Octobre rose : un mois pour mieux connaître le cancer du sein

L’arrivée du mois d’octobre marque le début de la campagne de sensibilisation autour du cancer du sein. Octobre Rose, c’est son nom, veut prévenir largement et récolter des fonds pour faire avancer la recherche autour de cette maladie.

Rédigé par Maylis Choné, le 30 Sep 2018, à 19 h 00 min

Octobre est le mois privilégié pour faire parler du cancer du sein, cette maladie qui touche 54.062 nouvelles personnes chaque année. Les initiatives se multiplient d’année en année.

Octobre rose : parler du cancer du sein et sensibiliser les femmes

C’est une maladie que l’on connaît bien. Nous avons tous, dans notre entourage, au moins une femme qui a été touchée par un cancer du sein. Lorsqu’il est pris à temps, il peut être guéri dans 99 % des cas, mais lorsque le diagnostic est posé à un stade déjà bien avancé de la maladie, il est beaucoup plus difficile de lutter. Et chaque année, 11.900 décès sont recensés.

© Cleomiu

C’est justement pour sensibiliser toute la société, et les femmes en particulier, que la campagne Octobre rose a été lancée il y a déjà vingt-cinq ans. Le but ? Que les femmes, jeunes ou moins jeunes, aillent se faire dépister régulièrement pour qu’en cas de grosseur constatée par le médecin, le traitement ou l’opération chirurgicale soit mis en place au plus tôt.

Télététon, une initiative bordelaise

Dans le cadre d’Octobre rose, de nombreuses initiatives sont mises en place partout en France par différentes associations. Il y a par exemple Télététon, une opération instaurée par l’association Jeune et Rose née à Bordeaux, qui souhaite casser le mythe du cancer qui ne se déclarerait qu’après 60 ans.

Si 80 % des cancer surviennent effectivement après 60 ans, il n’en reste pas moins de 20 % qui touchent des jeunes femmes, de jeunes mamans parfois.

@caillou.creatif

À l’aide de slogans très parlants et décalés – « Un cancer  du sein avant tes 40 ans, ça tétonne ? », « Il n’y a pas d’âge pour checker ses boobs » – Télététon tente de sensibiliser les jeunes femmes au cancer du sein. Pour prendre les devants, l’association conseille une palpation régulière des seins chez son médecin ou son gynécologue ou, en cas d’antécédents familiaux, d’avoir un suivi adapté régulier chez un professionnel de santé (gynécologue, sage-femme, médecin traitant…) qui choisira le suivi et les examens complémentaires nécessaires si besoin (échographie, mammographie, irm…)

La Tour Eiffel de rose vêtue

À Paris, les choses bougent aussi et, cette année, pour marquer le début de la campagne, la Tour Eiffel sera illuminée de rose et la Tour Montparnasse parée d’un ruban rose de 43 mètres de long. Le but : se rendre visible pour toucher un maximum de personnes. Communiquer oui, mais pas que. Cette année, 300.000 euros seront versés par l’association Le Cancer du sein, parlons-en !  à la recherche scientifique.

Pour faire reculer le cancer du sein, il faut que la recherche et les soignants aient des moyens pour avancer. Cinq chercheurs seront d’ailleurs récompensés pour leurs travaux consacrés à cette cause. Un seul cri de ralliement pour cette nouvelle édition d’Octobre Rose : « Ensemble, portons le ruban rose et gagnons ce combat ! Ensemble, nous vaincrons ! Ensemble, plus forts ! ».

Illustration bannière : Octobre rose : le mois de sensibilisation au cancer du sein – © Dmod
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. 25 ans que cette campagne existe et toujours plus de cancer du sein et d’autres aussi,quand on ne mettra plus de pesticides dans les fruits et légumes ,d’hydrocarbure et de plastique dans la mer ,etc ,il y aura peut être moins de cancer ,alors à quoi se faire dépister tant qu’on aura pas réglé ces problèmes .

Moi aussi je donne mon avis