Même recyclé le plastique est un poison

Du Bisphénol A et d’autres additifs toxiques et polluants ont été identifiés dans le plastique recyclé lors d’une vaste étude de l’IPEN.

Rédigé par Paolo Garoscio, le 15 Dec 2021, à 10 h 14 min
Même recyclé le plastique est un poison
Précédent
Suivant

Recycler le plastique est un des axes principaux de la lutte contre la pollution dans le monde, si bien que le recyclage se pratique de plus en plus et est désormais ancré dans les politiques publiques. Mais, malheureusement, cela n’empêche pas les risques pour la santé et la pollution par des produits dangereux. C’est ce que révèle une étude menée par l’IPEN, le Réseau International pour l’élimination des polluants.

Le plastique recyclé est pollué par des produits dangereux

Pour réaliser son étude, publiée mardi 14 décembre 2021, l’IPEN a demandé à des ONG de récupérer des échantillons de polyéthylène haute densité. Des sacs entiers ont été rapportés de près de 24 usines situées dans 23 pays du monde, sur quasiment tous les continents. L’intérêt d’analyser le polyéthylène haute densité tient dans sa forme, il se présente comme des granulés, mais aussi dans sa surreprésentation dans l’industrie du plastique et du plastique recyclé : c’est une des formes de plastique les plus utilisées dans le monde.

Une fois les échantillons recueillis, les chercheurs de l’IPEN ont tenté de répondre à cette question : est-ce que les plastiques recyclés présentent des produits chimiques dangereux pour la santé, comme c’est le cas pour les plastiques non-recyclés ? La réponse, malheureusement, a été positive : plusieurs éléments chimiques dangereux, notamment des additifs utilisés par l’industrie, y ont été identifiés.

Des perturbateurs endocriniens… dont le célèbre Bisphénol A

plastique recyclé toxique dangereux

Une toxicité d’autant plus gênante que ces plastiques sont parfois utilisés pour des contenants alimentaires – © Julia Sudnitskaya

Lors de l’analyse des échantillons ainsi collectés, les chercheurs de l’IPEN ont tenté d’identifier des additifs chimiques utilisés dans l’industrie, comme les produits retardateurs de flamme utilisés pour réduire le risque d’incendie. Mais également des produits comme les stabilisateurs de lumière, dont certains sont potentiellement interdits.

Ainsi, il ont pu identifier des traces de six stabilisateurs UV. Mais également des traces de Bisphénol A, le plus connu des perturbateurs endocrinien et qui, de plus, est interdit en France. Selon les résultats de l’étude, tous les échantillons ont été testés positifs à au moins un additif chimique toxique, certains à plusieurs d’entre eux.

Illustration bannière : Plastique recyclé toxique et dangereux – © HalynaRom
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis