Pesticides : l’ONG Générations Futures conteste l’autorisation de deux produits

L’ONG Générations Futures essaie de contester en justice l’autorisation de deux insecticides contenant le Sulfoxaflor, un néonicotinoïde.

Rédigé par Anton Kunin, le 30 Oct 2017, à 11 h 15 min

Les temps seraient-ils en train de changer pour les pesticides ? Après la controverse en cours sur la réautorisation du glyphosate, les militants de l’ONG Générations Futures cherchent à faire suspendre les autorisations de mise sur le marché par le juge des référés de deux insecticides contenant le Sulfoxaflor, affirmant que les produits en question menacent de façon grave et immédiate les abeilles et autres pollinisateurs.

Malgré l’avis négatif des autorités européennes, le Sulfoxaflor est autorisé en France

L’ONG Générations Future a formulé un recours suite à la sonnette d’alarme tirée par l’Union nationale de l’apiculture française (UNAF). Dès le 20 octobre 2017, cette dernière alertait sur un « tour de passe-passe plus que grossier » que les pouvoirs publics auraient utilisé pour exclure le Sulfoxaflor de l’interdiction des néonicotinoïdes, prévue par la loi Biodiversité qui doit entrer en vigueur début 2018.

L’UNAF rappelle que le mode d’action du Sulfoxaflor est le même que celui de tout autre néonicotinoïde : une fois absorbée par la plante, cette molécule circule dans son système vasculaire jusque dans le pollen et le nectar. L’organisation rappelle par ailleurs que dans son avis, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a qualifié cet insecticide de « hautement toxique pour les abeilles » : un point que l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) française n’a pas pris en compte.

Pour Générations Futures, une autorisation temporaire n’est pas une solution

Cinq substances néonicotinoïdes (clothianidine, imidaclopride, thiaméthoxam, thiaclopride et acétamipride) seront interdites à compter de septembre 2018 en France, et l’UNAF et Générations Futures s’étonnent que ce ne soit pas le cas pour le Sulfoxaflor.

Après réception, le 20 octobre 2017, de « données complémentaires » sur le Sulfoxaflor, l’Anses affirme en effet avoir entamé une réflexion sur son interdiction, mais les ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique lui ont donné trois mois pour rendre son avis. Un délai que Générations Futures juge trop long, et qu’elle essaie d’annuler en faisant valoir un danger immédiat.

Illustration bannière : Utilisation de pesticides sur un champ de blé © Jinning Li
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis