11 espèces en voie de disparition imminente

Mammifères, poissons, oiseaux… Nous le savons, de plus en plus d’animaux sont désormais en danger de disparition. ConsoGlobe.com vous présente 11 espèces qui pourraient bientôt n’exister plus qu’en photos.

Rédigé par Éléonore Vanel, le 15 Aug 2016, à 19 h 17 min

En moyenne, plus de la moitié des populations de poissons, d’oiseaux, de mammifères, d’amphibiens et de reptiles ont disparu ces quarante dernières années. Ce chiffre alarmant, dévoilé dans le rapport Planète vivante 2014, est révélateur de l’impact immense de l’homme sur la biodiversité. Ces répercussions touchent aussi bien la faune que la flore. Le directeur général de WWF International  Marco Lambertini, dénonce cette situation : « Ce que nous faisons, c’est dilapider les dons offerts par la nature comme si nous avions plus d’une Terre à notre disposition. […] C’est notre avenir que nous hypothéquons. »

La liste rouge de l’UICN est l’indicateur privilégié pour évaluer l’état de la biodiversité. Actuellement, une espèce de mammifères sur quatre, un oiseau sur huit, plus d’un amphibien sur trois et un tiers des conifères, sont menacés d’extinction mondiale. Certains scientifiques vont jusqu’à évoquer une nouvelle extinction de masse, qui serait pour la première fois due à l’activité humaine. Il s’agirait de la sixième crise biologique majeure, sauf que les précédentes étaient uniquement provoquées par des transformations naturelles.

Nous vous proposons de découvrir onze espèces animales, plus ou moins connues, classées dans la catégorie « En danger critique » sur la Liste rouge de l’IUCN. Elles pourraient avoir disparu d’ici la prochaine génération.

Le loup rouge

Déjà deux sous-espèces de loup rouge ont disparu au cours du XXe siècle. Le canidé a particulièrement souffert des persécutions humaines, de la destruction de son habitat et de l’hybridation avec les coyotes.

Loup rouge espèce menacée

Le Loup rouge, espèce menacée

Actuellement, il ne reste qu’une seule sous-espèce de loup rouge. Il avait été déclaré éteint à l’état sauvage en 1980, mais un programme de reproduction en captivité a permis de le réintroduire dans la nature, en Caroline du Nord (États-Unis).

Lire page suivante : le cerf de Bawean

illustration bannière : © CC, Leonardo Desordi Lobo

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement à LCI, ex-France Culture, écolo-concernée, défenseuse de la condition animale et curieuse de toutes les initiatives qui touchent au...

9 commentaires Donnez votre avis
  1. mrs pour le projet

  2. dfkolfblkjfg

  3. il ne faut pas rester les bras croiser.

  4. Defender a los lobos

  5. Lo mejor del mundo
    Si necesitas ayuda acude a chorizo man

  6. La bonne vieille rumeur visant à paniquer les populations : tout va disparaître à cause de l’ACTIVITEZ HUMAINE ! »
    Un laïus bien rôdé inventé par le nouvel Ordre Mondial et basé sur… rien de sérieux.
    Derrière, une volonté de réduction massive de la population, car nous serions en surpopulation, ce qui est faux (nous sommes en plein crash démographique au contraire).
    Il y avait ainsi le trou d’ozone, puis le pseudo réchauffement qui a finalement disparu.
    Méfiez-vous des alertes bidons.
    Certaines espèces disparaissent du fait des hommes, c’est vrai. Des baleines, des oiseaux… ce n’est pas bien. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faille pointer du doigt l’activité humaine ou, sous-entendu, les hommes. Comme pour « les guerres », il y a des responsabilités précises, des coupables, et tout le monde n’est pas à être condamné.
    Or, le problème, c’est la pollution. La pollution, c’est qui ? Les grosses industries mondiales. Les grosses industries mondiales, c’est qui ? Les gros actionnaires mondialistes, c’est-à-dire la Finance apatride. C’est la Banque privée qui tient toute l’activité industrielle, ou à peu près toute. C’est-à-dire que ce sont les mêmes qui polluent et détruisent la planète qui accusent les autres d’avoir des activités.
    Pour vous le résumer, et nous savons ce que nous disons, débarrassons la planète de la Finance, de la banque, et le problème écologique s’éteint. D’autant que ces mêmes mondialistes tuent dans l’œuf les brevets qui protègent la planète. Ainsi, on sait comment produire des bactéries mangeuses de pétrole en mer, ce qui résoudrait le problème du dégazage ou de la pollution par les plastics. Les essais concluants ont été faits au Japon, avec marée noire artificielle, elle a été entièrement résorbée. Mais Atochem, filiale d’ELF, qui faisait l’expérience en présence de responsables politiques, a été interdite de produire sa bactérie (elle disparaissait pourtant quand il n’y avait plus de pétrole à consommer, elle était parfaite !).
    Autrement dit, les mondialistes encouragent la pollution et la destruction, ils éliminent les possibilités de résoudre le problème, et ensuite crient au danger imminent.
    Informez-vous, voyez ce qui existe en terme de brevets.
    De même, on a résolu depuis longtemps le problème de l’eau, même en plein désert. Le problème de la faim. Le problème de l’accès au soin.
    Tout a été résolu depuis longtemps. Le génie humain résoud tout. Il y a toujours quelque part quelqu’un qui a l’idée. Pourquoi ne sort-elle pas ? Posez-vous la question.
    La seule chose qui l’empêche, c’est le politique, c’est-à-dire la Finance qui dirige le Monde. Et c’est elle aussi qui maintient les hyper structures mondiales, qui tuent les initiatives et dépensent l’argent en colloques, rencontres, sommets, mais aussi agences, organismes de toutes sortes, administrations mondiales. C’est tout cela qu’il faut éliminer et libérer l’initiative humaine, l’activisme humain précisément, qui est naturellement porté à résoudre les problèmes. Le problème n’est pas la pollution, le problème, ce sont les politiques et la Finance son maître.
    PS : vous avez un problème de plugin, impossible de commenter directement sur le site.

  7. hehe

Moi aussi je donne mon avis