Un monde sans plastique est possible si on agit tous pour enrayer cette pollution !

La pollution plastique a été créée en une génération. Si chacun prend ses responsabilités, elle peut également être résolue en une génération : c’est le cri d’alarme du nouveau rapport du WWF.

Rédigé par Paul Malo, le 5 Mar 2019, à 10 h 20 min

Il est moins coûteux de rejeter les déchets dans la nature que de gérer leur fin de vie. Or, la France qui fait partie des plus gros consommateurs de matières plastiques, est l’un des pires élèves européens en matière de recyclage.

Une pollution plastique incontrôlable : à qui la faute ?

Dans son dernier rapport « Pollution plastique, à qui la faute ? » publié le 5 mars 2019, le WWF tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme : d’ici 2030, la production mondiale de déchets plastiques pourrait augmenter de 41 % et la quantité accumulée dans l’océan, doubler(1). En cause, « notre système de production, d’utilisation et d’élimination du plastique, système défaillant dans lequel aucun acteur n’est tenu pour responsable ».

La pollution plastique en chiffres © WWF

En effet, « plus de 310 millions de tonnes de déchets plastiques ont été générées en 2016, dont un tiers se sont retrouvées dans la nature, souligne Isabelle Autissier, présidente du WWF France.  L’impact sur la biodiversité est particulièrement frappant : à ce jour, plus de 270 espèces ont été victimes d’enchevêtrement et plus de 240 ont ingéré du plastique ». Cette catastrophe ira s’aggravant tant qu’il sera moins coûteux de rejeter les déchets dans la nature que de gérer leur fin de vie.

Zéro plastique en une génération

Pour le WWF, « les pays à revenu élevé ont une part de responsabilité considérable dans cette crise mondiale : ils produisent 10 fois plus de déchets par personne que les pays à faible revenu et exportent entre 10 et 25 % de ces déchets ».

pollution plastique à qui la faute

© K M Asad_LightRocket_Getty Images_WWF

La France fait partie des plus gros consommateurs de matières plastiques et est l’un des pires élèves européens en matière de recyclage du plastique (seulement 21 %). Mais un autre horizon est possible : celui d’une nature sans plastiques. Alors, quel chemin suivre pour redresser la situation d’ici 2030 ?

« Nous pouvons encore inverser la tendance, souligne Isabelle Autissier. Nous connaissons les solutions pour le faire : la réduction de notre consommation d’abord, puis le réemploi, le recyclage ou encore le développement de matières alternatives. La pollution plastique a été créée en une génération. Si chacun prend ses responsabilités, elle peut également être résolue en une génération ! ».

Lire aussi : Déchets plastique : le palmarès des dix marques les plus polluantes

Le WWF demande un traité mondial pour l’élimination de toute pollution plastique

L’ONG appelle les gouvernements à négocier un traité international juridiquement contraignant pour mettre fin à la pollution plastique des océans, en établissant des objectifs nationaux pour favoriser la réduction, le réemploi et le recyclage du plastique.

pollution plastique à qui la faute

Une catastrophe pour la faune © Krzysztof Bargiel _WWF

Cela suppose un engagement de la part de tous les États lors de la prochaine assemblée de l’ONU Environnement prévue à Nairobi du 11 au 15 mars 2019.

La France doit également prendre des mesures ambitieuses, notamment dans le cadre de la prochaine loi sur l’économie circulaire attendue d’ici l’été, qui l’engage à réduire massivement sa consommation de plastiques et à éliminer toute fuite vers la nature.

Les citoyens peuvent apprendre à réduire leur consommation de plastique inutile en relevant des défis rsur l’application WAG – We Act for Good

Illustration bannière : Déchets plastiques sur une plage – © Greg Armfield
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis