PRECIOUS WATER – Le plus grand concours mondial dédié à l’eau

La fondation FAMAE a organisé cette année PRECIOUS WATER, un concours international unique au monde dédié à l’eau. Découvrez les projets qui se sont partagés la dotation de 2 millions d’euros !

Rédigé par Marie Mourot, le 20 Jun 2019, à 8 h 05 min

Créée en 2017 par Eric Philippon et sa famille, FAMAE est une fondation indépendante qui soutient des initiatives innovantes permettant de réduire notre empreinte environnementale dans différents domaines : les déchets, l’eau, l’alimentation, l’énergie ou encore la qualité de l’air. Pour la deuxième année consécutive, elle a organisé un concours international d’innovation, PRECIOUS WATER, autour d’une thématique environnementale centrale pour 2019 : l’eau.

PRECIOUS WATER : les lauréats du concours mondial d’innovation dédié à l’eau

Fin 2017, la première édition du concours organisée par la FAMAE autour du recyclage et de la réduction des déchets avait suscité un engouement international : 1.500 candidats issus de 70 pays et de 60 grandes écoles et universités avaient participé : trois projets ont été sélectionnés et se sont répartis une dotation d’un million d’euros. Pour l’édition 2018-2019, ils étaient 3.000 cette année issus de 120 pays à oeuvrer pour l’eau

Le concours était ouvert aux entrepreneurs, startups et PME, étudiants, ONG, chercheurs et collectivités de toute la planète.

En plus de la dotation, les lauréats vont bénéficier d’un accompagnement des membres de la fondation et de leur réseau pour les aider à développer leur projet.

L’eau, une thématique écologique centrale

L’eau, une ressource précieuse © punghi / Shutterstock

Cette année, face à l’ampleur des nouveaux défis écologiques à relever, la FAMAE a décidé de doubler sa dotation qui passe ainsi d’un million à deux millions d’euros. La thématique écologique essentielle de l’eau a été choisie pour cette édition.

Accès à l’eau potable, assainissement, filtration de l’eau polluée, lutte contre le gaspillage de l’eau, dessalement, extraction de l’eau dans l’air, optimisation de l’eau dans l’agriculture et réduction de l’utilisation de l’eau dans l’industrie textile : autant de projets qui répondent aux attentes en solutions concrètes nécessaires au Nord comme au Sud.

Le mot du fondateur Eric Philippon

« On ne peut pas vivre sans eau potable. Or, selon les derniers chiffres , 11 % de la population mondiale, soit plus de 800 millions d’individus, n’y a pas accès. Au Nord, d’autres problématiques existent qui nécessitent un immense effort d’innovation, notamment sur un meilleur usage de l’eau (en particulier dans l’agriculture, dans l’industrie comme le textile par exemple, ou chez soi), le traitement des eaux usées ou encore la protection de la ressource. Nous avons donc décidé cette année d’être encore plus ambitieux ! »

Les 6 gagnants du concours PRECIOUS WATER

Pour sélectionner les projets et choisir les lauréats, c’est un prestigieux jury qui s’est réuni. Parmi eux Diane d’Arras, Présidente de l’International Water Association (IWA), Bertrand Piccard, Président de la fondation Solar Impulse, ou encore Genevève Ferone, Vice-présidente de la Fondation pour la Nature et l’HommeUn comité scientifique composé de grands spécialistes a également assisté le jury pour les sujets les plus pointus.

Le jury du concours PRECIOUS WATER a récompensé 6 lauréats estimant qu’au regard des enjeux, leurs projets constituent des solutions pertinentes et/ou novatrices qu’il est important de soutenir.

Grand Prix – Woman & Water

Ce prix salue la rencontre de deux femmes exceptionnelles engagées pour un projet qui allie culture et solidarité et utilise le cinéma comme vecteur humanitaire : Marcher sur l’eau, un (futur) film documentaire français, fruit de la rencontre entre l’actrice Aïssa Maïga et Ariane Kirtley, fondatrice de l’ONG internationale Ammann Imman (pour l’Eau, c’est la Vie) montrera un an de la vie d’une fille de 11 ans au Niger. Et à travers ses yeux, les saison, les problèmes liés au manque d’eau, l’autodétermination des villageois à demander un forage auprès de l’ONG mais aussi des autorités locales…

Grand Prix – Economie Circulaire

Avec le projet NUF, c’est l’innovation médicale au service de l’eau qui est promue. En effet ce système audacieux mis au point par l’israélien Mino Negrin et Nufiltration permet de réutiliser des équipements médicaux (les dialyseurs des reins artificiels) dans le traitement des eaux fortement polluées (virus, bactéries, particules colloïdales, etc. ). Le système simple, léger, portable et abordable, fonctionne sans électricité et permet d’obtenir 8 litres d’eau potable par minute. Et des modèles plus gros existent aussi.

precious water 2019

Des innovations pour donner accès à l’eau potable pour tous © Evgeny Haritonov

Grand Prix – Innovation

Ce prix revient à deux Français, Marc Vergnet et Maxime Haudebourg, pour Mascara, la première technologie au monde de dessalement/filtration solaire photovoltaïque. Il s’agit d’une solution solaire inédite pour dessaler ou filtrer les eaux de mer et eaux saumâtres par osmose inverse, sans batterie. Cette technologie permet de donner accès à l’eau potable pour tous, à un prix abordable et sans aucune émission de CO2.

3 Prix Coups de Coeur des partenaires

  • Le Prix IWA – FAMAE récompense Hydrao, le premier pommeau de douche intelligent, qui mêle sensibilisation et responsabilisation avec une approche plutôt ludique, puisqu’il permet à ses utilisateurs de limiter la consommation d’eau sous la douche.
  • Le Prix Sparknews-FAMAE a été attribué à Fonto de Vivo, une société d’ingénierie française, pour son système de filtration autonome et portable pour les eaux biologiquement souillées.
  • Le Prix GSVC (Global Social Venture Competition) Antropia ESSEC-FAMAE revient à Blue Tap, une entreprise sociale britannique qui a développé grâce à l’impression 3D, un injecteur automatique de chlorine « low-tech » pour un accès simple, économique, fiable et durable à l’eau potable.
Article mis à jour et republié
Illustration bannière : Le concours PRECIOUS WATER, l’innovation au service de l’eau – © Riccardo Mayer
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Rédactrice web freelance et maman de deux enfants, je me suis toujours sentie très concernée par l'écologie et le développement durable. Constamment en...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. J’ai moi même, en 1984, fait un projet pour dessaler l’eau de mer avec des panneaux spéciaux, (dessinés par moi-même) en utilisant l’énergie solaire, sur demande de l’Université Autonome de Mexico pour essayer de produire de l’eau potable pour la Baja California, cette langue de terre Mexicaine entourés des 2 côtés de l’eau de l’océan et n’ayant aucune autre manière de trouver de l’eau douce car même en faisant des puits, au bout de quelques mois l’eau devient saumâtre, imbuvable et inutile pour l’arrosage…….cette étude est toujours valable dans mon bureau !!!

Moi aussi je donne mon avis