photosynthèse vue de l’espace

La NASA a amélioré le rendu des cartes au fil du temps, permettant petit à petit des mesures plus fréquentes (50 km2 tous les dix jours) et des cartes en haute résolution à cette fréquence, à découvrir en vidéo à 1:45 (en anglais) :

Mieux comprendre les plantes et l’environnement

Le phénomène n’est pas constant, et c’est là que les données deviennent vraiment intéressantes : en cas de forte fluorescence, la photosynthèse s’effectue : les plantes sont en pleine forme.

Une fluorescence nulle ou réduite signifie au contraire que la plante n’est pas active, ou stressée. La carte prend un tout autre sens : un bilan de santé des plantes en temps réel, en somme.

La végétation est déjà étudiée indirectement grâce aux satellites grâce aux mesures de “verdeur” (lumière réfléchie par la Terre), mais l’étude le fluorescence complète ces données par d’autres informations directes. Les intérêts sont multiples : mieux comprendre la végétation sur un plan mondial, mieux comprendre le cycle carbonique, mieux comprendre l’état des cultures, etc.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Ayant parmi ses passions la musique, la photographie, et les différentes cultures du monde, Alan est journaliste, webmestre et photographe, principalement...

8 commentaires Donnez votre avis
  1. Voila. en gros c’est ça. Le chloroplaste (en vert et rond), à l’intérieur les thylakoides (usines photosynthétique), avec les lumens. Il faut quatre photons pour produire une molécule de O2. Très simplifier.

  2. Cliquez sur l’icône ” sous titres ” qui sont en anglais, puis sur ” traduire les sous-titres “

  3. Cliquez sur ” sous-titres ” qui sont en anglais puis sur ” traduire les sous-titres “

  4. Blague ?! les mots sont transparents ! faut pas avoir réellement étudié l’anglais pour les connaître. “oxygen” = “oxygène”, WAAAA trop difficile !

  5. On est obligés d’avoir des doc en anglais? On a changé delangue ou alors a été envahi par les Américains?!

    • Alan

      Bonjour,
      vous pouvez toujours essayer d’envoyer une demande à la NASA pour qu’ils la traduisent. L’essentiel dans cette vidéo n’est pas le commentaire mais l’image, et l’image, elle, est universelle. Si un document est intéressant, je ne vois pas pourquoi on s’en priverait sous prétexte qu’il est en anglais.

    • Je pense que la personne a voulu parler du dessin au milieu. C’est vrai qu’une légende en dessous en français peut servir pour ceux qui n’ont pas étudier l’anglais.

    • Alan

      En ce cas, l’explication est juste au-dessus de l’image, qui ne sert qu’à illustrer. Mais je peux préciser si nécessaire.

Moi aussi je donne mon avis