Pollution : des microplastiques jusque dans le placenta et le foetus !

Des microplastiques ont pu être mis en évidence dans le placenta de plusieurs femmes enceintes.

Rédigé par Paolo Garoscio, le 24 Dec 2020, à 9 h 59 min
Pollution : des microplastiques jusque dans le placenta et le foetus !
Précédent
Suivant

La pollution par les microplastiques est de plus en plus étudiée car elle inquiète : on la retrouve partout. On l’a identifiée dans l’eau, dans les laits pour bébé et, tout récemment, dans des placentas de femmes enceintes et dans leur foetus. Or, on ne connaît pas encore les effets de ces microplastiques sur les êtres humains. Ils pourraient représenter un problème de santé publique majeur dans les années à venir.

Des microplastiques dans les placentas et les foetus ?

Publiée dans la revue Environment International et menée par une équipe italienne dirigée par Antonio Ragusa, directeur du service d’obstétrique et gynécologie de l’hôpital Fatebenefratelli de Rome, l’étude dévoile pour la première fois que des microplastiques se trouvent dans les placentas et les foetus. « C’est comme avoir un bébé cyborg : plus seulement composé de cellules humaines, mais un mélange d’entités biologiques et inorganiques, » a déclaré Antonio Ragusa au journal britannique The Guardian. « Les mères étaient choquées ».

Bonne résolution : j’arrête le gobelet plastique à l’extérieur

L’inquiétude est d’autant plus grande que la présence de microplastiques ne semblait pas être une exception : sur les 6 placentas étudiés, 4 présentaient des traces de ces plastiques dont la taille est de 10 microns en moyenne. Pour les chercheurs, il est possible que les mères les aient avalés ou respirés, et que, du fait de leur taille, le sang les aurait transportés jusqu’au placenta.

Des risques pour les bébés

Les conséquences de cette pollution plastique sont inconnues – © hywards

Les microplastiques identifiés étaient, selon les chercheurs, d’une douzaine de types différents… mais seulement 4 % des placentas ayant été étudiés, Antonio Ragusa et son équipe jugent fort probable que le nombre réel de particules différentes soit bien plus élevé. Leur présence a été identifiée dans la matière organique du placenta, du côté de la mère et du côté du foetus.

Pour l’équipe italienne, il est possible que les microplastiques, qui peuvent être transportés par le sang, se soient retrouvés dans les corps des foetus, sans pour autant avoir été en mesure de le certifier dans le cadre de cette étude. Pour eux, le risque est que cette pollution entraîne des problèmes de santé pour le bébé à long terme, voire impacte sa croissance.

Illustration bannière : Des microplastiques dans le foetus et le placenta – © SciePro
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis