One Planet Summit : vers la fin des financements des énergies fossiles ?

Deux ans jour pour jour après la signature de l’Accord de Paris sur le climat, et à l’appel de la France, une cinquantaine de chefs d’État et ministres étrangers se réunissent à Paris pour discuter du financement de la transition écologique.

Rédigé par Anton Kunin, le 12 Dec 2017, à 11 h 15 min

Les participants à cette réunion internationale organisée aux portes de Paris sont en train de plancher sur les perspectives d’une réorientation des financements publics et privés afin qu’ils servent le moins possible les énergies fossiles.

Soutien aux énergies fossiles : les États sont pointés du doigt

Des avancées sont attendues sur trois fronts : la fin des soutiens financiers publics aux énergies fossiles (ces dernières étant la cause principale des dérèglements climatiques), le soutien aux pays qui souffrent déjà des conséquences dévastatrices des changements climatiques (les pays du Sud principalement) et la mise en cohérence de l’ensemble des politiques publiques avec l’impératif climatique.

Dans un communiqué commun, Réseau Action Climat, WWF France, France Nature Environnement, Greenpeace, Oxfam et la Fondation pour la Nature et l’Homme, ainsi que plusieurs autres associations, font savoir que les objectifs de l’accord de Paris ne pourront pas être atteints tant que les États continueront à soutenir « les énergies fossiles, les infrastructures climaticides et les fausses solutions ». Les associations appellent les États à mettre un terme au financement des énergies fossiles : la Banque européenne d’investissement et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement sont pointées du doigt, mais aussi des institutions publiques françaises comme la Bpifrance, la Caisse des dépôts et l’Agence française de développement, ne seraient pas encore exemplaires dans ce domaine.

Lire aussi : Quinze mille scientifiques du monde entier lancent un appel pour sauver la Terre

Onze États européens continueraient à accorder des aides et des niches fiscales aux énergies fossiles

Selon les calculs de l’Overseas Development Institute, l’équivalent britannique de l’Agence française du développement, onze États de l’Union européenne continuent à soutenir financièrement les énergies fossiles à hauteur de 112 milliards d’euros par an. Les associations estiment par ailleurs que les niches fiscales dont bénéficient les exploitants français d’énergies fossiles représenteraient 8 milliards d’euros par an. Selon le communiqué inter-associatif, c’est « autant d’argent qui n’est pas mis à profit pour financer une transition écologique bénéfique à toutes et tous, vers 100 % d’énergies renouvelables, ni pour accroître la solidarité envers les populations les plus vulnérables ».

Lire aussi : La transition énergétique est possible : le scénario NégaWatt montre à nouveau la voie

Les associations souhaitent que l’État français double son objectif de financements pour l’adaptation aux changements climatiques, afin que 2,4 milliards d’euros par an puissent être récoltés d’ici à la fin du quinquennat, en 2022. Pour rappel, la cible intermédiaire de ces financements est actuellement fixée à 0,55 % du revenu national brut à l’horizon 2022.

Illustration bannière : One Planet Summit – capture d’écran Youtube
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Absolument M. Noel!!! A croire, qu’ils prennent les populations pour des bandes d’idiots! Que les personnes riches et milliardaires arrêtent de financer les armes, les bombes et de surexploiter les pays sous-développés riche de ressources minières. Et vraiment, ces PUBs qui fond le contraire de ce qui est dit, car vendre leurs stocks non-écoulés leurs paraissent plus judicieux. A l’avenir, fabriquez sous limite et attendez les demandes. Apprenez aux consommateurs à prévoir leurs besoins et à commander à temps. Il est TEMPS, que CHAQUE CONTINENT CONÇOIT LUI-MÊME LES BESOINS DE SES POPULATIONS, AFIN QUE LE TAUX DE CHÔMAGE DIMINUE. ET PARTAGEONS LES CONNAISSANCES CAR ON NE MEURT PAS AVEC SES BIENS-MATÉRIELS MAIS PLUTÔT AVEC SES BIENFAITS ENVERS LES AUTRES!!!!
    Merci et Bonne Journée!

  2. Que tous ces gens là commencent déjà pas montrer l’exemple,de plus combien va encore couter ce rassemblement en finances et pollution???? que l’on arrête aussi de toujours stigmatiser les consommateurs. Commençons déjà par arrêter toutes ces pubs intempestives et intrusives pour nous inciter à consommer toujours plus, ce n’est pas pour certains de nos compatriotes avec une retraite de 400,voir 600€, un smicard qui polluent le plus, ils n’ont déjà même pas les moyens de vivre et se chauffer correctement, ce n’est pas ces gens qui polluent le plus.
    Regardons plutôt ceux qui se baladent à longueur de temps pour leurs plaisirs, en avions, paquebots de luxe qui au passage sont de véritable machine à polluer pour infos un paquebot consomme à quai 300 tonnes/jour de mazout combustible 3500 fois plus polluant que le gasoil, ces monstres polluent autant qu’un million de voitures.
    Regardons tous ces monstres de portes conteneurs qui nos inonde de produits fabriqués en chine ou ailleurs qui polluent et de plus détruisent l’emploi dans notre pays, mais tout cela c’est du bizness et on ne touche pas au bizness, car tous ces moralisateurs là trempent dans le système.

Moi aussi je donne mon avis