Une start-up brésilienne a trouvé une solution pour réduire de 90 % les collisions avec les animaux sur les routes

Au Brésil, des capteurs envoient des signaux aux automobilistes lorsque des animaux se trouvent sur la route. Une solution efficace pour réduire les accidents.

Rédigé par Pauline Petit, le 19 Sep 2017, à 10 h 45 min

L’État de São Paulo n’est pas le plus sauvage du Brésil. Pourtant, entre 2005 et 2013, pas moins de 23.000 collisions de voitures avec des animaux ont été recensées. Y’aurait-il une solution plus efficace que les simples panneaux d’avertissement ? C’est ce sur quoi a réfléchi la start-up brésilienne ViaFauna.

Éviter les collisions d’animaux grâce à des capteurs infrarouges

La solution qu’elle a trouvé est simple : un appareil capable de détecter dès qu’un animal de plus de trois kilos traverse la route. À partir de ce moment-là, un signal lumineux l’indique aux automobilistes, qui ont ainsi le temps de ralentir et laisser passer l’animal.

Une solution plus efficace que les panneaux d’avertissement

L’appareil est composé de deux capteurs de mouvement. Selon la biologiste Fernanda Delborgo Abra, fondatrice de la start-up,  « Les données scientifiques montrent que les systèmes de détection d’animaux peuvent réduire de 90 % le nombre de collisions« .

collisions animaux

Une solution pour éviter la mort d’animaux sauvages © Luca Lorenzelli

L’objectif de ViaFauna est d’installer ces capteurs dans les zones où le passage d’animaux est particulièrement dense.

Cette solution permettrait de réduire le nombre de morts d’animaux dues aux collisions, et éviter la disparition d’espèces menacées, importantes dans certaines régions du Brésil. De même, au Brésil ou dans d’autres pays du monde, la mise en place d’un tel système réduirait également les morts ou blessés humains causés par ces collisions.

Les chiffres du Planetoscope : Nombre de collisions entre voitures et animaux sauvages en France

En France, ce sont principalement les sangliers qui sont victimes de tels accidents. Des collisions qui coûtent environ 20 millions d’euros d’indemnisations annuelles. Un tel système pourrait ainsi être financé par les compagnies d’assurance pour leur éviter d’avoir à payer des indemnités aux automobilistes ? Il s’agirait d’une solution astucieuse pour les voitures et les personnes à bord… mais surtout pour laisser la vie aux animaux.

Illustration bannière : Des animaux suvages traversent la route – © IcyS
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai travaillé dans différents organismes, tous liés de près ou de loin aux questions qui me passionnent : la consommation durable et l'alimentation. J'ai...

5 commentaires Donnez votre avis
  1. Il y a plus de 40 ans qu’une société française fabrique et vend des sifflets à ultrasons anti-gibier Pour éloigner les animaux efficacement Portée des ultrasons jusqu’à 400 mètres devant le véhicule .

  2. Je répondais à geod.

  3. Ok avec la première partie de la réponse. Mais des voitures électriques pour continuer à utiliser des centrales nucléaires. ..non merci. Le seul véhicule de locomotion réellement écologique, c’est le vélo. Point barre.

  4. j’ai une solution plus qu’efficace pour eviter ces collisions (et en memetemps sauver la planete et la race humaine de la pollution!!!!!)supprimons les voitures!!!!!!! ou tout au moins les bolides qui peuvent foncer commedes dingues faisons des vehicules electrique qui en roulant doucement auront une tres grande autonomie etpresenteront beaucoup moins de danger pour tous et tout!!!!!!!!!

    • Je partage ce point de vue : cela ne coûterait rien à la collectivité, on supprimerait les routes qui participent grandement à l’imperméabilisation des sols et à la destruction de la faune sauvage (sans parler des humains).
      Mais pas d’accord avec la solution « voitures électriques » : une voiture même électrique reste une voiture (un engin de mort, de fracture du lien social et pour laquelle il faut imperméabiliser les sols) et qui est une fausse solution du point de vue pollution de l’air (son énergie, il faut bien des centrales pour la produire, non ?).

Moi aussi je donne mon avis