Plantes aromatiques – Comment planter du romarin

Planter, entretenir et récolter les plantes aromatiques que ce soit en pleine terre ou sur le balcon, c’est se donner la possibilité d’accommoder bon nombre de petits plats de senteurs bien particulières. Découvrez ici comment planter du romarin et bien s’occuper du pied obtenu.

Rédigé par Julien Hoffmann, le 16 Sep 2019, à 7 h 45 min

Les plantes aromatiques sont connues et utilisées par les Hommes depuis des millénaires et dans presque toutes les civilisations. Chinois, Égyptiens et même Sumériens ont laissé des traces sur le sujet, montrant que les plantes aromatiques ont autant d’intérêt en médecine que dans la cuisine traditionnelle. Mais pour utiliser les bienfaits gustatifs et médicinaux des plantes aromatiques comme le romarin encore faut-il savoir le cultiver.

Planter du romarin – Le guide de A à Z

Le romarin, tout comme la sauge par exemple, est une plante aromatique typiquement méditerranéenne que l’on trouve autant dans le sud de la France qu’en Italie ou en Grèce mais aussi sur les bords de la mer noire. Ses lieux d’implantations devront donc prendre ces origines là en compte.

Romarin en fleur © janaph

Planter le romarin en pleine terre

Son implantation dans votre potager est la première chose à réfléchir car un romarin, sauf à être contenu par une taille régulière, va s’étaler parfois jusqu’à un mètre cinquante et peut monter (et faire de l’ombre donc) jusqu’à deux mètres de haut.

Le romarin est aussi une plante qui se contente de peu mais qui, surtout, a besoin de peu. Plantez-le dans un sol de préférence pauvre et sec quitte à mélanger du sable à votre terre à l’endroit où vous allez le planter.

Une fois planté vous pouvez réaliser un ou deux arrosages ou plus si la saison est totalement sèche au moment de la plantation. Une fois les deux premiers mois passés, ne l’arrosez plus jamais !

Connaissez-vous la spirale aromatique ? Une technique permacole pour cultiver efficacement les plantes aromatiques toutes ensembles au même endroit. Suivez nos conseils pour débuter.

Le romarin sur votre balcon

Plantez votre romarin dans un pot suffisamment grand pour qu’il soit assez à son aise et ne tombe pas si un coup de vent vient le maltraiter. Un pot en terre cuite de 25 ou 30 centimètres au moins fera l’affaire.

Comme pour la plantation en pleine terre, le romarin n’a pas besoin de beaucoup pour s’épanouir. Une fois le pot choisi, recouvrir le fond de billes d’argile ou de graviers pour assurer le drainage  : c’est la seule opération essentielle au romarin qui a besoin d’être au sec sans quoi ses racines pourriront.

Plantation de romarin en pot © Ari N

Remplissez ensuite le pot d’un mélange de terreau, de terre d’un jardin bio et de sable et le tour est joué, il ne vous reste plus qu’y installer votre pied de romarin que vous disposerez ensuite en plein soleil.

Comment entretenir un plant de romarin ?

Compost et paillage sont à proscrire car ils iraient à l’encontre des besoins de cette plante aromatique au même titre que l’arrosage qui n’aura lieu que lors de sa plantation !

Le romarin ayant des feuilles persistantes, vous pouvez le tailler à deux périodes différentes c’est-à-dire à l’automne et au printemps. Enlevez les branches mortes et contenez-le selon vos contraintes d’implantation en prenant bien en compte le fait qu’il faille tailler dans le bois de l’année qui ramifiera alors que le vieux bois ne fera pas de nouvelles pousses.

Arrivé à l’hiver, rentrez votre pot de romarin dans une pièce fraîche, sèche et bien éclairée tout en limitant l’arrosage à une fois par mois (n’arroser que quand la terre est sèche en profondeur.

En pleine terre le romarin peut supporter des froids jusqu’à -10°C alors n’hésitez pas à l’emballer dans un voile d’hivernage surtout la première année de plantation.

Propriétés principales du romarin

Herbe des dieux pour les romains et stimulant la mémoire pour les grecs de l’Antiquité dont les étudiants en portaient une couronne, le romarin est aujourd’hui reconnu pour son action antioxydante, tout un panel de problèmes digestifs ou encore les rhumatismes.

Comment cueillir et couper le romarin ?

La récolte du romarin s’effectue de préférence avant sa floraison qui intervient de mars à mai car c’est à ce moment précis que son goût est le plus prononcé et que ses propriétés sont les plus fortes.

Romarin en fagot © Geo-grafika

Récoltez des tiges entières en en profitant pour tailler votre pied pour qu’il soit équilibré (important pour les romarins en pot pour éviter qu’ils ne tombent) et fragmentez votre récolte de manière à avoir des brins de la même taille pour faciliter la conservation.

En règle générale le romarin est très productif par rapport à l’utilisation que l’on en fait en cuisine ou en infusion, mais n’hésitez pas à le tailler tout de même en envisageant par exemple d’en donner à vos amis ou à vos voisins !

Comment conserver et faire sécher le romarin ?

Quand vous avez récolté votre romarin branche après branche, réalisez un petit fagot à l’aide d’un fil de fer de préférence et en serrant bien fort pour qu’en séchant le fagot ne se défasse pas.

Prenez votre petit fagot et faites-le sécher tête en bas à l’abri de la lumière et de toute humidité.

Romarin séché en pot © Gulsina

Une fois bien séché – la durée de séchage dépendra des conditions dans lesquels vous le réalisez, mettez le tout dans un bocal, fermez hermétiquement et ranger dans un endroit sombre. Il ne vous restera alors plus qu’à en prendre selon vos besoins en évitant bien de l’humidifier pendant l’opération.

Illustration bannière : Romarin dans le jardin © Layue

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis